Comment fabrique-t-on une voiture électrique ? (c’est beau une usine) 4/6

Comment fabrique-t-on une voiture, électrique en particulier ? Nous avons eu la chance de pouvoir visiter l’usine de Forest en Belgique (en banlieue de Bruxelles) qui assemble la nouvelle Audi e-Tron et le moins que l’on puisse dire c’est que les temps modernes sont loin. Ici pas de cadences infernales, mais plutôt une ambiance clinique qui semble tout droit sortie d’un film de science fiction, entre navettes autonomes et robots par dizaine, c’est tout simplement beau. L’homme y semble prendre son temps et contrôler la situation.

 

L’avis des Petits Observateurs !

19 commentaires au sujet de « Comment fabrique-t-on une voiture électrique ? (c’est beau une usine) 4/6 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Ju44

    Très jolie visite ! Que de technologie, c’est bluffant ! ça semble même un peu science fiction tellement c’est tout automatisé…

    A quand une visite des lignes d’assemblage Morgan pour comparer et retrouver un peu d’humanité?

    Répondre
  2. Pierre_

    L’usine modèle dont toute industrie cherche à s’inspirer. Images rares d’une usine d’assemblage ultramoderne ou les gents ne courent pas et ou le langage _cadence, rendement, productivité_ (voilà 40ans que j’entends ces mots) doit s’appliquer inévitablement en amont, à l’étage supérieur de l’entreprise, là où toutes les technologies vues ici sont pensées.
    Il serait intéressant un jour Renault de plonger avec votre caméra au coeur des bureaux d’études de l’automobile.
    J’ouvre ici une parenthèse..
    Il est certain qu’à cet étage est l’avenir de nos enfants désirant s’orienter vers la technologie, aujourd’hui les ateliers de production sont déserts, je sais de quoi je parle. Les légions d’ingénieurs et de techniciens encadrant assemblage et finition ont disparu.
    Peter d’Hoore prononce ces mots _le just in time_. Cruelle réalité qui impose au fournisseur de livrer seulement _quelques pièces_ pour chaque série d’autos lancée. Les entreprises (fournisseur de petites pièces telle que la boîte ou je bosse) font alors appel aux transports rapides tels que Chronopost, taxis et transports légers, jours et nuits… et gare au retard!
    Ce reportage est passionnant (et formateur pour ce qui me concerne).

    Répondre
    1. Philippe

      Just in time qui multiplie les transports non groupés, sans mutualisation. Beaucoup plus polluant .

      De plus cela met la pression sur les sous traitants qui doivent s adapter en permanence avec leurs effectifs. Et cela rend encore plus fort les grosses boites et encore plus fragiles les petites qui elles doivent avoir du stock de matière première pour répondre aux pics de demande.
      Acheter en magasin et pas en ligne svp sinon il n y aura bientôt plus que des usines en Chine et en France des entrepôts automatisés pour envoyer les commandes par internet car les gens préfèrent commander de chez eux que de sortir.

  3. Mat Ador

    Extraordinaire cette visite dans les entrailles de ce monstre de béton et d’acier qui a déjà avalé une tour Eiffel, c’est dire la performance de Gustave, et qui fabrique presque de manière autonome des autos pas encore tout à fait autonomes.
    L’approvisionnement en flux tendu est impressionnant de promptitude, du moins Audi-res de votre guide… Un grain de sable là-dedans et c’est tout l’Ogre qui s’enrhume.
    A propos, des bruits de couloirs au printemps dernier bruissaient de menues difficultés d’approvisionnement en batteries L.G qui se vendaient désormais au plus offrant sur le marché, compte tenu de l’explosion de la demande et de la rareté de l’offre… En bout de chaîne les plus optimistes tablaient sur un délai d’attente client assez conséquent avant livraison de leur Colombin… Qu’en est-il aujourd’hui ?

    Cours Forest, cours !

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Colombin. Allons, comme vous y allez Monsieur Ador…
      Avez-vous mesuré les implications humaines que représente ce lancement produit ?
      Apparemment pour ce qui vous concerne, vous ne vous êtes pas sorti les doigts du … pour torcher votre diatribe.

