Toyota AE86 Sprinter Trueno : la GTI japonaise des années 80

 

 

Découvrez le petit observateur Quentin qui nous présente sa Toyota AE86 Sprinter Trueno, une voiture non importée en France qui connut son heure de gloire au japon à la fin des années 80. Si vous aussi vous avez une voiture moderne ou ancienne, que vous souhaitez venir présenter chez POA à Paris.  Pour cela envoyez nous 3 photos de votre auto à et un bref descriptif vous concernant à  petitesobservationsautomobiles@gmail.com

 

L’avis des Petits Observateurs !

19 commentaires au sujet de « Toyota AE86 Sprinter Trueno : la GTI japonaise des années 80 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. PascalDeVillers

    Bonjour,
    je profite de ce weekend pour visionner les petites POA de la semaine et je tiens à dire que j’adore le mercredi pour sa présentation de la voiture d’un petit observateur .
    Et là mon Dieux on est servi !!! Et en plus Quentin s’en sert au quotidien , un grand bravo.
    Il y a de quoi se régaler, la passion de Quentin pour sa TOYOTA AE86 TRUENO est un plat de choix , on en reprendrait bien une bonne portion et saucer l’assiette sans y laisser une trace d’huile moteur .
    Encore une voiture avec les phares rétractables , j’adore et dans le genre je suis en train de me constituer un short-list pour ma prochaine acquisition dans laquelle se trouve en POLE POSITION une OPEL GT et une FIAT BERTON X1/9 deux autos très sympas et encore abordables sans être trop compliquées à entretenir .
    Si un jour vous aviez un candidat à la présentation d’une de ces deux modèle …, Humm !!!
    https://images.app.goo.gl/oDEQ2vyfrEPxXMuS8
    https://images.app.goo.gl/hNYv9rygyhZ9YGxn6
    Pascal

    Répondre
  2. Lieutenant Columbo

    I have a dream.
    Un cabriolet Peugeot bien dans la tradition, carrossée par Pininfarina et motorisé par le fameux V8 Maserati.
    Je rêve de ma nouvelle 403.
    Grâce à la fusion PSA-FCA cela est rendu possible.
    🙂
    Martin Luther-nant Columbo

    Répondre
    1. Fils de Pub

      Bravo Lieutenant !
      Moi aussi, « J’ai fait un rêve. »
      Un landaulet carrossée par Chapron sur base SM et motorisé par Maserati.
      Je rêve bien-sûr de ma nouvelle investiture.
      Grâce à la fusion PSA-FCA cela est rendu possible.
      Signé : Prez’ Rou-boudi.
      🙂
      PS : On se délecte du prochain café-Garage avec une certaine impatiente.

  3. Don Diego de la Vega

    Vos plaques d’immatriculation me laissent sans voix…
    Je ne sais si le but poursuivi est de faire une quenelle au sergent Garcia mais demeurer dans la fiction dans ses deux life, la réelle comme la seconde, est un pari osé.
    Un Tonnerre d’applaudissement pour Quentin.
    Z

    Répondre
  4. Mat Ador

    Votre passion jusqu’au-boutiste est admirable Quentin, Bravo.

    Et merci pour la leçon puisque je ne connaissais ni ce modèle ni son moteur de légende. Mais ce couple me fait furieusement repenser à la magnifique Celica 1600 hatchback, liftback ou coupé je ne sais plus, de feu mon petit frangin au tout début des années 80. Un espèce de char d’assaut sauce américaine, un coupé deux portes, immense avec un moulin bien trop petit pour lui, mais increvable. Une auto toutes options comprises avec une finition à nulle autre comparable. Ça se vendait comme des petits pains chez le concessionnaire qui s’était installé en zone franche, à côté de Genève. La TVA n’était que de 7%. Je me souviens des plaques d’immatriculations « TTQ » en lettres argentées sur fond rouge qui pullulaient dans le coin… Je n’en suis plus très certain mais il me semble que pour les autres, ceux qui habitaient en dehors de la zone franche, la TVA appliquée était de 33%, TVA de luxe sur les produits importés. On était alors en pleine politique d’austérité voulue par le premier gouvernement socialiste dirigé par Pierre Mauroy… Un tiers du prix de la bagnole, ça calme. L’Europe et son foutoir de niches n’existaient pas encore qu’on était déjà des privilégiés… légaux.

