Nouvelle Audi A3 (2/2)🇩🇪 : 4 avis valent mieux qu’un

 

La nouvelle Audi A3 passe entre les mains de Cédric Fréour, Julien Rosburger, Renaud Roubaudi et Celia, une jeune petite observatrice qui a accepté de jouer le jeu avec nous. Célia est une véritable « bagnolarde » qui roule en Peugeot 406 coupé ( à découvrir en juillet sur POA), possède une Chevrolet Impala de 1959 et travaille chez Style & design, une société qui réalise des concept car et des séries spéciales pour les constructeurs.

Après des années d’errements dénoncés par le Premier Ministre, cette nouvelle A3 renoue avec la finition moussée et un classicisme désormais subtilement latinisé. Est-ce suffisant pour stopper l’Audiscepticisme du Premier Ministre et éviter une rechute, et convaincre nos nos trois autres compères ? La réponse dans ce test 4 avis, qui ne laisse aucun détail échapper à nos yeux avertis et comme toujours d’une objectivité irréprochable. 


POA examine la machine à cash d’Audi, la petite A3. Elle arrive après des errements de la marque aux anneaux dénoncés par le Premier Ministre en personne, ayant provoqué chez lui des poussées d’Audiscepticisme, dont seul le port d’un masque – mais sur les yeux cette fois – aurait pu le guérir. Le médecin du Premier Ministre lui a d’ailleurs prescrit des anxiolytiques depuis trois jours pour prévenir toute rechute ou éviter toute euphorie non contrôlable au cas où cette A3 serait une Audi digne d’en porter les anneaux. 

Après avoir laissé Philip Nemeth faire l’éloge dans une première vidéo des secrets des designers ayant réussi à tendre des courbes anguleuses sur la carrosserie désormais plus latine, nous voilà parés pour conduire la nouvelle création des joyeux lurons Hans et Friedrich d’Ingolstadt. Pour cet essai, la petite observatrice Célia, travaillant pour l’agence Style and Design, donnera son avis féminin sensé et réfléchi, ô combien important dans le monde automobile, et sur POA plus spécialement. C’est d’ailleurs elle qui ouvre le bal, soutenue par les cors de chasse des chasseurs à courre traquant sans relâche le caribou sur les terres de Philip Nemeth.

C’est l’agencement intérieur qui est premièrement sujet à débat. Célia regrette l’austérité de l’intérieur noir, symbole de la légendaire intensité de la folie germanique. Mais tout comme le Premier Ministre, elle est admirative de la qualité des matériaux et du dessin de la planche de bord. Le Président soupçonne même le père Fréour d’avoir eu un orgasme en faisant mousser les plastiques, mais tout ceci ne nous regarde pas. Mais le Premier Ministre preuve s’il en est que l’objectivité professionnelle ne le quitte jamais même en essayant une Audi, émet toutefois une critique sur la rangée de boutons sous l’écran.Le Président préfère quant à lui le toucher du volant et le cuir à trous-trous qui lui donne l’impression d’avoir une gaufrette sous la main. 

Le Premier Ministre retrouve également la conduite allemande qu’il affectionne tant. L’A3 passe haut la main le fameux “test Fréour”, qui consiste à prendre un virage rapidement tout en ne tenant le volant qu’à deux doigts. Ce test est ici poussé à l’extrême puisque le Premier Ministre le fait durer pendant presque 3 minutes 30, et il semble que l’A3 se comporte en vraie Audi. Quant au Président, ne conduisant que des yachts de six-cylindres -ou plus-, il trouve que cette A3 n’a vraiment rien dans le slip, mais le diesel n’est assurément pas ce qui lui convient le mieux. 

Au terme de cet essai Célia n’épargne pas l’A3, qui si elle est une bonne voiture, manque pour elle du soupçon de charme qui l’aurait fait se retourner dans la rue à son passage. Elle pousse même le vice jusqu’à faire crisser un plastique dur sur les contre-portes. Au bord de l’évanouissement, Audiman retrouve néanmoins sa casquette de défenseur acharné de l’excellence germanique. Pour lui, cette A3 renoue avec le savoir-faire d’Audi et il apprécie le mariage entre le classicisme bourgeois et l’once de provocation apportée par les designers. Ce supplément de modernité lui confère selon lui une nouvelle âme (cette si belle formule métaphysique est bien d’Audiman en personne). 

