Souvenirs d’Autos (286) : la Rover de l’espionne Russe

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Le « roi Nabu » est de retour et comme toujours, il nous surprend avec ce souvenir « jamesbondien » !

Le 15 juillet 2016 notre Président publiait son Souvenir d’Auto, narrant une histoire à bord de la Rover P6 V8 de son oncle, Martial.

https://www.petites-observations-automobile.com/2016/07/souvenirs-dautos-98-rover-baffe.html

En commentaires, je me fends alors en toute impunité, d’un souvenir sauvage. Une anecdote que j’aimerais voir maintenant réintégrer le bercail et qui sait, siéger au panthéon des Souvenirs d’Autos d’anthologie de notre bon Commandant.

L’évocation de la Rover et de ses courbes sensuelles avait fait remonter en moi un doux parfum évanescent.

En cet hiver de la fin des septante dont l’année exacte m’échappe, mon frangin et moi sommes alors deux éphèbes en camp sportif dans la station valaisanne de Crans-Montana.

La journée de ski avait été belle et intense. Le repas du soir englouti au réfectoire, nous avions vite rejoint nos dortoirs. La bataille rangée de polochons en rabiot de dessert ne nous avait pas rassasiés, il nous fallait d’autres émotions.

Profitant d’une faille dans la surveillance des pions, nous avions filé à l’anglaise par l’une des fenêtres de la piaule en compagnie de deux autres puceaux. Nous nous carapations en quête d’aventure…

Ce dont je me souviens parfaitement c’est que ce soir-là, il neigeait à gros flocons. Sous le halo des lampadaires, la neige de son grand manteau blanc recouvrait tout, la rue et les trottoirs déserts ne faisaient plus qu’un. Alors que nous baguenaudions débonnaires dans la station prisée par Lord Brett Sinclair, nous observâmes à la lueur d’un candélabre, un brave petit vieux agenouillé sous une magnifique Rover 3500 V8 SD1, en train de monter ses chaînes, ou du moins, d’essayer de le faire…

Son crâne dégarni, ses tempes dégoulinantes de neige fondue et de sueur mêlée, ses lunettes embuées et son côté malhabile de banquier helvète, tenant la chaîne d’une main, se raccrochant à l’aile avant de l’autre, l’homme paraissait désemparé. Son stoïcisme héroïque nous toucha.

Dans un élan de mansuétude nous lui offrîmes notre aide.

Fourbu, le voilà qu’en se relevant doucement, il se fait aussi soudainement que copieusement enguirlander par une voix féminine venue de derrière, du balcon situé juste au-dessus, au premier étage.

La voix à l’accent slave prononcé, roulant les r, puissante mais délicieuse, le gratifiait à la volée du sobriquet de « Bèbè »…

Sans mots dires, « Bèbè », complètement détrempé et sous les injonctions répétées, fila droit dans l’immeuble pour se changer, nous laissant plantés là tous les quatre, avec le jeu de chaînes déballé dans la neige et la Rover dont le V8 ronronnait de son onctueux ralenti.

Alors que nous en terminons avec l’accrochage des chaînes à l’arrière, propulsion oblige, l’un de nous ayant auparavant pris le soin de remuer le carrosse royal sur quelques mètres pour en parfaire la tension, voilà que s’immobilise à deux pas de nos têtes une paire de magnifiques bottes à poils surmontées d’un épais manteau de fourrure couronné d’une chapka assortie, une avalanche de poils de luxe derrière laquelle va se dévoiler à nous une créature de rêve à la chevelure blonde sortie tout droit d’une bande dessinée…

« Vous avez mérité petite récompense ! » nous lance la voix suave de notre Maria Sharapova sous un regard vert-amande, translucide, transperçant et follement complice…

De cette apparition aussi divine qu’étourdissante, mes camarades d’aventure et moi en restâmes bouche bée. Éblouis par tant de beauté, nous déglutîmes les quatre en chœur.

Les scénarii qui peuvent alors s’entrechoquer dans la tête d’un jouvenceau pubère en un pareil moment, sont absolument délirants, fantastiques, fantasmagoriques… Mais mon histoire s’arrête là.

Sur cette mise en bouche, je vous laisse imaginer une suite plus romancée que la boîte de chocolat Suisse que nous nous partageâmes dans la chambrée, en nous remémorant cette rocambolesque virée…

À mon frangin, Tatou…

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Faites comme l’ineffable Nabu, racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion et même des sublimes joueuses de tennis surgissant de nulle-part au milieu de la neige !  Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA !

Merci.

 

L’avis des Petits Observateurs !

26 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (286) : la Rover de l’espionne Russe »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Nabuchodonosor

    Un mot de remerciement à votre endroit, Commandant.
    Et Mille excuses pour tous les SDA sauvages commis, ceux passés comme ceux à venir…
    Quand le flot d’émotion me submerge, je ne sais retenir mes mots.
    😉

    Répondre
  2. Fils de Pub

    « … mes camarades d’aventure et moi en restâmes bouche bè. »
    J’adore ces histoires d’espionnage sur fond de guerre froide qui se trament au pays de oin-oin qui en recèle tous les trésors…
    J’adore les SDA du Commandant Chatel.
    🙂

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Et oui, bouche bè…Bèèè.
      Tout comme vous je raffole des SDA de notre bon Commandant.
      Merci Jacques,
      😉

    1. Nabuchodonosor

      Dites donc vous avez les idées fixes, vous…
      Mais Faudra poser la question au Prez’, Maître…
      😉
      En attendant je mets 10 euros dans le nourrain.

