Morgan Plus 8🇬🇧: Que c’est bon les plaisirs démodés.

Patrice Vergès. Morgan, petit constructeur centenaire britannique qui produit à la main des voitures de sport construite selon un procédé datant des années 30 a été en partie racheté en 2019 par un fond d’investissement italien.

La Morgan Plus 8 avait gardé la silhouette intemporelle du modèle original en plus épanoui notamment au niveau de la largeur

Rassurez vous, cette prise participation majoritaire ne marque pas la fin de la marque mais au contraire un pas en avant pour la développer davantage à l’international et produire plus que les 700 voitures qui sortaient annuellement de la petite usine de Malvern Link.

Si vous voulez énerver un possesseur de Morgan, dites lui que son châssis est en bois ! Légende véhiculée parce que la Morgan dispose depuis toujours d’un cadre en bois en frêne sur lequel est fixée uniquement la carrosserie. Rassurez-vous, son châssis en longerons en Z renforcé par des traverses en X est réalisé en tôle galvanisée tandis que sa carrosserie est entièrement aluminium (en option) sur cette version Plus 8 datant de 1986 dérivée de la Plus 4 née en 1950, elle même extrapolée de la Four Four qui vit le jour en 1936.

La structure en bois fabriquée chez Morgan ( DR). Alimenté par injection, le gros V8 d’origine US développait 200 chevaux !

Depuis 1950, la Morgan Plus 4 toujours produite a reçu au cours de sa longue existence une foultitude de mécaniques de divers constructeurs, de Coventry à Ford en passant Triumph et même Fiat. Il y a quatre ans, POA essayait une version à moteur Triumph TR4. Aujourd’hui, c’est une Plus 8 lancée en 1968 animée par un V8 3,5 l emprunté à Rover, bloc en aluminium d’origine américaine puisqu’il avait vu le jour sous la marque Buick au début des années 60.

Esthétiquement, si elle avait conservé la même silhouette intemporelle, elle se voulait plus agressive avec des ailes et voies élargies et un empattement légèrement allongé chaussée de jantes en alliage léger de 15 pouces dont le modernisme avait choqué à l’époque. Pour nos yeux d’aujourd’hui, ce roadster semble minuscule avec moins de 4 m de long pour 1,60 m de large et 1,25 de hauteur.

Une allure inimitable du moins avec les options dont le liste était aussi épaisse que l’annuaire des PTT

Jantes en alliage sur cette version

Un boulet de canon !

Née avec 155 ch en version carburateur, le passage à l’injection lui fit gagner près de 50 ch en 1984 soit autour de 200. Entre temps, elle avait abandonné sa vieille boîte à 4 rapports Moss contre une d’origine Rover à cinq rapports tous synchronisés et une direction à crémaillère plus précise que celle à vis et galets originelle mais encore optionnelle en 1986. Comme une Morgan pèse autour de 900 kilos, vous imaginez le rapport-poids puissance ! Le visage fouetté par le vent car les minuscules saute-vent ne remplacent pas le pare-brise abaissé, les courants d’air s’engouffrant par les portes largement échancrées, le dos martyrisé par une suspension qui n’en a que le nom (essieu très rigide à l’arrière et à piliers coulissants à l’avant), au sein d’un concert de vibrations, mon chauffeur, heureux propriétaire de cette Plus 8 full option me fait goûter aux accélérations de sa voiture. Du lourd ! Avec le 0 à 100 en 6 secondes qui plaquent durement au dossier. On imagine ce que ça doit donner à plus de 200 km/h. Le tout à quelques centimètres du sol qu’on peut toucher du bout de son doigt. Ce doit être acrobatique !

