Souvenirs d’Autos (253) : Un gendarme sur le capot de la Lambo

Par le Commandant Chatel. En tombant par hasard sur une vidéo insensée où un malheureux est accroché sur le capot d’une voiture qui fonce, il m’est revenu à la mémoire, une anecdote complètement dingue.

 

C’est un chanteur connu fou de mécanique dont j’avais déjà parlé :

https://www.petites-observations-automobile.com/2015/03/souvenirs-dautos-38-a-fond-dans-la-silver-shadow-de-la-star.html)

Si je ne révèle pas son nom, c’est parce qu’il est vivant… donc, « non, il ne s’agit pas de Johnny Hallyday »… appelons le « l’Animal »…

Nous sommes au milieu des années 70. L’Animal vient de faire un succès et passe s’acheter une Lamborghini Countach. Je le comprends car j’adore cette auto.

Quelques jours plus tard, après les formalités d’usage (sans oublier le chèque), l’Animal repart au volant de sa Countach.

Direction la Normandie.

D’abord, il prend l’autoroute le pied au plancher (à l’époque ça passait), puis il sort vers Beuzeville pour rejoindre Deauville par les petites routes.

Et là, il attaque…

Mais, au milieu d’un virage sur une départementale, il découvre un gendarme les bras en croix.

Il freine. Que dis-je, il pile. Et s’arrête à quelques millimètres du malheureux qui a dû avoir la peur de sa vie.

L’Animal ouvre sa fenêtre et intime l’ordre au gendarme de se pousser de là, car il est pressé et tout le toutim.

On est vraiment dans les années 70, c’est que le gendarme ne dégaine pas son arme et tente de négocier…

C’est inutile, l’Animal lui lance un : « Pousse-toi ou je démarre ! ».

Les choses vont très vite. Le gendarme ne se pousse pas. L’Animal passe la première et accélère. Le gendarme se retrouve sur le capot et n’a que le temps de s’accrocher à l’unique essuie-glace !

La Countach est lancée et parcourt (à peu près) 5 kilomètres, le gendarme accroché sur le capot… avant d’être stoppée par un barrage de gendarmerie.

Plusieurs jours d’arrêt maladie pour le gendarme téméraire (et pacifique).

Retrait de permis, confiscation du véhicule, amende salée et prison avec sursis pour l’Animal.

 

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…

Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA !

Merci.

L’avis des Petits Observateurs !

28 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (253) : Un gendarme sur le capot de la Lambo »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1. COMMANDANT CHATEL

      J’ai croisé Fred Mella il y a très longtemps.
      J’étais avec mon père et ma mère (je dirais vers 1965).
      Il roulait dans une Floride magnifique et il était très fier car sa femme venait d’obtenir un très beau poste à Radio-Canada…
      Il était charmant.

  1. San Francesco d'Assisi

    Saint Christophe, Saint Patron des Voyageurs priez pour nous !
    In Nomine Patris, et Filii, et Pontificiaie Castellorum Sancti…
    Amen

    Répondre
  2. Pierre_

    Le gendarme était un fan de la star et un accro’ de la Belle ?!
    Si cette histoire arrivait aujourd’hui ? Je n’ose même pas y penser…
    Un Souvenir incroyable, cocasse.

    Répondre
    1. COMMANDANT CHATEL

      Ajourd’hui, ça serait au gniouf direct !
      C’est un peu comme « Un rendez-vous » de Claude lelouch…
      Il a été tancé vertement par le préfet de police et fin de l’histoire, on passe à autre chose.
      TOUT a changé, en fait.
      .

    2. Pierre_

      Commandant, ce court métrage de Lelouch était en lien-rattaché, me semble t il, avec le commentaire d’un Petit Observateur il y a quelques mois.

  3. Mat Ador

     » Rouge est ta couleur gravée
    Dans le cœur de tous les ouvriers
    Brève fut la rencontre sous un ciel cheval cabré
    T’es extra, signore
    T’es extra, signore, t’es extra, signore
    Oh ! T’es comme ça, signore  »

    Enzo tribute by Bevilacqua alias C.

    Répondre
  4. JL

    Je dirais aussi Indigo, période bleue furieusement créatrice pour notre (sympathique) fou du volant, pilote lamborghinesque et équilibriste à ses heures sur les petites routes normandes.
    Quant à son animosité envers le képi (bleu), il s’agissait d’un coup de sang bleu passager envers l’ordre établi …
    Il faudrait aussi rapporter ici le récit inoubliable du convoyeur de ces merveilles pour happy fews depuis l’Italie jusqu’à Paris à l’époque où l’autoroute n’existait pas encore et obligeait le passage par le col de la Faucille, si je me remémore bien.

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Non Commandant, je ne parlais pas de l’animal mais de sa marionnette, le petit clown qui nous fait rire, le juteux Gerber agrippé à l’essuie-glace sur le capot…
      😉
      Elle est mignonnette votre histoire Commandant.

  5. Miata-Boy

    Aujourd’hui, ce serait mise en examen immédiate pour tentative d’homicide sur PDAP et placement illico en détention provisoire par le JLD, people ou pas people !
    Et ce serait normal.

    Mais l’époque était plus permissive, surtout avec les « vedettes » !

    Répondre
  6. Olivier

    Il va falloir nous lâcher le nom de ce fou furieux saperlipopette !
    Bon, ce n’est donc pas Johnny ni Eddy Mitchell car il n’a pas son permis de conduire…
    Mum? Michel Sardou, il a eu une Rolls-Royce Silver Shadow et il roulait comme un dingue sur nos belles routes de France…

    Répondre
  7. Jean-François BERTRAND

    Excellent ! Sacré Animal…
    Encore surexcité par quelque substance en vogue dans le cheaubize ?….
    Et c’était une periscopo comme ici présentée ?
    Les plus sobres, les plus belles… A donner son âme au Malin… Mais pas à l’animal…

    Répondre