Peugeot 406 Coupé 🇫🇷 : elle est belle quand même

Découvrez la petite observatrice Célai qui nous présente son coupé 406 2.l essence. 🚗↓ Si vous aussi vous avez une voiture moderne ou ancienne, que vous souhaitez venir présenter chez POA à Paris. Pour cela envoyez nous 3 photos de votre auto à et un bref descriptif vous concernant à petitesobservationsautomobiles@gmail.com

Photos Celia

L’avis des Petits Observateurs !

23 commentaires au sujet de « Peugeot 406 Coupé 🇫🇷 : elle est belle quand même »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Alain

    C’est vrai qu’elle est belle et tentante.

    Une tante par alliance en avait une en voiture de tous les jours et je ne compte pas le nombre de fois où je lui ai demandé si je pouvais ouvrir cette portière sans montant qui, depuis ma DS regrettée, me fait toujours autant craquer.

    Une ligne intemporelle et nul doute que ce n’est pas un modèle qui se revendra à perte…

    Bravo et merci de cette touche féminine que j’attends avec impatience de voir au volant de l’Impala…

    Alain

    Répondre
  2. Laurent B

    Non Renaud, le V6 PRV n’a jamais été monté sur la 406 !
    C’est son successeur, conçu par Peugeot et cofinancé par Renault, que l’on trouve sous le capot.

    Répondre
  3. Mat Ador

    Notre POA qui êtes au cieux, donnez nous aujourd’hui notre SDA hebdomadaire !
    – Le Commandant serait-il souffrant ?
    – Vous êtes tous au chevet de la C6 qui agonise dans de terribles souffrances ?
    Prière de nous tenir au jus.

    Répondre
  4. Judge Fredd

    Évidement que ce coupé 406 est une familiale ! a l’heure ou mes collègues roulaient en Scenic (1ere generation) pour le 1er enfant puis en Espace II au 2eme gamin, moi je partait en vacances avec mes mômes de 3 ans et 18 mois. Il faut dire que je possède la galerie de coffre spéciale qui vient se posait sur le couvercle de la malle arrière, idéal pour accueillir poussette canne et lit bébé
    Depuis l’année 2000, j’en suis a mon 4eme Coupé 406, j’ai eu un 2L et trois V6.
    Jamais eu le moindre gros pépin, outre les faiblesses connues et mentionnées plus haut, c’est a dire les bobines d’origine sur le V6 210 (ES9J4S).
    Le « bitron » sur les V6 194 ch non mux qui saute souvent, du coups vous n’avez plus de compteur de vitesse ! mais ça se change simplement et pas c’est pas très cher
    Il y a aussi le fameux relai de climatisation qui crame mais que l’on peut changer au prix de découper le boitier du BSI (Boitier de Servitude Intelligent) et d’en ressouder un autre pour 2 euros
    Le ciel de toit qui pendouille au niveau de la lunette arrière sous le 3eme feux stop a cause d’une lamelle de maintient qui lâche et qu’il faut recoller.
    Autre maladie, la nappe chauffante des sièges qui ne tient pas dans le temps, Aucune n’a résistée dans le temps, cela fait maintenant 10 ans qu’elle ne marche plus sur mon coupé de 2001.
    Autre gros problème pour ceux qui veulent se lancer dans l’aventure du Coupé 406, la disponibilité des pièces !
    Il y a 4 ans, il y avait une pénurie sur les joints de parebrise a l’avant, c’est mieux maintenant.
    Énormément de pièces de carrosserie ne sont plus disponibles, comme par exemple les baguettes en caoutchouc qui protègent les portes, c’est NFP. De plus c’est introuvable en occasion.
    Grosse faiblesse des parechocs, qui comme leur nom l’indique, n’en sont pas ! la encore c’est très difficilement trouvable en bon état en occasion. ils sont très fragile !
    Bref! attention aux pièces de carrosserie spécifique au coupé !
    Sinon l’entretient courant n’est pas très cher, sauf pour la distribution pour mon V6 210 (périodicité tt les 5 ans) j’en ai eu pour 1140 Euros, de mémoire c’est plus cher sur le V6 194 CV

