Chevrolet Chevelle SS 🇺🇸1969 (Secrets de design) : c’est quoi une muscle car ?

Philip Nemeth, ministre du design de POA, décode pour nous la Chevrolet Chevelle SS de 1969 et il nous explique le phénomène des Muscle Cars aux Etats-Unis. Expert en design automobile et industriel, vous pouvez posez vos questions à Philip à  : phnemethconsulting@gmail.com . Sachez que Philip loue sa papeterie pour des séminaires.

L’avis des Petits Observateurs !

15 commentaires au sujet de « Chevrolet Chevelle SS 🇺🇸1969 (Secrets de design) : c’est quoi une muscle car ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Pascal DeVillers

    Bonsoir,
    Pour ceux qui seraient intéressés, sur RMC découverte un des épisode actuellement visible de VINTAGE MECANIC est consacré exactement à ce modèle , histoire de compléter l’information sur cette voiture.

    Pascal

    Répondre
  2. Nabuchodonosor

    Des paquebots flamboyants des fifties aux muscle cars des sixties qui emplissent nos salles de cinoche du vrombissement de leurs four barrels, des grands espaces à perte de vue, des filles nues comme s’il en pleuvait, le rêve américain n’en finit plus de faire tourner nos têtes d’adolescent pré-pubères…
    Faut dire qu’elle t’envoie tant de sensualité à la gueule cette Chevy Chevelle, que c’en est presque obscène, bestiale…
    Et la banquette aurait tellement d’histoires à nous raconter…
    « Ami, sais-tu que les mots d’amour voyagent mal de nos jours ? »
    😉
    Nabunostalgique

    Répondre
  3. Neufcentdixespada

    Merci Mr Nemeth… on peut aussiessayer de dénicher l’excellent opuscule « Muscle Cars « de Mike Mueller chez ETAI.

    Répondre
  4. Philippe

    Quelle culture cet homme là.
    Il pourrait nous parler pendant des heures d une Logan qu on s en passerait pas.
    Et encore la Logan je suis sûr qu il y a plein d astuces de raisons a connaître.

    Merci pour ce sympathique épisode une fois de plus.
    J ai un doute. Il nous avait déjà présenté la mustang ou pas ?

    Répondre
  5. Neufcentdixespada

    Si on veut voir ce qu’est une muscle car,plutôt que de visionner Bullit ,qui ne tient que par Steve Mc Queen et la poursuite culte(le reste…. bof) il faut absolument voir le film hommage a la Dodge Challenger qu’est Vanishing Point(Point Limite Zero,en francais) une merveille que je decouvris a l’âge de onze ans ,avec le rectangle blanc (ouhlala,attention les enfants ,allez lire vos illustrés dans votre chambre !!!!) sur la tv noir et blanc des parents wui s’étaient absentés ce soir là… un choc!

    Répondre
    1. Chapman

      J’avais oublié ce film. Merci de le faire ressurgir dans ma mémoire. Sommes nous nombreux à le connaître ? Je l’ai vu à sa sortie au cinéma et jamais entendu parlé depuis jusqu’à ce que vous…..
      Vous parlez d’un choc, surtout à la fin !
      Je ne me souvenais plus que c’était une Dodge Challenger. J’adooooore les américaines mais n’y connais très honnêtement pas grand chose.

    2. Neufcentdixespada

      Cher Chapman(et autres) ,le film existe en DVD chez 20th century Fox,mais pas facile de se le procurer en ces temps troublés… mes excuses à Lalo Schiffrin ,la bande son est aussi un des bons éléments de Bullit

    3. Touringske

      Ouiii ! « Vanishing Point », j’y pensais aussi. Quel excellent titre (si lourdement traduit en français), puisqu’il résume avec toute l’acuité voulue cette fuite en avant radicale du personnage. En fait, c’est plus qu’un film, c’est une parabole (dans ce cas, une parabole à un point de fuite, si je peux me permettre cette incongruité géométrique).
      Je me permets de vous recommandr la vision de la version complète, avec la scène de l’autostoppeuse – jouée par Charlotte Rampling toute jeune – qui a été sucrée, je crois, dans la version US, pour des raisons qui me restent obscures.
      Merci à Philippe Nemeth, à l’équipe de POA et à tous ces petits observateurs qui forment une communauté à laquelle on a d’autant plus envie d’appartenir que les circonstances nous brident dans notre vie sociale.

    4. Pierre_

      Film culte en effet merci de le rappeler.
      Un petit observateur le citait encore dans son commentaire il y a un an environ. J’ai alors effectué une recherche pour me le procurer. Introuvable (sauf erreur).
      Pour avoir travaillé 6 mois aux US en 84, à mon retour je jetais aux orties nombre d’Images d’Épinal concernant ce pays.
      Pays de bagnolards invétérés, une certitude. Chaque samedi à la sortie de boite de nuit nous filions sur une portion d’autoroute déserte y effectuer des courses. Grand moment je dois dire.
      Départ donné par la pin’up de la bande. Souvenir marquant.

  6. Pascal DeVillers

    Bonjour,
    Les versions SS seraient un peu les GTI européennes , étant donné les 400 CV de l’engin , je dirai plutôt que les GTI sont un peu les versions SS americaines.
    A part cela,on se voit tout de suite traverser l’Amérique d’Est en Ouest à son volant dans une road trip idyllique.
    Cette voiture est un morceau d’Amérique sur roues dans toute sa démesure.
    En revanche je ne sais pas si le charme opère sur nos petites routes sinueuses de notre France éternelle.
    Pascal.

    Répondre
  7. MF67

    Vidéo passionnante, comme à chaque participation du Ministre du design !

    Bon, en principe je ne suis pas fan des américaines, que je trouve parfois caricaturales, mais c’est toujours intéressant d’enrichir ses connaissances automobiles.

    Notons que la technique, employée par les constructeurs d’outre-Atlantique, de changer l’accastillage d’une année-modèle à l’autre, avait été importée en France par Simca dans les années 50, ce qui ne facilite pas la vie des restaurateurs de ces voitures aujourd’hui…

    Répondre
  8. Chapman

    J’adooooore les américaines des années soixante, la ligne, le bruit. Pour moi le summum c’est la poursuite du film Bullit et le bel accident qui la conclue.
    Merci pour cette explication sur le design « approximatif » de l’époque…. Je m’en contente bien.

    Répondre