  3. Claudia Schai-iffer

    A grand coups de pompes dans le cul que je te les aurais ramenés au dortoir les quatre gamins, mmoui.
    y’a un âge pour aller s’encanailler avec les demoiselles de joie. Ah mais j’te jure…

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Je vous connaissais beaucoup de talents Claudia, mais pas celui de la rhétorique argotique…
      Je reste cependant un de vos grand admirateurs.
      Toutes mes félicitations…
      😉

  4. Mat Ador

    Si ma mémoire est bonne on skie à Crans-Montana sur le glacier de Plaine Morte, or à l’arrière plan de la photo montrant l’objet du délit, pas le fantasme Russe hein, la noble anglaise, je crois percevoir le domaine de ski d’été au-dessus du Stelvio… Serait-ce un coup des Soviets pour brouiller les cartes ?
    🙂

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Bien vu Mat.
      C’est effectivement le Stelvio Pass en arrière plan, vu coté Bormio. Plus précisément depuis la frontière Suisse, sur la route qui mène à l’Umbrail Pass.
      Donc rien à voir avec Crans-Montana.
      Sacré Commandant, comment a-t’il pu se mélanger les pinceaux aussi grossièrement…
      😉
      Merci à toi, Mat

  5. John Steed

    L’espionne épiait le moindre de vos mouvements de derrière le balcon.
    Elle qui avait enchaîné son vieil amant sénile qui filait sur le champ à l’anglaise, vous laissa ensuite passer les chaînes à, euh l’autre anglaise, avant de s’exhiber à vous, nue sous sa fourrure de peaux de bêtes… Rhâaa…
    Cette apparition divine brisa instantanément les chaînes de votre enfance.
    La promesse était déjà tenue, la belle offerte à vos yeux n’était que pur ravissement.
    Vos fantasmes libérés, vous échafaudiez alors des plans endiablés, l’ébauche d’une brûlante chevauchée… Adieu virginité !
    Mais, craquants, fondants et, il vous faut l’avouer, bien trop tendres pour les griffes de cette Mata Hari de l’Est, vous fûtes chocolat.
    Puis, la boîte vidée, gisant sur le lit en bataille, vous laissa un goût somptueux, doux-amer, ce même goût qui nous revient en bouche à la lecture de votre extraordinaire histoire…
    Amis, trinquons à la santé des banquiers Suisse…

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Bravo John,
      On sent de suite l’homme d’expérience…
      😉
      Merci à vous et mes hommages à Madame Peel

  6. Pierre_

    Que se passa t il après ?
    Ma suite moins romancée, vu votre jeune âge cette année là…
    Vous reçutes des places pour un match de hockey, pour un concert peut être.
    Ou bien alors des entrées pour une expo à la fondation Gianadda à Martigny.
    Plus simplement, un forfait ski full-season.
    Bonsang on oublie la bagnole, dingue çà !

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Peu importe le cadeau bonus, on aurait tout pris évidemment…
      Le principal nous avait déjà été offert, j’en garde encore son doux visage en mémoire 45 piges plus tard, c’est dire…
      😉
      Merci Pierre

    1. Nabuchodonosor

      Ah, magnifique Gérald.
      Quelque chose c’est libéré en nous ce soir-là… Probablement le fait d’être monté à bord de la Rover V8…
      Vroom…
      😉
      Merci à toi.

    1. Nabuchodonosor

      La neige je ne sais pas, mais ce soir-là on je peux te dire qu’on a mis un certain temps avant de s’endormir une fois retournés dans la piaule…
      😉
      Merci 910Espada.

  7. Chapman

    Était elle habillée sous son manteau de poils ? Telle est la question….
    Quelle fantasmagorie !
    Merci, ça va me faire ma soirée. J’espère au moins que la Rover était Van Den Plass.

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Je peux avouer maintenant ( il y a prescription) que la question nous est à tous les quatre immédiatement venue à l’esprit sur l’instant… Va savoir pourquoi ? Nous n’eûmes cependant jamais la réponse.
      😉
      Merci Chapman.

  8. Alain

    Toi aimer chocolat Suisse distrrrribué par belle femme blonde suave et tenterrresse (oui je sais j’invente des mots mais j’l’aime bien çui là).

    Belle histoire d’une auto méconnue (à tord ou à raison) et surtout pleine d’un fantasme adolescent.

    Mais tu ne nous dit pas tout… Les chocolats, fourrés ou non ? 🙂

    OK je sors !

    Alain

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      On a dû la manger trop vite cette boite ou alors c’est qu’on avait la tête ailleurs. Du coup, je ne me souviens même plus du goût du chocolat alors que l’apparition délicieuse restera gravée dans ma mémoire à jamais… Va comprendre…
      😉
      Merci Alain.

  9. Georges Piat

    J’adore cette ambiance, quel souvenir en effet !
    Moi qui ne sais toujours pas mettre une chaîne… Pas de bras, pas de chocolat comme on dit !

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Bien qu’Intouchable, on pourrait en effet compléter la citation d’Omar Sy devenue célèbre depuis : « Pas de chalet à Crans-Montana, pas de Sharapova »…
      😉
      Merci Georges.