Quant au Président et à Julien, ils sont enthousiastes, bien que le premier aimerait l’avoir en électrique et le second reste conquis par la révolution de la Classe A, mais ils posent une nouvelle question pertinente: est ce que ce design n’est finalement pas fait pour plaire davantage à la gente masculine? Nous aurons tout un live lundi pour en débattre avec vous, chers petits observateurs. Sachez néanmoins que si vous souhaitez effacer vos dernières pertes en bourses suite à votre achat inspiré d’actions Air France avant le confinement, Jean Pagézy peut vous concocter un financement très avantageux. 

 

L’avis des Petits Observateurs !

14 commentaires au sujet de « Nouvelle Audi A3 (2/2)🇩🇪 : 4 avis valent mieux qu’un »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Philippe

    Sympa d avoir fait venir une petite observatrice.
    C est vrai que les modes s Line ça devient risible sur les petites config comme ça. Le pire c était la classe a juste avant quo avait l amg Line en 118d avec 2 échappements énormes et de jantes énormes et des bas de caisse. C était juste risible. Surtout que les grosses jantes diminuent encore plus les perfo.
    Ce qui ressort des essais presse aussi c est les diesel qui gueule. Le clignotant qui fait un rafut pas possible. Je me sentais seul avec ma giulia.
    Tableau de bord super inspiré et je rejoins Julien. Ils auraient dû mettre le virtuel cockpit derrière le volant et rien d autre et prolonger la planche de bord du passager jusqu au conducteur. Et là ça aurait eu une gueule… Ça aurait été magnifique. L écran est hyper mal intégré de travers ça casse tout. Doit y avoir des traces de doigts partout évidemment.

    Répondre
  2. John Steed

    Quatre Avis pour une A3 à Quatre Anneaux.
    Les trois mousquetaires unis à d’Artagnan s’apprêtent à combattre à fleurets mouchetés.
    En garde ! Les lames sifflent, les coquilles tintent, attaque, parade, riposte, contre-riposte.
    Nos amis parviendront-ils à faire déjouer la mainmise du tout puissant diesel en ce riche lieu ? Rien n’est moins sûr…
    Un pour tous ! Tous pour un !

    Répondre
  3. Neufcentdixespada

    « Attention ça va barder !» , pourrait on penser en apercevant le véhicule de loin,pourvu de ces dispositifs aéro ,de ces pneus qui vont sûrement arracher le bitume… et on s’approche ,on zyeute le monogramme s-line… ah ben dommage c’est pas une rs ni une s… on se dit que, bon ça doit être réservé aux moteurs qui causent quand même un peu… dont acte… Audi fait du tuning,et se crée un peu plus de marge bénéficiaire,en flattant l’ego des futurs acquéreurs

    Répondre
  4. Etienne

    Ce format de video est toujours sympa !!

    La meilleure des Audi récentes, a mon avis. Ce qui prouve combien les Q8, A6, Etron ne sont pas fait(e)s pour l Europe.

    Des 3 allemandes je trouve que la A3 est proposition la plus juste.

    Je suis monte dans une Classe A recemment j etais sidere de la faible qualite intérieure, des commodos en plastique tout dur, de l inconfort des sièges, de la poussiere sur les ecrans…et tout ca en concession.

    Est ce que la victime dans ce segment sera la Bmw série 1 ?

    Pour une fois, assez d accord avec le Premier Ministre : cette A3 est un peu une valeur refuge. Celle qui rassure et va bien vieillir.

    Sinon, Monsieur le Premier Ministre, le bruit du diesel…enfin…meme sur mon smartphone ca me choque…

    Répondre
  5. Pierre_

    Encore une fois cet exercice -4 avis- est intéressant, il permet à chacun de travailler avec attention et concentration sur la conduite et sur les comportements de l’auto. C’est fait pour mon Pierre, évidence garçon !
    Un exercice en solo, studieux et appliqué. Une bonne idée.
    Bienvenue à Celia, Petite Observatrice. Encore une bonne idée tient!

    Répondre
  6. Tomsko

    Une voiture qui cartonnera en location pour entreprises, de par le sérieux qu’elle dégage; pour les banlieusard pour l’agressivité et la sportivités qu’elle semble suggérer; mais vraiment d’une banalités.

    Une voiture qui ne transpire aucunement la passion, mais plutôt la voiture d’ingénieur dans le mauvais sens du terme. (mais c’est ce que la clientèle d’Audi veut après tout)

    Et puis pour moi Audi c’est la TT, les RS3/6, A6 etc… du coup qu’est ce que l’A3 a à offrir (à par le nom Audi) face à une Peugeot 208 ou autres concurrents du segment ?

