Retrofit électrique : ce que l’on ne vous dit pas

POA rencontre les créateurs de Ian Motion une Start Up qui transforme des Mini thermiques en Mini électrique. La démarche des deux créateurs, ex Renault F1 et … ↓🚗↓ Renault ZE, se veut la plus respectueuse possible de l’environnement. Explication détaillée sur le choix du type de batteries, la façon de les assembler, de pouvoir les réparer, mais aussi le choix du moteur. Nous testons également la conduite de ces petits karts électrifiés. Alors pour ou contre le rétrofit ? le débat est lancé !

 

Deux anciens ingénieurs de Renault

Mais quelle voiture peut bien mettre Julien dans de tels états, semblable à lorsqu’il jouait à Grand Turismo à 12 ans? Une voiture que vous n’avez pas l’habitude de voir: une Mini rétrofitée par Ian motion, une équipe de deux anciens ingénieurs de Renault qui se sont lancés dans ce concept inédit. Le Premier Ministre retrouve lui aussi ses réflexes de pilote de F1, et fait glisser la Mini de l’arrière avec une maîtrise à faire rougir Fangio. 

Ni cobalt ni manganèse

Mais redevenons sérieux, car la promesse de cette voiture est très intéressante. C’est Roland le chimiste, l’un des deux gourous de la Mini survoltée qui nous explique le parti pris fort concernant les batteries qui ne comportent pas de cobalt ni manganèse, mais que du lithium, du fer et du phosphate qui sont des métaux peu polluants et facilement extractibles. Le prix à payer pour cette batterie vertueuse est l’autonomie qui n’est “plus que” de 150 km. Mais les cellules de la batterie vissées entre elles sont une autre propriété de cette voiture qui permettent de la recycler facilement. 

Pour ou contre le retrofit, c’est à vous de voir

Nous entendons déjà les puristes s’époumoner à dire que l’esprit de la Mini originelle n’est pas respectée avec ce retrofit électrique qui touche en plus à l’intérieur avec une planche de bord en chêne massif: tout d’abord il faut savoir que ces Mini ont suivi un cycle d’homologation ayant mené les deux compères et leur Mini à Chamonix sous la neige comme n’importe quelle autre voiture  et sont donc tout à fait aptes à rouler, et elles sont par ailleurs produites à quelques unités au départ…

Mais si ces puristes se retrouvaient à leur volant, ils pourraient bien ne pas en ressortir zen comme dans toute autre voiture électrique mais au contraire un brin excités par le tempérament de kart que cette Mini électrique a su conserver, comme toute bonne Mini originelle.

Photos Ronan Rocher

 

L’avis des Petits Observateurs !

20 commentaires au sujet de « Retrofit électrique : ce que l’on ne vous dit pas »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Ju44

    Si je ne suis pas forcément tenté à l’idée de convertir une ancienne en électrique pour les trois raisons suivantes :
    – Le respect de l’origine
    – La sonorité (quitte à rouler en ancienne, et à payer une carte grise à mi-tarif, autant choisir de bons gros moteurs!)
    – L’autonomie dérisoire ajoutée au coût de la transformation, et bientôt au coût d’utilisation exorbitant (merci à Ionity qui vient de rendre ma vénérable XJ40 4,0, bouffeuse de SP98 devant l’éternel, de nouveau concurrentielle vis à vis du prix du kWh qu’ils proposent désormais !)

    Je remarque et salue l’extrême bon sens de ces mécanos qui ont fait preuve d’une logique devenue rare en choisissant les matériaux les moins polluants à fabriquer et les plus aisés à recycler… Car il ne faut pas se leurrer, les solutions actuelles utilisées chez les grands constructeurs ne font que décaler le problème de pollution dans le temps ! Plutôt que de l’innovation, cela confine à de la malhonnêteté intellectuelle type dieselgate by VW !

    Par ailleurs, le fait d’avoir choisi des batteries de technologie lithium-fer-phosphate n’est pas non plus anodin pour la sécurité. Il s’agit il me semble de la seule technologie de batterie performantes qui n’explose pas en cas d’incident. Et ce n’est pas à mes yeux un « détail »… Encore une preuve du bon sens de ces mécanos !

