Youngtimers : Le phénomène prend de l’ampleur

Par Patrice Vergès. Il y a trois ans, POA avait enquêté sur le phénomène Youngtimers. Depuis, le phénomène  » des jeunes anciennes  » s’est amplifié entraînant des prix à la hausse. Rassurez-vous, il y a encore matière à se faire plaisir avec moins de 5 000 euros.

Une Youngtimer, c’est une voiture de collection encore trop jeune pour être reconnue comme ancienne par la Fiva qui exige qu’elle soit âgée de 30 ans. Mais comparé au sectarisme remarqué il y a quelques années où les Youngtimers étaient bannies des rassemblements d’anciennes, on note désormais une meilleure acceptation de ces dernières. En fait, il s’agit généralement d’un problème générationnel entre leur propriétaire puisque celui d’une « young » est fréquemment plus jeune que son véhicule contrairement à celui d’une véritable oldtimer !

Gros trou d’air pour les voitures de collection

Le marché de l’ancienne connait un gros trou d’air actuellement ce qui est plutôt une bonne chose car certains prix surréalistes vus ici ou là ne correspondaient à rien. Suite à la crise financière de 2008, certains commissaires priseur bien connus avaient réussi à faire croire à des investisseurs naïfs que l’auto ancienne était le placement financier miraculeux du 21eme siècle. Sentiment exacerbé en 2015 par la vente de la collection Baillon plus ou moins bidonnée qui avait nourri le sentiment chez quelques gogos qu’une épave rouillée sortie de grange valait obligatoirement une petite fortune. Cruelle désillusion de quelques investisseurs qui ont vu leur voiture achetée à Retromobile ou dans de prestigieuses ventes aux enchères perdre plus de 40 % de leur valeur en deux ans !

En revanche, la cote des Youngtimers serait au contraire dans un mouvement haussier. N’exagérons rien car les prix pratiqués restent encore dans le domaine du raisonnable sauf pour quelques exceptions. Ceux que nous donnons sont extraits de la cote officielle de l’excellent magazine Youngtimers, bible de tous les possesseurs de ce type de voiture.

La folie GTI

Avec moins de 3 ou 4 000 euros, plus question de prendre le volant d’une GTI des années 80/90 qui frisent désormais les 12/15 000 euros pour des modèles en bon état comme la Peugeot 205 GTI la star du marché devant la Renault 5 GT Turbo ou la Peugeot 309 GTI 16 S tandis que la Golf GTI première série s’envole vers des sommets ( 20 à 25 000 euros!) de même que la Clio Williams. Même chanson pour une BMW série 3 325 E30 considérée comme ringarde il y a peu encore qui s’enfuit vers les 10 000 euros. Même explosion des prix pour une belle Fiat Uno Turbo ou une Fiat 130 Abarth TC voire une Alfa Sud TI. Cela dit, il ne faut jamais oublier que ce n’est pas parce qu’une voiture de collection est proposée à 15 000 euros qu’elle se vend 15 000 euros. C’est un marché d’offre et de demandes avec parfois plus d’offres que de demandes ! C’est le cas des Porsche où il y a plus de modèles à vendre que d’acheteurs de Porsche d’où un décalage profond entre les prix annoncés et ceux réellement pratiqués.

La Peugeot 205 GTI est l’une des stars du marché avec un prix qui ne cesse de grimper

La Golf GTI série 1 1976/1978 à petits pare-chocs peut se vendre le double d’une version 82/83

Toutes les versions sportives de l’époque GTI comme cette Super Cinq GT Turbo voient leur cote progresser

En fait, tous les modèles sportifs de ces années là ont vu leur cote progresser plus vite que la moyenne des prix pratiqués. Donc si vous voulez une « Young » à un prix raisonnable, il ne faut pas viser une sportive sauf exception mais une version moins emblématique.

Moins de 5 000 euros

Il s’agit d’une somme médiane qui peut être divisée par deux dans le cas d’un modèle en état médiocre. Parmi les petites citadines, la première Twingo des années 93/95 commence à être sérieusement recherchée et si vous aimez c’est le moment d’en acheter une car sa cote devrait progresser comme celle de la Panda première génération encore très accessible selon l’état de sa carrosserie souvent attaquée par la rouille. Autour de 3 000 euros, il est possible de rouler dans l’une des premières 205 Peugeot 1100 ou Renault Super Cinq du milieu des années 80. Dans cette gamme de prix, on trouve pas mal de Renault notamment des Renault 9 et 11 de même des Honda Civic de la fin des années 80 et Volvo coupé 480. Les Opel qui ne sont pas chères se révèlent être d’excellente Youngtimers car elles sont généralement robustes et moins sensibles à la corrosion que les françaises et italiennes. Avec 3 000 euros, il est possible de dénicher une belle Kadett ou Astra du début des années 90.

Une Citroën BX 14 ou 16 en bon état peut s’acheter moins de 4 000 euros. Le double pour une version 16 S

La Twingo de première génération vendue moins de 3000 euros commence à être recherchée

Aussi de grosses cylindrées

Toujours dans l’éventail des prix de 3 à 4 000 euros, on peut rouler dans de plus grosses cylindrées qui offrent l’avantage d’être mieux équipées avec une direction assistée, glaces électriques et airbags voire ABS. Ce n’est pas négligeable. En furetant un peu dans les annonces et dans un garage spécialisé dans les Youngtimers, nous avons déniché une Renault 20 TS de 1982, une Peugeot 505 2 litres de 1980 et une Escort 1,6 l de 1985. On peut aussi se tourner vers une Renault 21 voire une Renault 25 mais dans des motorisations et finitions basiques. N’espérez-pas une 21 Turbo de 170 ch ou une R25 Baccara Turbo contre cette somme. On peut aussi se pavaner dans une Opel Omega deux litres ou une Honda Accord réputée pour sa grande robustesse. Fait amusant, toutes ces voitures âgées de plus de 30 ans ne sont plus des Youngtimers au sens propre. Malgré cela, par leur relative ancienneté, leur popularité, leur manque d’image due à leur production en grande série, par leur nom de marque de généraliste, elles sont encore considérées comme des Youngtimers.