    Répondre
  7. Thierry

    6 commentaires …. c’est peu !
    #penséepourCédric quand il lit nos réflexions sur cette A3, je suis comme les autres intervenants, j’aime cette formule 4 conducteurs qui osent (presque) dire ce qu’ils ressentent. Quant à l’Audi … bof !

    Répondre
  8. Fils de Pub

    Nous adressons toutes nos félicitations à Charles & Geneviève qui fêteront leurs 51 ans de mariage le 04 juillet prochain à bord de ce magnifique Combi T2 orange.

    Répondre
  9. Frankreich

    Il faut se rappeler de la présentation des précédentes A3. Elles arrivaient avec une présentation, des lignes et un tableau de bord sans rapport avec les Golf, Leon et consorts.
    Là je vois les lignes musculeuses d’une Leon, le tableau de bord presque intégralement repris des Leon/Golf. Bref pas une réelle nouveauté. C’est tape-cul et bruyant. L’A3 est devenue une déclinaison de la compacte du groupe. Ce qu’elle était déjà mais elle se donnait les moyens de le cacher. Là on dirait qu’elle ne cherche même plus à faire illusion.
    Audi a pour lui de faire toujours de l’effet sur sa fan base, mais un produit comme celui-ci donne un goût très marketing, très positionnement d’une logique de groupe.
    Je trouve que l’équivalent de ce qu’était l’A3 est désormais représenté par la Mazda 3
    Et la conclusion de Julien est bonne, la classe A qui a 2 ans semble avoir 2 ans d’avance sur cette A3

    Répondre
  10. Mat Ador

    Audi s’inspirant de Peugeot. Oui mon cher Nabu il semblerait que les mouches aient changé d’âne.
    Et cela transpire à l’intérieur jusque dans le, j’allais dire, vrai-faux e-cockpit avec ses commandes regroupées et ses touches piano au-dessus de la console centrale. Félicitations Messieurs Vidal et Tavares, vous êtes devenu un modèle à suivre pour les modèles premium Allemands qui ne savent plus se renouveler. Qui l’aurait prédit il y a dix ans encore ?

    Il y a cependant une faute de configuration criante dans le modèle essayé. Le fauteuil à appui-tête intégré avec ses gros boudins de maintien latéraux semble incompatible avec la manipulation d’une boite mécanique à levier sur console centrale. Aucun des essayeurs ne peut tenir fermement en main le pommeau sans contorsionner exagérément son poignet droit.
    Tous ce sont déboité l’épaule mais aucun n’en n’a parlé… A cause sans doutes d’une perception biaisée qui laisse à penser qu’Audi frise la perfection, à force de remettre sans cesse son travail sur l’ouvrage…

    Répondre
  11. Nabuchodonosor

    Merde, y’avait pas que les loupiotes… Et dans cette robe bleu nuit c’est encore plus flagrant, Tavares a carrément refourgué tout le cul de la 308 à Ingol-berte-que-jstadt. Alors là, y m’épate vraiment Tavares…

    Si j’apprécie beaucoup ces essais à quatre avis croisés en live dans le cot’pit comme dit Juju, il semble que, de mon point de vue, vous ayez raté le coche de l’essayer également chacun à votre tour avec les trois autres occupants à bord, à quatre quoi. Car lesté de 200 kg supplémentaires cela change tout, et c’est précisément là que l’on commence à cerner les limites de l’auto. C’était l’occase parce que cela, aucun essayeur ne le fait.

    Concernant une réflexion précédente à propos du petit retrait sur l’avant du capot et bien que je n’en connaisse pas la raison, ce sont les nez des capots des Porsche GT2 et GT3 qui sont positionnés légèrement en retrait au-dessus du bouclier avant et non celui de l’Audi Quattro à laquelle vous faisiez référence, c’est-à-dire probablement à l’Audi Sport Quattro de 1985 homologué groupe B, qui avait, qui avait en effet sur sa partie centrale un renflement rectangulaire sous lequel était ménagé trois petites prises d’air supplémentaire permettant de gaver en air les 350 bourrins du 5 cylindres turbo.

    Merci à vous tous et bienvenue à Celia qui, cela s’est vu, n’a pas hésité à taper dedans comme on dit !
    😉

    Répondre
  12. Chapman

    Monsieur le Président, chère Célia, je vous rejoint. C’est bien gentil, c’est bien allemand, c’est bien Audi mais quel ennui.
    Ça va plaire aux loueurs. Le marché c’est eux maintenant. N’oublions pas la marque plébiscitée par les Français qui achètent…… Dacia
    🙁

    Répondre