Souvenirs d’Autos (264) : Qui a piqué le CLK ?

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Merci au petit observateur Frédéric de Strasbourg.

Nous sommes en 1998 et je suis envahi par une douce euphorie en ce début d’été.

Comme beaucoup de mes compatriotes, je suis évidemment particulièrement satisfait d’être devenu champion du monde tout en gardant mes fesses moulées dans le canapé, mais l’objet de mon transport est ailleurs.

Mon transport – c’est le cas de le dire – est dû à la récente décision de mon père de s’offrir une rutilante Mercedes CLK, alors qu’il n’a, des années durant, conduit que d’insipides breaks Renault dont l’utilisation la plus funky consistait en de nombreux trajets vers la déchetterie le dimanche matin.

Cette CLK, qui n’a dans l’absolu rien d’une sportive, constitue forcement pour ma famille de non-bagnolards la quintessence de la performance automobile puisqu’il y a marqué « Kompressor » sur la malle arrière.

Mon permis fraîchement en poche et prêt à vivre mes premiers émois automobiles, je fais timidement ma cour à la belle CLK, me contentant pour le moment de l’astiquer et de potasser le manuel technique.

Puis vient le jour où je décide de l’emmener au cinéma ; sans le dire à mon père, évidemment. Les amours sont encore plus piquants avec un petit parfum d’interdit.

Le film est vite oublié, la scène qui suit en retournant à la voiture beaucoup moins vite.

Plusieurs tours à travers le parking n’y font rien : pas moyen de retrouver cette foutue caisse ! Il faut me rendre à l’évidence, on me l’a volée.

Probablement influencé par le film d’espionnage que je viens de voir, j’ai alors la riche idée, en voyant les caméras de surveillance, de me rendre au PC Sécurité du parking pour demander à l’expert préposé de réaliser une analyse informatique avec reconnaissance faciale de l’odieux larron. 

Mais de PC Securité, il n’y en a point. Juste une malheureuse guitoune mal éclairée. 

Quant à mon Expert Sécurité, il s’agit juste d’un quidam peu conciliant qui attend péniblement la fin de son service.

Néanmoins, à force d’arguments irréfutables tels que « s’il vous plait !! » et  « je vais me faire tuer !! », j’obtiens finalement  l’aide de mon cerbère qui visualise la bande vidéo.

Ça y est ! le voleur est enfin démasqué !

Il s’agit de mon père qui est venu récupérer la voiture avec le double des clefs….

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.

On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…

Et si possible, joignez à votre histoire des photos….

On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

15 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (264) : Qui a piqué le CLK ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Fabrice

    Vraiment la grande classe votre père! Belle leçon d’efficacité et d’élégance sans drame inutile. Et j’imagine la leçon retenue pour plusieurs générations!

    Répondre
  2. Chapman

    La leçon n’a t elle pas été encore plus profitable qu’un lourd sermon au retour du cinéma avec privation de sortie et autre agent de poche suspendu ?
    Enfin je dis ça mais peut être y a t il eu rétorsion malgré tout…. Ce serait bien d’avoir la suite !

    Répondre
  3. Nabuchodonosor

    … De retour au bercail tard dans la soirée, le petit Frédéric tout contrit, verra pour la première fois dans les yeux de son père ses quelques lettres injectées de sang « KOMPRESSOR » !!!
    😉
    Mes respects, mon Commandant.

    Répondre
  4. Jean-François Bertrand

    Excellent ! Et je suppose qu’il y a une suite… Que je permets d’imaginer… : le comité d’accueil au domicile familial et le petit conseil de discipline qui a dû en découler…

    Répondre