    Sinon, coté confort ce n’est pas le top, les sièges en tissu sont plus confortables que ceux en cuir, les sièges n’ont aucun maintient latéral, et au bout de 2 à 3 heures de conduite, j’ai mal au dos.
    Je pense que les pédales ne sont pas totalement dans l’axe du siège.
    Mais pour rien au monde je changerai de voiture, j’ai la chance de posséder un combo assez rare, un rouge écarlate / Alézan.
    Mais pour ceux qui veulent y aller, il existe des forums et une communauté active autour du coupé 406 avec pleins de tuto pour se dépanner et des conseils, par exemple sur coupe406.com

    Répondre
  5. CBi

    406 et 456 = à un chiffre et quelques années d’intervalle Peugeot et Ferrari se partagent presque le même coup de crayon de Pininfarina, et cette ligne élégante en fait à coup sûr une auto qui restera.
    La Peugeot a même l’avantage d’un détail éminemment « ferrarique », qu’on voit malheureusement peu dans la vidéo = la lunette arrière incrustée entre les 2 piliers C.
    Je trouve aussi les sièges superbes (pas mal en abricot, mais ils existent aussi en jaune moutarde !). L’intérieur devient même sublime sur les dernières série 2, où le cuir havane plissé, repris sur le bas du tableau de bord et sur le volant, a des accents d’intérieur Maserati.
    Bref, sans doute la plus enviable des Young Timers françaises. Dommage qu’il n’y ait pas de cabriolet.

    Répondre
  6. Pascal DeVillers

    Bonsoir,
    Personnellement le plus beau combo que j’ai vu sur ce coupé, c’était un V6 , carrosserie couleur vert anglais et intérieur cuir fauve.
    Dommage que le tableau de bord ne soit pas plus typé sport.
    A par cela c’est un coupé fait pour le voyage avec un grand coffre et c’est bien.
    Dommage que beaucoup de modèles soient saccagés et mal entretenus.
    Pascal

    Répondre
  7. Zano

    Petites observations complémentaires (par un possesseur d’une version V6 210 settant’ anni) :
    – il existait un 3ème moteur (très rare) le 2.2 16V de 160ch
    – l’entretien du V6 est relativement raisonnable mais j’insisterai quand même sur le relativement. Un exemple : le 2ème banc de cylindre du V6 est très peu accessible ce qui fait qu’un simple changement de bougie ou de bobines (une maladie du V6) est longue et coûteuse (autour de 300€).
    – la fiabilité est très bonne sur les moteurs moins sur ce qui l’entoure. L’électronique peut être assez farceuse (typique de ces années là et notamment les voyants d’ABS qui s’affichent avec un simple faux contact) mais globalement ça peut aller.
    – sur les équipements les versions qui ont le régulateur de vitesse ont un commodo quasiment similaire à celui du son et situé de l’autre côté du volant il est d’ailleurs assez facile de se tromper en le manipulant !
    – sur le budget : commençons par la conso (chère à Julien 😉 ) il faut compter 7-8L sur le 2.0 (attention l’ancien modèle de 135ch est beaucoup plus gourmand), 10-11L pour le V6 (la version 210ch plus moderne consomme 1L de moins environ que la version 194ch). Comptez également un bon 1/3 de plus sur le budget d’entretien avec le V6 : plus lourd (fatigue les trains roulants à l’avant), plus coûteux à entretenir (1000€ pour la courroie). Et enfin 4 cylindres ou V6 ? pour avoir essayé les 2, le 2.0 est un bon moteur dont les performances sont largement suffisantes de nos jours et vous roulerez dans tous les cas dans une belle voiture, évidement si vous avez le budget et que ce n’est pas forcément un daily le V6 s’impose. Vous aurez évidement un niveau de performance supérieur mais aussi la rondeur et la souplesse d’un gros moteur, le son bien qu’un peu trop discret reste très agréable !
    – Enfin sur l’achat : si vous achetiez il y a quelques années (plus de 5 ans au minimum) c’était de véritables affaires : une belle version bien entretenue en V6 de 100000 km environ s’affichait autour de 5000€. Malheureusement comme beaucoup de youngtimer les prix se sont envolés et aujourd’hui pour ce prix vous aurez plutôt une belle version 4 cylindre comme celle présentée par Celia. Ce sera déjà un peu moins raisonnable pour un V6 (comptez au minimum 8000€) et entre 10000€ et 15000€ pour la série limitée Settant’ anni (qui célébrait les 70 ans du maestro Sergio Pininfarina) version limitée à 1000 exemplaires environ pour la bleue(+ cuir blanc) et 1000 exemplaires pour la grise(+ cuir jaune). Petit détail amusant cette version était livrée avec un set de bagage longchamp assortie à la couleur du cuir (bon courage pour trouver un propriétaire qui les a encore). Elle est est d’ailleurs tellement recherchée qu’il en existe de nombreuses fausses (des V6 maquillés). 2 versions à éviter : le diesel (c’est quand même dommage pour une telle diva) que vous trouverez en général avec de très gros kilométrages et le 2.0 135 qui n’a rien pour lui (moins de performances, plus gourmand)