    Répondre
  2. boudard

    Belle initiative surtout soucieuse de l’environnement, ce qui est loin d’être le cas sur le marché aujourd’hui avec un marketing chimérique plus que contestable…
    C’est encore cher effectivement, quant aux puristes (que je peux être parfois) il me semble que quand la motorisation initiale du véhicule n’est pas inoubliable ou vraiment intéressante (comme sur une mini basique par ex.), la conversion électrique est tout à fait vertueuse…

    Répondre
  3. Neufcentdixespada

    Mais les copaings ,bientôt les calangques seront intereudites aux bagnooleus ,elequetriques ou thereumiques…les vttistes y sont déjà personna non grata … (sur les chemings ,pour l’instang)

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Bien que j’apprécie beaucoup les publications de l’animateur de ce site vert, les allégations avancées au sujet du rétrofit, à savoir le prix, la sécurité, l’efficience et la revente, s’ils sont recevables, ne sont jamais que des arguments comptables ou d’ingénieur si vous préférez le terme, ignorant totalement les notions de plaisir, d’envie avec toute l’irrationalité que cela comporte…

      Quant à la notion de patrimoine, pardon de la dire mais il appartient, me semble-t-il, en premier lieu à celui qui possède un véhicule, parmi des milliers d’autres construits de façon identique, de se déterminer vis-à-vis de cela. D’ailleurs rien n’oblige un propriétaire de véhicule éligible en collection de l’y enregistrer. Et quand on sait que parfois le manque de pièces disponibles oblige à en fabriquer de nouvelles pour peu que l’on le veuille roulant, dites-moi où l’on doit mettre la barre de ce qui est bon à montrer aux enfants de ce qui ne l’est pas…

      Si toute production humaine devait immanquablement rester figée en l’état d’origine en vue d’intégrer potentiellement un patrimoine futur, le monde serait bien triste et sans aucune saveur. A ce compte-là La tour Eiffel aurait été démontée illico dès la fin de l’expo universelle, le travail d’Haussmann déconstruit par le Maire de Paris afin de ralentir et de démoraliser enfin les automobilistes et Notre Dame ne mériterait absolument pas que l’on lui refasse à neuf son toit.
      Enfin s’il est écologiquement irresponsable de reconnaître le recyclage, l’artisanat et le circuit court au profit d’un monde industriel bienfaiteur de l’humanité toute entière, c’est sans doute que j’ai dû m’assoupir un trop long moment et que mes neurones de commun des mortels ne connectent plus…
      😉
      Nabu remontécommeunependule.

    2. Dubby Tatiff

      Le positionnement de Ian Motion n’est pas complètement défini. Ils visent un peu tous les marchés à la fois, le retrofit mais également le neuf en invoquant la possibilité de bénéficier des bonus écologiques apportés par l’état lors de l’achat de véhicules neufs. Dans le même mouvement, ils invoquent également une motivation liée au recyclage de nombreux véhicules dont les moteurs sont cassés ou trop gourmands en essence (on parle de 205 ou de Range Rover). Ce n’est pas bien clair. Selon le marché visé il n’est pas anormal de leur voir opposé des argument plus ou moins rationnels ou plus ou moins émotionnels.
      Et puis franchement cette confusion continue d’être affichée dans le film de présentation sur leur site. Pourquoi monter dans une Mini Retrofit alors que l’on vient de faire un vol dans un avion ancien à hélice et moteur thermique ? En toute logique, l’avion devrait être retrofité lui aussi. Ou alors si on prend un plaisir particulier à son bord, tel qu’il est à l’origine, alors pourquoi se priver de la même expérience à bord de la Mini. Ce n’est pas très logique.

      Quelles sont les véritablement intentions ?

    3. Nabuchodonosor

      Je vos accorde mon cher Tatiff ne pas avoir encore pris le temps d’aller jeter un œil sur le site Ian Motion. Néanmoins je trouve que l’offre d’un artisan légalement autorisé, est intéressante, en ce sens et sous réserve de plus ample information en effet, qu’elle permette d’aller faire fabriquer sa voiture sur mesure pour une somme, somme toute pas trop déconnante et qu’elle n’oblige pas à souscrire un ou plusieurs abonnements à des distributeurs de charge rapide disséminés çà et là avec le bonheur que l’on sait, grâce aux reportages POA, pour parvenir à recharger.
      De la légèreté, de la simplicité et un simple prise de courant 16/32A domestique peut suffire à un certain public pour une seconde voir une troisième voiture utilisée en résidence principale et/ou secondaire.
      La promesse est également de pouvoir, à discrétion, c-à-dire sans être suivi par la patrouille de Big Brother & Co. d’aller et venir, de mettre à jour ses batteries et pièces d’usure sans changer de voiture et éveiller les jalousies locales… Oh je sais il n’y a qu’en France que l’on réagit ainsi, mais il se trouve que c’est le pays dans lequel je vis et dans lequel je veux vivre le temps qu’il me reste en toute quiétude…
      😉
      Merci de cet échange et bien à vous.
      Nabucool

