Souvenirs d’Auto (265) : un amour de 2CV

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Cette histoire (qui en dit beaucoup sur les rapports sentimentaux qu’un homme peut entretenir avec sa voiture) m’a été envoyée par Vianney. Je le rassure au passage, nous sommes tous victimes de cette pathologie…

 

Ma deuche est plutôt commune, mais notre histoire l’est moins…nous étions fait l’un pour l’autre.

Après un premier modèle démonté pour restauration, lâchement délaissée pour avancer dans le chantier de la maison, puis vendu en période de vaches maigres pour acheter du placo, je frémissais à chaque fois que j’entendais une autre 2 CV (et presque identique) démarrer…

Je la voyais par la fenêtre de mon bureau à côté de ma boîte. Un jour, je me trouvais dans le bureau de mon patron, celui-ci l’entend démarrer et me dit :

  • Tiens y’a ta deuche, d’ailleurs tu devrais aller voir le proprio, il ne s’en sert pas trop il est peut-être vendeur…

Je la regarde s’éloigner et lui répond :

  • Cette année pour mes 30 ans j’en rachète une!

Le lendemain matin, que vois-je sur Leboncoin ? ladite 2CV, fraichement mise en vente, le proprio l’avait gardée pour son fils qui n’en voulait pas, préférant une moderne (le pauvre!).

L’affaire est conclue dans la journée, elle avait été achetée neuve par une mamie qui s’en est peu servie (il faudra d’ailleurs consacrer un article aux mamies en deuches et leur attachement à leur bagnole!) et rachetée ensuite par ce monsieur qui roulait peu.

Elle partage ma vie depuis 3 ans, et pour au moins 30 ans encore… car celle-là, pas question de la vendre !

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.

On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…

Et si possible, joignez à votre histoire des photos….

On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

12 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Auto (265) : un amour de 2CV »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Alain

    Bien belle histoire autour de celle dont, pour la première fois, la publicité affirmait que « ce n’est pas une voiture c’est un art de vivre »…

    J’ai racheté celle de mon grand père à son décès et tente de continuer d’en prendre soin.

    Si vous aimez les 2CV, Deuches et autres Deux Pattes, surtout ne manquez pas la rencontre annuelle des 2CV clubs de France qui se tient cette année à Saint Dizier (52) du 20 au 24 Mai 2020 (https://nationale2cv2020.fr/). Vous pourrez y admirer plus de 3500 2CV et dérivés. De toutes les couleurs, de tous les aspects, de toutes les années, de tous les modèles, de toutes les régions (voir pays)…. Bref, un truc un peu (très) dingue…

    Vous y serez Vianney ?

    Alain

    Répondre
  2. Mat Ador

    « Toi seule es toute ma joie, tout mon bonheur, toute ma vie; Je ne vaux que par toi et pour toi. »
    Citation de Victor Hugo – Pour la Saint-Valentin du bagnolard invétéré.
    😉

    Répondre
  3. Pierre_

    Aïe! Restauration et Maison ne font pas bon ménage c’est évident. Compliquée, pareille association.
    Mais les parenthèses ont du bon, la preuve.
    Passionné de son auto… et puis c’est la saint Valentin tient!

    Répondre
  4. Georges Piat

    Il se passe des choses métaphysiques avec les voitures. Cela me rappelle un dessin humoristique dans une revue américaine. Un client fumant un gros cigare voit une Rolls d’occase et dit au vendeur : Je la veux ! Et le vendeur qui répond : Mais est ce qu’elle vous veut, elle ?
    Métaphysique je vous dis !

    Répondre
  5. Nabuchodonosor

    Un emprunt à la coccinelle, mon Commandant…

    Mais bon, puisqu’il y des poètes dans la salle, allons baguenauder dans les pâturages, partons nous promener à la Belle des Champs
    (Les paroles ne sont pas de Vianney mais de Mister Pub Gotainer).

    ♪♫ Au volant de ma grosse limousine
    A double quaduro
    Quand je pense au prix de la benzine
    J’ai le blues de la 2cv
    Je voudrais pouvoir l’appeler titine
    Lui donner un nom rigolo
    Mais c’est pas le genre de ma berline
    Ça rigole pas dans mon auto
    Au volant de ma grosse limousine
    Derrière mon gros capot
    Je peux rouler vite mais je m’enquiquine
    J’ai le blues de la 2cv ♫♪
    😉
    Bon vendredi à tous et avec mes respects du vendredi, pardi.

    Répondre
  6. Jean-François Bertrand

    Ça me rappelle ce que j’ai vécu avec ma Turbo R, que j’avais prénommemé Sue Helen (elle buvait enôôõrmément…), quelles souffrances lorsque je l’ai perdu dans un accident, à chaque fois que j’en croisait une, j’avais l’estomac noué. Le Gros l’a remplacé et je me surprend régulièrement, lorsque je le sors, à lui parler tout en lui mettant une tape affectueuse sur le dessus du tableau de bord… Mais chut, ça doit rester entre nous, je ne voudrais pas que des hommes en blouses blanches viennent sonner à ma porte…

    Répondre