    Répondre
  5. Pierre_

    Quentin pousse le détail très loin par plaisir, par passion surtout. Formidable quête.
    Perfectionniste, jusqu’ou ira t il? Ce sujet mérite une suite.
    Une belle histoire avec une auto.
    Un grand Petit Observateur.
    (en effet il n’est pas fait mention de la plaque)
    (une auto un peu chère je trouve. Passion quand tu nous tiens! )

    Répondre
  6. Georges Piat

    J’ai adoré la présentation passionnante. Dans la BD, la ligne de toit semble un peu plus basse, ou le ceinturage de caisse plus haut, ce qui rend la vue de coupe plus fluide.
    Je suis juste un peu dans le flou juridique entre la plaque japonaise et l’homologation au Service des Mines.

    Répondre
  7. Jeckyll

    Bien dommage qu’on ne produise plus d’autos avec des phares pop-up…
    Peut-être un petit observateur saura-t-il m’éclairer:
    Est-ce simplement devenu ringard pour les constructeurs, ou alors ce type d’éclairage n’est-il plus règlementaire?

    Répondre
    1. Hubert

      J’ai déjà entendu que cela posait problème pour les appels de phare. Mais sur ma Prelude 3G, les feux du pare choc peuvent suffire à l’appel de phares. Une loi?
      Après les phares pop up était pour rendre les avants plus fins et maintenant avec les normes de chocs, les avants le sont moins à cause des zone d’absorption! Et puis, la technologie des phares a beaucoup évolué et il est possible de faire des phares efficaces très fins.
      Bref, toute une époque!

  8. Miata-Boy

    La passion de Quentin pour cette voiture de BD qui a marqué sa jeunesse est 100 % authentique. Sa méticulosité dans la recréation, dans la vraie vie, de ce modèle piloté par son héros dessiné est particulièrement touchante.
    L’automobile, c’est souvent l’enfance pour tous les bagnolards que nous sommes… Chacun de nous puise sa passion des voitures dans des souvenirs personnels de jeunesse.
    Merci donc à Quentin de nous le rappeler et de nous inciter à aller rechercher inlassablement nos propres madeleines de Proust !

    Répondre
  9. Neufcentdixespada

    Tout faux ,Neufcentdixespada!!! Des belges ont fabriqué une réplique de la turbotraction,cf le très bon article de Carjager… il faut toujours cliquer sept fois sur sa souris avant d’écrire des bêtises !

    Répondre
  10. Neufcentdixespada

    Heureusement que je ne mis pas en quête de la Turbotraction 2 de Spirou et Fantasio ,qui me fis bien rêver ,moi aussi dans mes jeunes années… la recherche aurait eut été bien vaine, l’auto n’était en effet que pure création du génial Franquin(certainement assisté sur ce coup là de Jidehem). Trouver la réplique de la Fiat (?) de Gaston Lagaffe ,personnage du même Franquin sera plus facile!

    Répondre
  11. Hubert

    Bravo pour cette Toyota AE86 Sprinter Trueno et ses détails de passionné! Merci pour cette présentation, belle jeunette. Faut avouer la fiabilité des Japonaises n’est pas usurpée. Imaginer 16 soupapes pour l’époque en moteur grande série (bravo au chauffeur de bus, fin observateur)! Solide!
    J’adore!
    Bonne route.
    Hubert (à la Honda Prelude 3G 4WS)

    Répondre
  12. Pascal MOORE

    Voilà un petit observateur, qui jusqu’au bout de son rêve, et qui va installer un faux toit-ouvrant pour être parfaitement raccord avec la BD de son enfance. Il a aussi pleuré lorsqu’il en a pris possession et c’est tout ce qui me touche. Encore une belle POAde, avec ce collectionneur passionné, attentif à tous les détails, et qui va au bout de son rêve. Il a eu la chance, tout jeune de l’exaucer, alors que pour d’autres, comme moi, il fallut attendre plus de 30 ans entre la première émotion et la concrétisation. Allez, je vais reprendre un verre de saké ! SAYONARA !

    Répondre
  13. chapman

    Bien barré le Quentin.
    Merci pour cette présentation impeccable et passionnée.
    Le fils mécanicien poids lourd de mon voisin agriculteur en avait une semblable même si ce n’étais sûrement pas la même.
    Il partait très doucement le matin et attendait d’être loin de la ferme pour faire craquer le moteur.

    Répondre