Souvenirs d’Autos (270) : L’Animal

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Voilà l’ami Georges Piat qui est de retour… Comme toujours, son histoire a un goût savoureux.

 Dimanche après-midi vers 16 heures, le soleil tape encore fort sur le tarmac de l’aérodrome de Toussus-le-Noble (78).

Au bar des Ailes, je commande un diabolo menthe. De la terrasse, on voit tout ce qu’il se passe, les avions qui remontent le taxi-way et les rares taxis qui attendent le client…

Justement, une Peugeot 504 blanche vient d’arriver. Le chauffeur descend pour ouvrir les portières une à une et baisser les glaces. Il n’y a pas beaucoup de voitures climatisées à cette époque.

Quatre types en costard viennent de s’installer à la table voisine, radio VHF à la main pour suivre le trafic de l’aérodrome.

  • C’est bon, ils arrivent… fait l’un des gars qui rejoint le taxi Peugeot.

On chuchote maintenant à la table d’à côté. Visiblement, on attend quelqu’un de connu.

Tout là-bas, dans la lumière aveuglante de cette fin d’après-midi, un bimoteur puissant est en approche. On entend bien le bruit des pneus qui touchent la piste surchauffée. L’avion d’affaires ralentit sa course avant de passer devant nous.

Le chauffeur de taxi démarre illico la 504.

  • Non, pas tout de suite, ils prennent un pot… fait l’un des sbires.

Le taxi coupe le diesel et reprend son journal.

Un couple descend enfin de l’appareil. Tout le monde essaie de savoir qui est-ce… Je manque d’allumer ma Rothmans par le filtre : C’est notre Bébel national avec Raquel Welch à son bras !

La fille est moulée dans une robe léopard hyper mini. Lui, chemise et pantalon blancs, fait le show, la cigarette serrée entre les dents. Ils sont bronzés comme des pains d’épices.

Échanges de banalités, cafés sur le pouce et rires de convenance avant de s’engouffrer dans la 504 GL immatriculée 75 qui démarre en trombe.

J’apprends quelques jours plus tard la sortie du film de Claude Zidi, l’Animal. On est en 1977.

Je sais qu’il faut vivre au présent n’empêche qu’il y a des fois, j’aimerais bien remonter le temps, juste un peu…

 

Merci beaucoup, Georges.

Et pour les nostalgiques (dont je fais partie), voici la bande annonce de l’Animal :

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19475847&cfilm=31095.html

 

Enfin, pour ceux qui ne l’avait pas lu, voici le souvenir où Mick Jagger utilisait, lui aussi, un taxi 504 :

https://www.petites-observations-automobile.com/2019/12/souvenirs-dautos-253-la-limousine-de-mick-jagger.html

 Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA !Merci.

 

 

 

Dimanche après-midi vers 16 heures, le soleil tape encore fort sur le tarmac de l’aérodrome de Toussus-le-Noble (78).

Au bar des Ailes, je commande un diabolo menthe. De la terrasse, on voit tout ce qu’il se passe, les avions qui remontent le taxi-way et les rares taxis qui attendent le client…

 

Justement, une Peugeot 504 blanche vient d’arriver. Le chauffeur descend pour ouvrir les portières une à une et baisser les glaces. Il n’y a pas beaucoup de voitures climatisées à cette époque.

 

Quatre types en costard viennent de s’installer à la table voisine, radio VHF à la main pour suivre le trafic de l’aérodrome.

  • C’est bon, ils arrivent… fait l’un des gars qui rejoint le taxi Peugeot.

 

On chuchote maintenant à la table d’à côté. Visiblement, on attend quelqu’un de connu.

 

Tout là-bas, dans la lumière aveuglante de cette fin d’après-midi, un bimoteur puissant est en approche. On entend bien le bruit des pneus qui touchent la piste surchauffée. L’avion d’affaires ralentit sa course avant de passer devant nous.

 

Le chauffeur de taxi démarre illico la 504.

  • Non, pas tout de suite, ils prennent un pot… fait l’un des sbires.

 

Le taxi coupe le diesel et reprend son journal.

Un couple descend enfin de l’appareil. Tout le monde essaie de savoir qui est-ce… Je manque d’allumer ma Rothmans par le filtre : C’est notre Bébel national avec Raquel Welch à son bras !

 

La fille est moulée dans une robe léopard hyper mini. Lui, chemise et pantalon blancs, fait le show, la cigarette serrée entre les dents. Ils sont bronzés comme des pains d’épices.

 

Échanges de banalités, cafés sur le pouce et rires de convenance avant de s’engouffrer dans la 504 GL immatriculée 75 qui démarre en trombe.

 

J’apprends quelques jours plus tard la sortie du film de Claude Zidi, l’Animal. On est en 1977.