    Et encore merci pour cette très belle présentation !

    Répondre
  8. Pierre_

    J’ai vu ce coupé, blanc, cuir inter. noir, occasion, quasi neuf, dans un garage tout proche il y a un an, je me suis arrêté aussitôt pour le voir de près. Je découvrais cette auto. Le garagiste s’est alors approché et nous avons alors fait le tour complet du véhicule (inter./exter.). En un mot, Superbe.
    Bravo Célia.
    Un grand moment.
    _Et bientôt l’Impala… ‘Alors là n’en jetez plus, c’est du harcèlement les amis !’

    Répondre
  9. PhareOuest

    Bonsoir,
    un titre à la Pervers Pépère…
    C’est vrai que sa ligne est toujours aussi agréable et qu’elle n’a pas du tout vieillie. Je me laisserai bien tenter par une version V6 en boite automatique , mais la fragilité des pare-chocs, le tableau de botd banal de la berline et dernière chose, elle est trop basse pour un vieux comme moi…Roulez jeunesse!

    Répondre
  10. Jean-François BERTRAND

    Superbe !
    Qu’est ce que cette ligne peut bien vieillir !
    Équilibre, simplicité, une classique dès sa naissance.
    Et cet intérieur est magnifique, lumineux.
    Très bon choix !

    Petite question, l’Impala ne serait elle pas la petite copine d’un superbe Fiat 850 coupé ?
    Huuummm ??

    Répondre
  11. Nabuchodonosor

    ♪♫
    Dis-moi, Céline, les années ont passé
    Pourquoi n’as-tu jamais voulu, avoir un beau bébé ?
    De toutes mes sœurs qui vivaient ici
    Tu es la seule sans petit.

    Non, non, non, ne rougis pas, non, ne rougis pas
    Tu as, tu as toujours de beaux yeux
    Ne rougis pas, non, ne rougis pas
    Tu aurais pu rendre un bagnolard heureux.

    Dis-moi, Céline, toi qui es notre aînée
    Toi qui fus notre mère, toi qui l’as remplacée
    N’as-tu vécu pour nous autrefois
    Sans jamais lorgner sur l’Impala ?

    Non, non, non, ne rougis pas, non, ne rougis pas
    Tu as, tu as toujours de beaux yeux
    Ne rougis pas, non, ne rougis pas
    Tu aurais pu rendre un bagnolard heureux.

    Dis-moi, Céline, qu’est-il donc devenu ?
    Ce gentil fiancé qu’on n’a jamais revu
    Est-ce pour le quat’re-cent six coupé
    Que tu l’as laissé s’en allé ?

    Non, non, non, ne rougis pas, non, ne rougis pas
    Tu as, tu as toujours de beaux yeux
    Ne rougis pas, non, ne rougis pas
    Tu aurais pu rendre un bagnolard heureux.

    Mais non, Céline, ta vie n’est pas perdue
    Nous sommes les bagnolards que tu n’as jamais eus
    Il y a longtemps que je nous le savions
    Et nous ne l’oublierons jamais…

    Mmh, mpmh, mmh, ne pleure pas, non, ne pleure pas…
    ♫♪
    😉
    Nab-Hugaufray

    Répondre
  12. Chapman

    Les coupés Peugeot c’est quand même quelque chose. Celui ci à quelque chose de féminin dans la grâce de ses proportions et sa finesse…. Ou est ce le charme de sa propriétaire ?
    Pour le prix, pourquoi se priver de rouler dans une auto qui vaudra un jour beaucoup plus.
    L’intérieur cuir de cette jolie couleur sauve un peu l’habitacle « grande série »

    Répondre