Souvenirs d’Auto (250) : Cash machine

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Ce souvenir, particulièrement croustillant, m’a été envoyé par un Petit Observateur Anonyme. Vous comprendrez facilement pourquoi en lisant son histoire…

 

Début des années 90.

Paris.

Le père de mon épouse achète une Twingo Easy (c’est à dire sans embrayage).

Il souhaite emmener cette auto dans le Var où il possède une résidence secondaire pas très loin du Fort de Brégançon.

Je ne sais pas très bien pourquoi, mais lors d’un dîner du dimanche soir, je me propose de convoyer la voiture.

En fait, je crois que ça m’amuse…

Proposition acceptée !

La date est fixée deux semaines plus tard. Je passerai prendre l’auto un samedi matin et je ferai la route dans la journée. Retour le dimanche en train.

Le samedi en question, me voilà sur place à 8h00 du matin… et j’apprends que mon beau-père va m’accompagner. Ça l’amuse aussi.

Je me dis qu’on mangera bien, mon beau père ne voyageant jamais sans le guide Michelin.

Et alors qu’on prend un café dans la cuisine avant de partir, ma belle-mère, qui était habituellement une grande taiseuse, me tire discrètement par la manche et, visiblement embarrassée, me lâche :

  • .. Je dois vous dire quelque chose. Il a 100.000 Francs en espèces, cachés dans sa ceinture.
  • ….
  • … C’est pour régler une affaire…enfin vous comprenez …
  • … Heu, pas vraiment en fait
  • Si jamais il faisait un malaise sur la route, ou que vous ayez un accident, récupérez vite la ceinture avant que les gendarmes arrivent. Ça pourrait faire des histoires…
  • … Glurp
  • Je peux compter sur vous ?
  • … Réfléchissez, il risquerait de se faire voler la ceinture dans l’ambulance ou à l’hôpital. Ce serait « ballot », non ?
  • Oui ce serait ballot, Belle Maman.

Le voyage en Twingo s’est bien passé.

Pour être franc, j’ai conduit très prudemment.

Je n’ai jamais abordé le sujet avec mon beau-père.

Je n’ai jamais reparlé de cette histoire avec ma belle mère, ni avec personne.

Mais à chaque fois que je vois une Twingo Easy, je repense aux 100 000 francs et au sens des affaires de ma belle mère.

 

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Faites comme notre ami anonyme, et racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion (et même du cash caché). On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos….

On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

9 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Auto (250) : Cash machine »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Nabuchodonosor

    Dites voir Commandant, votre histoire ne serait elle pas celle de Rocco, Le Plouc, Mitch-Mitch et le père Casta dit la Betterave, à bord de gros culs Berliet dans le Sahara espagnol ?
    Genre : Cent Mille Dollars au Soleil…
    😉
    Nabu
    Dans la vie on partage toujours la merde, jamais le pognon.

    Répondre
  2. Neufcentdixespada

    Mais cher Monsieur ,il vous faut evoquer le « léger «  détour par la confédération helvétique … ou alors bon-papa poursuivit -il plus tard vers l’accueillante monte carlo??

    Répondre
  3. Georges Piat

    Après le « Go Fast », voici le « Go Slow » !
    En regardant à tout hasard sur Internet, je m’aperçois que le Go Slow existe bel et bien.
    Et moi qui croyais faire un bon mot…

    Répondre