Pas question de jouer des coudes dans le cockpit exigu balayé par les remous d’air assiégé par un arceau de sécurité ( optionnel) dont il est aussi malaisé de grimper à bord que d’en descendre à cause de la faible hauteur des portes obligeant à se tordre la cheville. L’inconfort et l’exigüité de sa voiture ne semble pas gêner Patrice.  » Nous partons en vacances avec et sommes allés jusqu’en Italie avec mon épouse ». Un passionné d’auto qui totalise plusieurs centaines de voitures achetées depuis sa Vespa 400 qui fut son premier véhicule. Cela dit, la faible garde au sol exige une certaine prudence sur routes bosselées même avec des reins en béton comme son propriétaire.

Un intérieur tendu de cuir. Il faut glisser ses pieds sous le tableau de bord pour  » descendre  » à bord. Le pare-brise rabattable laisse apparaitre deux saute-vent dont l’efficacité ne m’a pas semblé évidente

A faire pâlir les Harleyistes

Équipée d’une ligne d’échappement en inox, le gros V8 dégage par ses deux épaisses sorties un fracas de décibels jubilatoires très proches de ceux d’une Harley au niveau de leur staccato.  » C’est un bruit qui fait pâlir les Harleyiste » s’amuse Patrice. Une voiture achetée en 2006 sur un coup de foudre.  » J’ai vu son annonce sur LVA et c’est d’abord sa couleur grise et ses sièges en cuir rouges qui m’ont séduit. Le soir, je l’avais achetée ». Tout ce qui attirant dans une Morgan comme la loupe de noyer de la planche de bord, le joli volant bois, le pare-brise rabattable, la capote en beau tissus, le tonneau-cover, la carrosserie en aluminium, le porte-bagages indispensable étaient alors en option et faisaient grimper son tarif qui atteint aujourd’hui 100 000 euros sur un modèle neuf qu’il faut attendre longuement.  » C’est une voiture puissante et sans aucune aide à la conduite. Elle est exigeante au niveau du pilotage et demande une certaine concentration si on veut exploiter ses chevaux car l’arrière déboite très vite sur mauvais revêtements » explique son propriétaire. C’est la conduite d’une autre époque où une voiture devait être maîtrisée ce qui la rend d’autant plus fascinante à notre époque de voiture aseptisée.

« Tant que je pourrai descendre « 

Au fil des années, la Plus 8 a gagné une mécanique poussée à 3,9 l puis 4,5 l avant de voir sa production arrêtée suite à la fin de Rover avant de revoir le jour motorisée par un puissant V8 4,8 l BMW. En 2018, Morgan a dévoilé une version spéciale Plus 8 50 TH Anniversary animée par ce V8 délivrant 367 ch autorisant près de 250 km/h avec le zéro à cent en 4,5 secondes seulement. Après un peu plus de 6 000 exemplaires fabriqués en 50 ans, cette série spéciale marquait la fin de la Plus 8 tuée par les normes antipollution. Depuis, il a été remplacé par un 6 cylindres BMW bi-turbo de 340 ch accouplé à uniquement à une boite automatique à 8 rapports liée à une direction assistée. Même si cette Morgan désormais baptisée Plus 6 a perdu sa sauvage rusticité, elle n’a pas vendu son âme au diable et reste le plus vieux modèle produit au monde sous une ligne intemporelle.  » C’est la voiture de mes rêves » avoue son propriétaire  » Elle suffit à mon bonheur de passionné. Tant que je pourrais descendre dedans, je la garderai ! « .

Capotée, il faut monter beaucoup de souplesse, pour se glisser à bord. Coup d’œil dans le retro de la part de son propriétaire

L’avis des Petits Observateurs !

9 commentaires au sujet de « Morgan Plus 8🇬🇧: Que c’est bon les plaisirs démodés. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Chapman

    Depuis que je suis né, cette voiture existe et, tout comme notre président, je suis certain qu’elle me survivra….. Ne serais ce qu’en décoration dans les salons des gens de bon goût, quand sur une planète gardée par des virus toujours plus insaisissables, nous seront contraints jusqu’à la fin des temps, à voyager dans nos intérieurs.