    4. Dubby Tatiff

      Mon cher Nabu, il ne s’agit pas pour ma part d’en faire un débat moral ou une critique de style de vie. Chacun fait ce qu’il lui plait. Il ne s’agit que de comprendre à qui est destiné cette offre, quel besoin elle comble, quelles attentes satisfait-elle ?

      S’agit-il de viser le marché des anciennes roulant peu ? S’agit-il de viser le marché des Youngtimer pour en faire une seconde voiture pour aller au travail ? S’agit-il de concurrencer le marché des VE neufs ? Le discours de IAN Motion semble indiquer qu’ils visent un peu toutes ces cibles tout en ayant la première en priorité. J’interprète cela – a tord ou à raison – comme le signe qu’ils quantifient et analysent encore difficilement les tailles et les attentes de ces différents marchés. Hors, proposer une offre unique pour répondre à tous ces besoins est périlleux car les besoins diffèrent. Une conversion à 30000 euros, offrant 120 km d’autonomie peut faire sens pour une Triumph TR3 ou une Simca Aronde qui roulent peu le WE pour des ballades. Pour une 205 ou une Twingo 1 qui seraient destinées à rouler en ville et/ou à faire des trajets domicile/travail, il y aurait de quoi hésiter. Et si il s’agit de mettre en regard cette conversion avec un VE principal neuf et les usages que l’on en attend, la question ne se pose même plus tant le rapport qualité/prix du second l’emporte. Les critiques positives ou négatives que l’on fait à ces conversions dépendent largement de la cible de clientèle visée. Hors, si on peut répondre de manière artisanale aux première cibles, les dernières demandent une industrialisation.

      Bien à vous.

    5. Nabuchodonosor

      Mon cher Duby, et puisque vous m’appelez mon cher Nabu permettez que je vous appelle mon cher Duby, cela nous rapprochera toujours un peu.

      Puisque vous m’y avez invité, je suis allé jeter un œil sur le site Ian Motion. Leur promesse est de diffuser un kit électrique, que j’imagine différent pour chaque modèle développé – la Mini pour l’heure en l’occurrence – à destination d’un réseau de partenaires qu’il leur reste à tisser. Pour ma part je considère que le futur interlocuteur du client sera donc un artisan, le petit garagiste du coin peut-être. Artisans, en l’état actuel ils semblent l’être aussi. Ne leur demandez donc pas de se définir un marché, laissez le marché intéressé venir à eux. Ah, ils recherchent des parrains ? Vous avez parfaitement raison mon cher Duby, chacun fait ce qui lui plait-plait-plait.

      Supposons : Vous aviez une vieille 2CV dans le garage que vous n’avez jamais osé toucher par respect pour feu belle-maman (sic), mais voici que votre épouse commence à trouver l’objet inerte, encombrant (pas la belle doche hein, la do-doche, vous suivez ?)…
      Supposons encore : La tôlerie est intacte, mais le moteur sert de logement social aux rongeurs. Vous aimez la sieste mais vous n’êtes pas bailleur.
      Supposons également : Jean-Claude Gaudin est réelu et décide, tè, d’interdire le centre-ville de Marseille aux véhicules theremiqueus, con’.
      Supposons toujours : Le cabanon de belle-maman situé dans la magnifique calanque de Morgiou, dispose d’un garage et de l’électricité. Vous vous y rendez quelques fois dans l’année pour vous y reposer. Aujourd’hui peut-être vous recevez quelques amis pour une partie de pétanque et une bonne bouillabaisse. Aujourd’hui peut-être, tè, ou alors demaing’ il faut vous rendre au marché aux poissons sur le Vieux-Port à une quinzaine de kilomètres de là, peut-être même prendre le Ferry-Boatte. La deuche est là qui vous tend ses watts. Le pastis est au frais et les blagues sont prêtes…
      Elle est pas belle la vie peuchère’ ?
      😉
      Oh Duby, tu tires ou tu poin’tes ??

