Souvenirs d’Autos (284)🇫🇷 Blier n’aime pas le maquereau

Par le Commandant Chatel. J’ai eu la chance de travailler souvent avec le comédien François Guérin. Après avoir joué les jeunes premiers après guerre, il était devenu un grand spécialiste de la pub radio où sa voix chaleureuse et souriante enchantait les publicitaires de tous poils, dont moi.

 

Quand j’enregistrais des pubs radio avec François, je lui demandais de me raconter des histoires de tournage…

En 1967, il interprète un colonel bonapartiste dans « Caroline Chérie ».

Et parmi les « vedettes » se trouve Bernard Blier (sans aucun doute un magnifique acteur) mais qui n’avait pas toujours un caractère très facile.

Ce jour-là, il avait pris dans le nez un jeune acteur… dans ce cas-là (c’est en tout cas ce qu’il a raconté à François) il faisait des blagues disons « particulière ».

Blier allait acheter deux kilos de maquereaux qu’il déposait en douce sur le moteur de la voiture de celui qui était devenu sa cible…

L’infortuné comédien partait après sa journée de travail… puis sentait une drôle d’odeur de poisson… qui devenait totalement insupportable.

Quand il s’arrêtait, c’était trop tard. L’odeur irrémédiable s’était incrustée dans les fauteuils, la moquette…

Il n’y avait plus qu’à vendre la voiture à « pas cher »…

Bref, François, très méfiant, qui roulait toujours dans des jolis coupés, fermait toujours son auto sa voiture et surveillait du coin de l’œil le blagueur pas si drôle…

Bonus

François est aujourd’hui enterré au cimetière ancien de Neuilly pas très loin de ses partenaires Pierre Fresnay (lui aussi un sacré bagnolard, fou d’américaines) et Yvonne Printemps. François m’avait raconté une anecdote quand il jouait avec eux « Père » d’Edouard Bourdet, en 1958, au théâtre de la Michodière.

À l’époque, on faisait les saluts au rideau. Les acteurs saluent. On baisse le rideau… On le relève. Ils saluent à nouveau. Etc.

Un soir, Yvonne Printemps qui n’avait pas un caractère facile, engueulait Fresnay dès que le rideau était baissé.

Ça donnait :

Yvonne, grand sourire au public, puis derrière le rideau :

  • Vous vous êtes encore trompé, vous n’êtes qu’un con !!

Pierre, grand sourire au public, puis derrière le rideau :

  • Vous avez entendu, François ?

François (très gêné) grand sourire au public, puis derrière le rideau :

  • Oui…

Pierre, grand sourire au public, puis derrière le rideau :

  • Eh bien moi, j’ai entendu, « Je vous aime, je vous aime, je vous aime »…

Rideau !!

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.  On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…  Et si possible, joignez à votre histoire des photos….  On adore ça chez POA ! Merci.

 

 

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

11 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (284)🇫🇷 Blier n’aime pas le maquereau »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Chapman

    Il y a aussi le truc coincé dans le pot d’échappement, façon Le Cerveau ( quand Bebel coince un saucisson dans le pot de la Rover P6 de David Niven). Pour peu qu’il soit un peu pourri.
    🙂

    Répondre
  2. Mat Ador

    Une petite rallonge à votre bonus, si vous le voulez bien mon Commandant :
    Pierre Fresnay, Charles Trenet et Sophie Desmarets firent une course automobile.
    Savez-vous lequel gagna ?
    Sophie bien-sûr qui démarrait pendant que Charles Trainait et Pierre freinait…
    C’était une des préférées de mon grand-père.
    🙂

    Répondre
  3. Pierre_

    Je n’ai pas souvenir de blague sur nos autos., objet marquant et précieux.
    Mais la marée-chaussée elle, savait y faire avec son papier pincé sous l’essui glace. Ça oui tient je m’en souviens !
    Cette photo de Blier tout sourire nous enchante.

    Répondre
  4. Alain

    Génial Mon Commandant !

    Le coup des maquereaux marche à tous les coups.

    Quand j’étais jeune, on avait fait aussi le coup des camemberts érasés dans les grilles d’entrées d’air en plein été. Cela leur laisse bien le soin de couler un peu partout et donc de bien tapisser les passages jusqu’à l’intérieur. Le temps faisait le reste pour que se développe une odeur caractéristique… Et très difficilement nettoyable ce dont on s’est aperçus quand on a voulut rattraper le coup vis à vis du copain… Il faut dire que sa mère, propriétaire et utilisatrice journalière de l’auto avait trouvé la « blague » assez moyenne à son « goût ».
    Les poissons peuvent aussi se fixer sur le dessus du silencieux avec des tous petits fils de fer. Quasi invisibles mais très efficace…

    Allez, on arrête de donner de bonnes idées sinon cela va finir par se retourner…

    Alain

    Répondre