Souvenirs d’Autos (282)🇫🇷 La 403 de Paris France📽

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Ah, Alain dont j’adore le ton, revient avec une nouvelle histoire… que dis-je, une chronique ! Mille mercis pour sa fidélité.

« Le deuxième souffle » de Jean Pierre Melville revu sur Arte il y a quelque temps me rappela que mon premier vrai copain parisien fût Alain M. et plus qu’un bon copain, il fût celui qui me fit connaître une certaine société Parisienne et découvrir en cinéphile accompli les séances privées du studio du club 13 qui venait d’ouvrir avenue Hoche où il avait ses entrées…

J’avais participé à l’installation de son nouvel appartement de jeune marié, où nous organisions deux fois par an des fêtes à thème avec décors sophistiqués, buffet assorti et éclairages soignés… Un jour pour finaliser le décor de notre réveillon « Al Capone reçoit à Boulogne », je l’accompagne chercher sa vieille caméra 16 mm et quelques accessoires toujours stockés chez ses parents dans son antre d’adolescent…

Rue Spontini, 300m2, l’appartement de son père, président d’un grand groupe de magasins nommé Paris France (les Magasins Réunis, les Trois Quartiers, etc.), et tout au fond, dans l’espace de trois chambres réunies, une sorte de studio de cinéma bricolé où Alain avait construit un décor de commissariat et s’initiait à la mise en scène, autodidacte comme son maître à penser Jean-Pierre Melville, et où il retournait des scènes d’interrogatoire à la PJ, incarnant à merveille Paul Meurisse, Lino Ventura ou Gabin…

Comme beaucoup d’étudiants il roulait en 4L, mais conducteur brusque et agacé, l’auto finit sa jeune vie dans un fossé du côté de Parly 2…

Son beau-frère compatissant fit jouer ses relations à la direction du groupe familial dont le garage regorgeait des voitures de fonction des directeurs, noires et rutilantes…

Ainsi, Alain se retrouva propriétaire d’une superbe 403 Luxe, noire, intérieur tissus gris (la même que celle du commissaire Fardiano, il exultait!).

Nous avions enfin une superbe bagnole avec un immense coffre pour mettre tout le matériel des chantiers de déco qu’on réalisait presque tous les week-ends, et les voyages se faisaient toujours dans une ambiance polar – Allée de Longchamp, tunnel de St Cloud, Louveciennes, Ville d’Avray, le Vésinet – il ne manquait que les sulfateuses dans le coffre…

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Faites comme Alain, racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion… même sans mitraillettes dans le coffre !  On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos….  On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

10 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (282)🇫🇷 La 403 de Paris France📽 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. PhareOuest

    j’ai également effectué mon apprentissage de jeune conducteur sur une 403 8cv Grand Luxe de 1959. C’est vrai que dans les années 70 c’était déjà une auto très datée et pas encore à la mode. J’ai aimé cette voiture achetée en parfait état pour une poignée de moules, mais malgré son toit ouvrant et ses sièges avant qui une foid baissés s’ alignaient avec les coussins du siège arrière, créant ainsi un vrai « lit », pour draguer les filles, elle n’était pas un atout……

    Répondre
  2. Chapman

    J’ai fait mes premières armes de « pilote » sur une 403. Cette auto m’a appris l’anticipation. Mon formateur, un ami de mon père, à mes côtés, j’ai bénéficié de tous les conseils d’un conducteur d’avant guerre, tous les petits détails qu’on ne peut pas apprendre à l’auto école.
    Dans les années 70 c’était déjà une auto très rétro et, à son volant j’étais comme dans un film….. En noir et blanc.

    Répondre
  3. Pierre_

    Les 403 étaient partout. Peugeot frappait fort.
    Les Quatrelles plus modestes apportaient de la couleur. Une, fit le bonheur de la famille dès 67 je me souviens.
    J’aime beaucoup la dernière phrase.

    Répondre
  4. Alain

    Quelle auto quand même.. D’un classicisme pu jus.

    Dire qu’elle est sortie le même jour que la DS… Quand on regarde les deux, on se dit que cela reste hallucinant et que Peugeot n’a vraiment pas eu de bol sur ce coup là…

    Belle histoire où l’on imagine tous ces décors prompt à aider à se dérouler le rêve de grand écran… Tout cela est terminé avec les Imachin et Google trucs qui permettent de jouer les starlettes sur Facebidule et autres… C’est quand même pas la même classe… J’ai du mal à imaginer Gabin ou Lino Ventura comme influenceur…

    Répondre
  5. François P

    Sur la photo on peut voir une 403/8 avec le 1468 cm3, une voiture increvable pour l’epoque, très statutaire, un beau volume intérieur, de bonnes performances. Conduire cette berline apportait un certain respect à son propriétaire…mais n’en faisait pas un quelqu’un de spécial.. Il fallait à l’epoque avoir un DS et là tous les fantasmes étaient permis..

    Répondre
  6. Nabuchodonosor

    A sa naissance, il n’est donné à l’homme qu’un seul droit : le choix de sa mort.
    Mais si ce choix est commandé par le dégoût de sa vie, alors son existence n’aura été que pure dérision.

    Répondre
    1. Lieutenant Columbo

      Vous devez faire référence aux petits billets que Melville glissait au début de chacun de ses films.
      « Mauvais souvenirs, soyez pourtant les bienvenus, vous êtes ma jeunesse lointaine… » L’Armée des Ombres.
      Savez M’sieur, je crois bien avoir vu tous ses polars…

  7. Georges Piat

    Mieux qu’une histoire, un vrai film en noir et blanc. Je vois la 403 noire brillante, s’engouffrant dans le tunnel de Saint Cloud encore à double sens de circulation…. Merci pour l’ambiance, c’est sublime.

    Répondre
    1. Alain L

      Merci Georges, de nous rappeler en plus ce détail qui fût fatal à bon nombre et en particulier a un de nos amis de l’époque de cette histoire! Aujourd’hui cela semble évident mais ce tunnel à double sens par jour de pluie, sur la file du milieu… brrr…j’en ai encore froid dans le dos!!!