Audi Quattro : à l’origine du mythe Audi

Découvrez le petit observateur Jean-Pierre qui nous présente son Audi Quattro de 1982. Cette Quattro est aux origines du mythe Audi. Forcément Audiman est troublé. Photos Ronan Rocher

Si vous aussi vous avez une voiture moderne ou ancienne, que vous souhaitez venir présenter chez POA à Paris.  Pour cela envoyez nous 3 photos de votre auto à et un bref descriptif vous concernant à  petitesobservationsautomobiles@gmail.com

L’avis des Petits Observateurs !

11 commentaires au sujet de « Audi Quattro : à l’origine du mythe Audi »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Gran Turisto

    A l’époque, conduire était un graal promis dans un futur encore très lointain mais je me souviens très bien de cette bagnole incroyable, de son palmarès et de ses pilotes… Il y en a qui sont des jalons de l’Histoire du sport et de l’automobile au sens large, et celle-ci est directement entrée au panthéon.

    Répondre
  2. Francois

    Formidable reportage, on ne pouvait rêver mieux pour expliquer ce qu’était Audi et ce qu’ils sont devenus. D’une marque audacieuse et différente ils sont aujourd’hui la plus conformiste et impersonnelle du monde automobile premium.

    Répondre
  3. Nabuchodonosor

    Dites les gars, les Pierrots et les Lorettes de la Place Saint-Georges ne vous contentent déjà plus qu’il vous faille maintenant taquiner les frangines du bois de Vincennes ? Ah, ces Messieurs, dès qu’on leur prête une grosse caisse faut qu’ils gambillent, qu’ils paradent, qu’ils s’exhibent, et puis ça fait tout de suite plus rupin… Là pour le coup, si je puis dire, avec deux Audi vous sortez carrément l’artillerie lourde; Les cocottes vont tomber comme des mouches…

    Un mot tout de même sur l’Audi Quattro dont la beauté et les attributs nous faisaient baver mes potes et moi du haut de nos vingt berges. Sauf à braquer la Banque de France, elle restait malheureusement inaccessible à nos bourses de cul-terreux… Mais cela ne nous empêchait pas de faire des wed’ze sur la neige avec nos guimbardes à la sortie du Macumba… Tiens, à propos, il neige…
    😉
    Arvi’pa

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Le Comanche et Ma’ame Mouton, Oncle Pat’ et Béatrice Dalle… Mauvaise pioche, j’aurai du faire dans le canard auto. Le métier est dur parfois, comme quand il faut se geler les miches devant une borne récalcitrante, mais à la bonne heure il offre quelques compensations…
      😉

  4. Thierry

    Je me souviens de cette époque, et n’ose imaginer avec Twitter et les réseaux sociaux les dérives pourtant présente dans ces années 80 !
    Extrait :

    En automobile, il y a les machines et les hommes. Parmi ces hommes, il y a une référence du cerceau : l’Allemand Walter Röhrl fait partie du gratin. Deux fois Champion du Monde des Rallyes, une victoire à Pikes Peak et une belle carrière en circuit… Walter Röhrl a écrit un chapitre de l’histoire du pilotage.
    Adepte des grandes victoires et des petites phrases, on lui a toujours prêté le fameux « Même un singe gagnerait au volant d’une quattro » à l’encontre de Michelle Mouton.
    Dans une longue interview accordée à AUTOhebdo, au coeur d’un dossier consacré aux trente ans de quattro, il revient sur cet épisode : « Oui (je l’ai dit). Mais pas de la façon dont cela a été rapporté. En 1982, je suis de sortie avec l’équipe autrichienne de ski alpin. Je les emmène à mes côtés sur une spéciale sur terre, constituée d’une succession d’épingles en côte. Le soir, un des skieurs me désigne en exclamant : « Ce mec est un génie. Il est impossible d’aller plus vite que lui au volant d’une voiture ! ». A la volée, je lui rétorque : « Tu rigoles : je n’ai que deux roues motrices. Sur ce terrain, avec une quattro, même un singe serait plus rapide que moi ! ». Un journaliste est présent. Il répercute cette phrase en faisant référence à Michèle Mouton. Lui crée une comparaison à laquelle je n’avais jamais pensée. Cela a fait scandale et je comprends que Michèle n’ait pas apprécié. Quand une info de ce genre se diffuse, il est impossible de l’arrêter. »
    Michèle Mouton donne également sa version : « Je ne l’ai jamais cru… »

    Répondre
  5. chapman

    Pour moi l’image de la magnifique Michèle Mouton est indissociable de cette auto. Symboles de progrès autant que de performances. Depuis quand n’a t on pas vu une femme en tête des podiums…. Ou plus simplement médiatisée en tant que pilote de rallye ??

    Répondre
  6. Pascal DeVillers

    Bonsoir,
    Avec cette AUDI QUATTRO c’est le grand plongeon direct dans les années 80 .
    Je suis admiratif devant l’état de conservation de cette voiture ,dont j’aurai bien voulu connaître par quel destin elle est atterrie entre les mains de Jean pierre.
    La calandre 4 phares est emblématique de ce modèle, j’adore.
    Stylistiquement elle n’a pas trop mal vieilli .
    Ce qui est frappant également c’est la différence de gabarit avec l’E-TRON .
    Et finalement QUATTRO c’est pour 4 roues motrices ou bien pour les 4 anneaux enlacés d »AUDIT sur la portière ?
    Pascal

    Répondre
  7. Neufcentdixespada

    Eh ben ,la «  reverdisation «  à la Hidalgo de la place saint Georges ,c’est quelque chose ! … trêve de plaisanterie,voilà de la caisse qui me faisait rêver ,jeune adolescent d’alors . Je me serais bien contenté de la Coupé GT,à la motorisation bien plus modeste,et simple deux roues motrices. Mais le Graal c’était la 200 avant quattro 20v, break de folie qui était donné pour 230km/h,apparu peu après … depuis Audi est tombé dans le radotage stylistique , et a part pour les tt et r8. »the dream is over »

    Répondre
  8. Francois

    Bonjour,
    Quelle superbe auto! C’est avec elle que je re partirais car elle a une âme. À l’epoque une mes connaissances en possédait une et j’ai eu le plaisir d’en prendre le volant plusieurs fois dans le massif central, ce n’etait pas son lieu de prédilection mais elle faisait preuve de qualites inconnues à l’epoque et j’aimais beaucoup . Déjà tres chère et onéreuse à entretenir j’avais renoncé à en acheter une, maintenant si l’occasion se présente..

    Répondre