    Répondre
  2. Dany

    J’ai possédé quelques mois une Morgan à moteur Ford 1500 4 cylindres que j’ai vendue trop rapidement suite à un accident. Une voiture pas comme les autres que je regrette encore même si je sais que mes reins, avec l’âge, ne supporteraient plus sa suspension vraiment symbolique

    Répondre
  3. Nabuchodonosor

    En même temps que je lis et apprends sur elle, Merci oncle Pat’, je me dis que cette plus vieille voiture encore au catalogue, porte peut-être en elle les germes de la voiture du XXIème siècle d’après covid-19… Ce serait dingue, non ?
    😉

    Répondre
    1. Mat Ador

      La structure bois qui supporte les panneaux de carrosserie, le mobilier et l’habillage intérieur sont réparables à vie chez n’importe quel ébéniste tant que le châssis est intact.
      Le powertrain s’adaptera quant à lui au gré des modes et des usages. Électrique pour les citadins, Diesel pour les représentants de commerce, par exemples.
      Vu sous cet angle, l’avenir semble prometteur pour l’utilisateur comme pour la planète en effet mais il faudra que la législation évolue, enfin s’adapte en faisant fi des lobbyismes je veux dire… Pas gagné.

  4. Ju44

    Des bagnoles vraiment intemporelles d’autant plus avec le V8 Rover aussi indestructible que musical.

    Certes, elle demande de l’entretien (Tout comme une TVR, qui offre un châssis et une carrosserie aussi originale dans le concept que dans le style, et qui plus est affublée du même moteur), mais quel plaisir dès qu’on tourne la clef. Et même sans la démarrer, on pourrait la garer au milieu du salon que cette oeuvre d’art Britannique ne dépareillerait pas !

    Tant que Morgan existe, le plaisir automobile existe… Après ça faudra sérieusement se poser la question !

    Répondre
  5. Hakim Mansouri

    Mogan fait partie de ces intemporels qui a la fois nous font rêver mais aussi nous réconforte. On se dit que tant que nous verrons de telles véhicules encore rouler, il y a une place pour la liberté en ce bas monde.

    Répondre
    1. Renaud Roubaudi

      Je pense même que Morgan survivra à toute les crises. Si l’automobile venait à disparaitre, du moins être beaucoup plus limité dans son utilisation, Morgan, un peu à l’image des chevaux de race, continuerait son aventure auprès des collectionneurs et des amoureux de la chose automobile. Avec quelques millier d’unité produite par an, je les vois encore en 2120.

    2. PascalDeVillers

      Bonjour Hakim,
      Merci d’avoir réagi sur les photos publiées hier par Renaud son compte Instagram , c’était mon Alfa , elle est de février 2008 , moi j’ai un moteur bien italien sous le capot, un 5 cylindres 2.4 JTDM de 210cv / 420 N/M / 90 000Km.
      Des moteurs comme celui là , il n’y en a pas eu beaucoup et il n’y en aura plus jamais .
      Malgré les nombreux détracteurs de cette voiture; non mérités à mon sens ,car on attend toujours beaucoup pour une ALFA d’autant plus si c’est un top modèle .
      Il est vrai qu’au départ le concept car fut présenté avec un V8 MASERATI et je conçois la déception à l’heure du retour sur terre alors que sonna le temps de la mise en production après les arbitrages de la direction du groupe FCA .
      Voir l’article d’un certain Cédric FREOUR datant de 2006 ci-dessous .
      https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwjCk4bN4vboAhWmx4UKHTpfAdQQFjAAegQIARAB&url=https%3A%2F%2Fwww.lesechos.fr%2F2006%2F04%2Falfa-brera-la-presque-parfaite-569304&usg=AOvVaw2WOkdK0Zh5i67eWRkTZNx2
      Dans cette version il y a de quoi se faire plaisir à son volant avec un joli son en charge et elle ne manque pas d’atouts en particulier pour le voyage .
      Et puis je suis toujours heureux d’admirer ses lignes .
      Mais je comprends les nostalgiques du mythique Busso .
      Bonne Journée.
      Pascal