  4. Jean-François Bertrand

    Au delà du débat rétro fit or not rétro fit, je vois surtout deux gars pro actifs avides de trouver des solutions avec toujours comme fil conducteur la moindre emprunte possible. Et cette démarche me plaît.
    Maintenant c’est sûr pour le moment faire du rétro fit sur une voiture 100 % d’origine c’est en l’état dommage, maintenant votre grand père a une caisse sans moteur au fond de la grange… Pourquoi pas.
    Je pense qu’il n’y a pas, comme pour les modernes une seule solution, l’e85 a, aura certainement son mot à dire pour pouvoir préserver quasiment l’intégrité mécanique du véhicule: on garde une ancienne comme témoin du passé, si elle est dénaturée à ce point où est la notion de témoignage et de patrimoine pour les générations futures.
    Par contre concernant l’électrique, rétro fit ou non, et comme le fait judicieusement remarquer Nabu, la démarche commerciale de Ionity ressemble à un piège dont le cynisme n’a d’égal que la cupidité de ses dirigeants.

    Répondre
  5. Philippe

    Pas mal les info sur les batteries. Déjà qu on savait que c etait un bordel technique dans les voitures hybrides, une usine à panne, que ta voiture prenait 300kg, et que c était un désastre a produire tout ça piur gagner 2L/100 en conduite normale. On apprend aujourd’hui par nos camarades que ça va être un gouffre financier a réparer et recycler.
    Je viens de voir l essai du 3008 hybride 4 300ch. Très bien. Mais on a une patate de 2 tonnes qui coûte 4000 euros de plus que la version la plus puissante thermique tout ça pour consommer 6.5L/100 . Expliquez moi la logique ?

    Répondre
    1. Bonnin Christophe

      Oui… On va peut être encore avoir besoin de ce bon vieux moteur thermique pour un petit moment, finalement !

      Est ce que quelqu’un se souvient qui avait dit :
      – « Tu te rends compte… qu’est ce qu’ils vont en faire, de toutes ces voitures électriques, si elles ne se vendent pas ? » ?

    2. Philippe

      Oui J ai vu. En même temps ça doit coûter une blinde de creer un réseau avec une telle puissance.

      Il y en a qui vont déchanter. Le diesel va revenir en force. Électrique redevient super cher et est moins aide fiscalement. L essence est super taxée. Diesel is back.

      Je vois bien les politiques qui crachent sur le diesel depuis2 3 ans : a mince je comprends pas, on a tout foiré

  6. Miata-Boy

    Il faut vivre avec son temps… ou mourir !
    Donc oui pour les innovations permettant d’adapter nos vieilles guimbardes aux exigences de l’époque. C’est toujours mieux que de ne plus pouvoir les utiliser du tout…
    L’approche globale du duo est bienvenue dans une période où, finalement, on ne sait pas toujours qui pollue le plus. En plus, leur concept est complet, avec un travail de style sur l’intérieur comme sur les couleurs de caisse.
    Bref, très joli joujou pour époque troublée.

    Répondre
  7. Chapman

    Roland le chimiste…. Ça fait un peu polar à la Audiard….. Je crois que c’était Freddy en fait mais bon, ça le fait !
    La mini était déjà un vrai Kart à conduire. Avec la vivacité électrique, ça doit être jouissif…… Enfin ça l’est visiblement.
    🙂

    Répondre
  8. Nabuchodonosor

    Rétrocams et écrans mis à part, on est pas très loin du tarif et des prestations d’une Honda E.
    En seconde voiture ou pour laisser près du cabanon de plage, ça fait réfléchir…
    J’étais moins survolté par le rétrofit sur la 911 qui me chagrinais un peu.
    Et finalement je suis un peu comme notre JuJu National, enthousiaste et prêt à péter les plombs pour ce genre d’engin à la fois iconique et minimaliste.
    Bravo au chimiste et sa fine équipe !
    😉

    Répondre
  9. damien

    Bonjour,
    le rétrofit semble devenir un GROS sujet de NICHE. Ici, le prix est élevé, comme chez beaucoup d’autres.
    A Orléans, un autre rétrofiteur annonce des prix de conversion très en dessous de ce qui est annoncé ici.
    Il faudra apprendre à lire les notices techniques pour comprendre les différentes solutions proposées.
    Mon conseil du jour : acheter des petites citadines DIESEL.
    Bientôt on en cherchera tous pour en faire des voitures électriques.

    Répondre