La difficulté est de trouver une Panda en bon état vendue 2 à 3000 euros

Il est possible de dénicher une Peugeot 309 1100 ou 1300 en bon état autour de 3000 euros

 

Dialoguer avec son enfance

Pourquoi acheter une Young ? Si c’est pour placer de l’argent ou trouver du plaisir à son volant, ce n’est pas la meilleure idée. Si les voitures des années 80 sont encore parfois amusantes à conduire, elles avouent aussi 30 ans dans leur veine et n’offrent pas la sécurité active ni passive de nos productions actuelles surtout qu’elles avoueront généralement entre 100 et 200 000 km.   II est nécessaire que cette voiture ait un rapport avec votre passé, vos souvenirs, votre enfance, vos idéaux. Les collectionneurs d’anciennes sont souvent de vieux enfants qui, à travers leur véhicule, essaient de retrouver les goûts, les sensations et les émotions de leur jeunesse lorsqu’ils étaient assis à l’arrière de la voiture familiale. Chacun, nous avons une madeleine proustienne différente. Qu’importe. Il ne faut pas avoir peur de dialoguer avec ses souvenirs d’enfant car ce sont eux qui nous ont poussés à devenir ce qu’on est aujourd’hui. Rouler avec une voiture qui évoque les moments sucrés de son enfance est la meilleure façon de rester un grand enfant.

Vu dans un garage spécialisé dans les youngs, cette Renault 11 proposée à 2900 euros

Une des premières XM 2 litres ne coûte pas plus de 2 à 4000 euros

Si on trouve des Ford Escort à moins de 4000 euros, prévoir presque 30 000 pour cette version Cosworth

La robustesse des Opel permet de rouler en Omega 2 litres du milieu des années 90 pour 3 ou 4000 euros

A moins de 4000 euros, on peut trouver quelques Honda Civic 4 G de la fin des années 80

Une Peugeot 505 2 litres en bon état se vend autour de 3 000 euros. Comptez bien davantage pour une V6 ou une GTI Turbo

Le magazine Youngtimers réunit les passionnés de ce type de véhicules

 

L’avis des Petits Observateurs !

7 commentaires au sujet de « Youngtimers : Le phénomène prend de l’ampleur »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Serge

    Intéressant ! cela prouve qu’on peut encore se faire plaisir contre des sommes raisonnables. il y a en encore pas mal de beheme à moins de 5000 euros. !

    Répondre
  2. Neufcentdixespada

    En espérant que l’ampleur du phénomène ne nous fasse pas trop souvent croiser des bx 14 entrée de gamme(tr?) parées des délicieuses couleurs betterave/beige non métallisées,au détriment des plus originales japonaises de la fin des années 80 et du début des 90’…

    Répondre
    1. Patrice Verges

      Hélas, ce n’est pas du tout l’avis de jean louis Blanc président de la FFVE interviewé dans le Figaro.  » Si le repli constaté en 2019 poursuit sa route, les acheteurs pourraient conclure de belles affaires cette année. Selon les modèles, la cote s’est contractée de 10 à 30 % en 2019. Un phénomène normal et salutaire. La dernière décennie a été marquée par l’explosion des prix et l’arrivée d’une nouvelle clientèle alléchée par la promesse de réaliser une plus-value. L’histoire se répète: comme à chaque fois où la vision financière prend le pas sur la passion, le marché corrige ses excès. Signe que les fondamentaux sont sains, à la différence des années 1990, qui avaient enregistré un effondrement des ventes, le marché ne s’est pas écroulé. Par contre, les affaires se sont souvent conclues aux estimations basses ».

  3. Nabuchodonosor

    Ils auraient dû être classés « collection », malheureusement tous les anciens Présidents de Renault de Louis Renault à Louis Schweitzer ne sont plus, mis à part qui vous savez. Et qui vous savez n’a pas encore suffisamment tiré sur sa retraite pour prétendre entrer dans ce club. Il est donc ce que l’on appelle un Youngtimer. Il n’a pas l’âge de ses artères et il est fort à parier que sa côte va dorénavant monter en flèche…

    Bas les pattes, on meurt d’envie de savoir comment vous l’avez exfiltré et ce qu’il prépare pour son grand retour aux affaires. Deviendra t’il le nouveau PDG de l’alliance FCA-PSA ? Le Premier dirigeant de POA Automotive, une certaine idée de la mobilité ? Dites-nous tout, on veut tout savoir !
    😉

    Répondre
  4. Franck

    Exact pour les voitures de collection dont les prix ne correspondent plus à rien et ne se vendent pas au prix où elles sont affichées. En revanche, comment expliquer qu’une Golf GTI 1977 première version coûte le double d’un modèle de 1979 à cause de ses pare-chocs ?

    Répondre
    1. chapman

      Pure spéculation. Je me souviens, il y a fort longtemps de la différence de côte (du simple au double ) d’une Peugeot 203 d’avant 1953 par rapport à celles qui ont suivi. Petite lunette arrière, déflecteurs aux portes avant et tableau de bord à l’ancienne avec compteurs placés au centre, doublait littéralement la valeur de l’auto aux yeux des collectionneurs.
      Aujourd’hui je serais bien étonné qu’il y ait un tel différentiel de prix entre les premières et les dernières années de production de cette auto éminemment populaire.