 

Je sais qu’il faut vivre au présent n’empêche qu’il y a des fois, j’aimerais bien remonter le temps, juste un peu…

 

Merci beaucoup, Georges.

Et pour les nostalgiques (dont je fais partie), voici la bande annonce de l’Animal :

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19475847&cfilm=31095.html

 

Enfin, pour ceux qui ne l’avait pas lu, voici le souvenir où Mick Jagger utilisait, lui aussi, un taxi 504 :

https://www.petites-observations-automobile.com/2019/12/souvenirs-dautos-253-la-limousine-de-mick-jagger.html

 

 

 

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.

On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…

Et si possible, joignez à votre histoire des photos….

On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

22 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (270) : L’Animal »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1. Mat Ador

      Ah je l’avais oubliée celle là : Toutes les deux heures la Pozzi s’impose !
      * Son œuvre le suppléant, il continuera d’âtre toujours avec nous.

  1. Dubby Tatiff

    Une des scènes du film avait été tournée en pleine journée dans un supermarché près d’où j’habitais alors. Les amies de ma mère qui avaient assisté aux cascades de Bébel dans son déguisement de gorille, entre les rayons pâtes et sauce tomate, étaient ravies – les vipères – de perfidement commenter lors des diners que Bébel faisait bien plus vieux en vrai « qu’à la télé ».

    Ça ne l’empêchait apparemment pas d’avoir son petit succès auprès des dames ; et des sacrément belles !

    Répondre
  2. Nabuchodonosor

    Seriez-vous Devin/Oracle/Nabi, mon Commandant ?
    Me revient votre prophétie du 1er février 2020, en commentaire du SDA 263 qui m’honorait.
    « Palsembleu, restons groupés, les amis…
    Il y a tant et tant d’anti-bagnoles-anti-bagnolards-anti-liberté-anti-tout…
    Nous sommes les derniers aventuriers des temps modernes !
    Bientôt, le plaisir de se balader pour rien sera probalement un délit !
    En attendant, bon WE.
    Pace e salute. »
    Impressionnant !
    https://www.petites-observations-automobile.com/2020/01/souvenirs-dautos-a-la-conquete-du-col-du-stelvio-en-camionnette.html

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Mon Commandant,
      Désormais nous attendrons avec impatience le moindre commentaire de votre part, observerons attentivement le moindre de vos mots, en déchiffrerons le moindre sens, dans l’espoir d’y lire, comme dans le marc de café, une parcelle d’avenir.
      Mes respects Amiral.
      😉
      Nabuconfinéetprosterné

  3. damien

    Mes biens chers Maîtres,
    Si vous convoquez Bébel, alors là, j’en suis !
    Mon premier film au cinéma (je ne compte pas qlqs disney de prime enfance), c’était le Guignolo, avec mon père et ma soeur. Rien que d’en parler…
    Mon père roulait en 504. Bébel usait les bateaux et les hélicos. Des rôles taillés sur mesure et au moins un gamin qui a maintenant 46 ans qui se confine avec délectation dans ce magnifique souvenir.
    Mon Commandant, votre régiment de fidèles vous rêve en Général.

    Répondre
    1. damien

      Je vois bien notre Président Roubaudi Empereur. Rien de moins.
      Par les temps actuels, les rêveries conservent notre jeunesse !

  4. Pierre_

    Dans votre souvenir Georges vous ne précisez pas si Bebel monta dans le taxi par le toit ouvrant et poussant le chauffeur dans la rue, enfin seul, emporta l’actrice au coeur de Paris.
    Merci Georges pour ce Souvenir.

    Répondre
  5. Nabuchodonosor

    Dialogues, Michel Audiard et Musique, Vladimir Cosma.

    Bébel était alors à son apogée. Quant à la bombe Raquel, son érection cinématographique correspondant peu ou prou à ma mue bourgeonnante, je peux affirmer que nombre de ses posters suggestifs où elle apparait quelques peu dévêtue, l’ont accompagnée durant toute cette période transitoire, comprise entre l’insouciance de la peau lisse de l’enfance et la sagesse de celle déjà burinée (le i a tout son sens) de l’homme marié. Hugh !

    Merci pour cette belle histoire Georges qui nous rappelle notre adolescence et nous fait prendre un peu d’altitude au-dessus de la couverture nuageuse qui voile notre ciel.
    😉
    Et avec mes respects du vendredi, à bonne distance, mon Comanche.
    A la prochaine, ici bas ou au Paradis, qui sait.

    Nabu positif au POA

    Répondre
    1. Georges Piat

      Tu sais, quand je me relis dans le contexte actuel, j’ai encore plus envie de remonter le temps !