  4. Thierry

    Mouaih …. c’est une visite publi reportage comme au bon vieux temps non ? Le mec en bermuda sur la chaîne de montage, tout cela me semble étrange ! Je ne retiendrais que la valeur de la tour Eiffel réinjectée dans la structure … nous sommes loin d’une vraie usine, Audi fait de l’Auditorium classique pour nous vendre de l’électricité !

    Répondre
    1. Guillaume D.

      Ce qui a été filmé est conforme à la réalité pourtant, sans mise en scène particulière ! Il faut comprendre que l’usine de Forest est essentiellement une usine d’assemblage et que tout ce qui est habituellement « sale » et bruyant se fait dans d’autres usines (quoique, les soudures ne sont tout de même pas ce qu’il y a de plus silencieux ni de propre). Par exemple, il n’y a pas d’emboutissage (mise en forme des pièces de carrosserie) dans l’usine belge.

      D’ailleurs, vous devez avoir conscience que c’est un grand privilège que d’avoir pu retranscrire en vidéo la visite de l’usine. Si les visites d’usine sont assez courantes, il est rare d’y être autorisé à filmer (pour protégér les éventuels secrets de fabrication et de méthodes de fabrication qui pourraient se retrouver par inadvertance dans une vidéo) !

    2. Philippe

      Je me souviens quand vw a créé la phaeton il y avait une nouvelle usine pour ça avec du parquet partout. C était beau.

  5. Franck

    Très intéressant cette visite que POA nous fait partager. Une usine qui est un peu une exposition pour la technologie d’Audi. Combien sortent ils de véhicules par jour?

    Répondre
  6. Guillaume D.

    Super reportage sur une usine qui vaut le détour !

    Attention toutefois : votre interlocuteur se prend les pieds dans le tapis lorsqu’il évoque la récupération d’énergie au freinage. Certes, les étriers de frein de l’e-tron sont impressionnants (vu la masse de la bête en même temps, il fallait bien ça !) et votre interlocuteur a bien compris le principe. Mais techniquement, ça ne se passe pas comme il tente de l’expliquer, il n’y a pas d’alternateur intégré dans les freins comme il semble l’affirmer… pour la récupération d’énergie au freinage, tout se passe dans le moteur (les moteurs dans le cas de l’e-tron) qui devient générateur de courant.

    A noter que la régénération au freinage est suffisante dans la majeure partie des cas pour freiner le véhicule. Toutefois, pour les gros freinages, ce sont les freins standards (aux roues donc) qui sont utilisés. Dans le cas de l’Audi (et c’est le cas de beaucoup de VE), le freinage est dit électro-hydraulique. C’est-à-dire que, lorsque le conducteur presse la pédale de frein, un calculateur se charge de choisir entre freinage régénératif ou freinage hydraulique (ou une combinaison des deux) en toute transparence (en théorie, mais parfois, on ressent la transition d’un mode de freinage vers un autre) pour le conducteur.

    Répondre
    1. Francois P

      Absolument exact Guillaume, J’avais aussi été interloqué par cette affirmation un peu loufoque…
      Pour le reste cette visite d’assemblage est intéressante et tourne a un rythme tranquille correspondant au niveau de diffusion d’un véhicule qui est loin d’être une citadine abordable….

    2. Mao

      Pensez, j’ai immédiatement envoyé en Chine le lien de cette vidéo certain de « vendre » le secret étonnant des ces freins-alternateurs…
      Mais en effet on m’a rétorqué en haut lieu qu’il s’agissait d’une fake news destiné à tromper les journalistes…
      Bien tenté Monsieur Peter d’Hoore !

  7. Francois P

    Bonjour
    .Tres intéressant comme souvent la visite d’une usine d’assemblage automobile; très clean mais une peu bruyant il me semble ..
    Par contre l’explication du système de récup d’énergie dans les étriers de frein c’est une gag ou quoi ?
    Merci POA pour ce bon moment..
    Francois

    Répondre
  8. Neufcentdixespada

    Belgisch qualitat… et belle musique (qui conviendrait mieux à un sujet consacré à une américaine… fabriquée au Mexique ,n’en déplaise à Donald)

    Répondre
    1. Maître Folace

      Et qui sifflent…. Tellement qu’ils sont content de bosser…
      🙂
      C’était au temps ou Bruxelles bruxellait…
      … Ils étaient gais comme le canal et on voudrait qu’j’ai-le-mo-ral…
      🙁