Scoop ! découvrez la Mercedes Classe S de 2050

POA organise avec Philip Nemeth un match de jeune designer qui doivent imaginer la future Mercedes Classe S de 2050. Deux étudiants ont 10 mn pour réaliser un « Sketch » qui est jugé par deux professionnels du design.

L’avis des Petits Observateurs !

13 commentaires au sujet de « Scoop ! découvrez la Mercedes Classe S de 2050 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. VIVANT

    Salut les gars ! Bonne idée cette battle. Une sorte de Top chef du design. On parle de la musique de cette vidéo ? Sur Bmg vous trouverez toutes sortes d’illustrations musicales « libre de droit », pas chères, et relativement moins insupportables. C’est aussi valable pour bon nombre de vos autres videos. Work in progress…Merci.

    Répondre
  2. Dubby Tatiff

    Une question aux COPS – Comité d’Organisation de Philip pour son SKETCH – est-ce que le thème était communiqué aux deux participants avant l’épreuve ou bien le découvrait-il dans l’instant ?

    Répondre
  3. Gran Turisto

    C’est où qu’on s’inscrit ?…
    Bon maintenant que je connais le sujet, j’espère juste ne pas trop réfléchir à 2050 pour ne pas dessiner… une calèche ! Bon, j’y mettrais quand même trois ou quatre bourricots, c’est une Classe S, ne l’oublions pas ! Et encore, niveau CO2, elle se ferait encore taxer… Zut ! Quoique un attelage d’une douzaine de politiciens devrait aussi être de bon aloi, du coup niveau CO2, ça serait pire mais peut-être que pour les taxes ?… Bon, faudra surtout mettre des clapets pour éviter les retours d’échappement…
    L’idéal serait ainsi de réussir à transformer la bêtise en énergie, on aurait un stock quasi inépuisable et on ferait un recyclage vraiment efficace et bénéfique pour la planète…
    Pendant ce temps, les derniers POA (Pirates Obnubilés par l’Automobile), tels les Templiers de l’Ordre de la Sainte Bagnole, sillonneront les résidus de routes à la recherche de quelques gouttes de carburant à piller, convertiront les impies au plastique moussé, certains cultivant même quelques graines pour en tirer le précieux E75 (oui, c’est difficile à faire tout seul dans son potager du E85) ou d’autres graines pour d’autres usages… plus récréatifs afin de les aider à se remémorer les roads-trips passés…

    Bon, je m’égare, je voulais juste savoir où on s’inscrit…

    Répondre
  4. Nabuchodonosor

    Vidéo instructive et enrichissante pour les petits observateurs qui retournent sur les bancs de l’école, mais exercice difficile pour les jeunes candidats.

    2050 : C’est loin. Leur demander de se projeter au crépuscule de leur carrière pas encore entamée sur le devenir d’une auto faite d’abord pour se déguster aux places arrière, demande beaucoup l’imagination mais plus encore, de la divination…

    2050 : Le truculent Musk n’est plus aux affaires, pas plus que l’outrecuidant Bezos, l’idéaliste Zuckerberg ou l’opportuniste Cook, tous out, remplacés par leurs progénitures, des algorithmes puissants qui font le bonheur du NYSE et du SSE, mais la déconfiture d’à peu près tout le reste du monde.
    Les nouveaux Gafas se partagent le marché de la mobilité mondiale et les vieux constructeurs rétrogradés au rang de sous-traitants n’injectent guère plus dans l’innovation que les miettes des maigres profits que leur saupoudrent avec parcimonie les spéculo-actio-algorithmes aux mains des premiers cités… Mais le design n’est toujours pas confié à des robots.

    2050 : La dernière-née de l’étoile dans le segment premium porte toujours la lettre S. Il s’agit d’une espèce mutante, sorte de coléoptère sur trois roues rejetées à ses extrémités, au centre duquel une bulle semi translucide s’ouvre comme une poubelle à pédales et sur le couvercle de laquelle s’agrippe un drone servile aux ailes photovoltaïques qui se déploient à l’arrêt pour recharger… 2050 promet d’être formidable mais à sa décharge on n’a toujours pas trouvé une putain de batterie qui tienne la charge.

    2050 : L’heure est à ces contenants mobiles et sans âme entièrement automatisés dont les deux tiers se déplacent sans aucuns passagers à bord, chargés uniquement de leurs petits paquets à la célèbre flèche smiley orange filante de A à Z… Mais tout le monde bouffe des french fries industrielles sans aucun goût.

    2050 : Le vieux Président Rosburger peut se gratter sa longue barbe blanche, POA vient de fêter son milliardième abonné et son école de design est devenue une référence dans laquelle on enseigne la philosophie du bonheur éternel… Mais Dupont de Ligonnes court toujours…
    😉
    Nabuquiluiboufferadespissenlits-parlaracine.

    Répondre
    1. Theo

      Felicitations ! Une prose pareille au hasard du net, c’est rare ! j’envie ceux de vos amis qui profitent d’une telle verve.

    2. Nabuchodonosor

      Qui suis-je ?
      … Qu’en sais-je ?
      – Un bouffon, qui traite des choses sous les traits de l’humour pour mieux conjurer la morosité ?
      – Un flingueur, qui n’hésites pas à défourailler son avis sur tout, surtout quand on ne le lui demande pas ?
      – Un bagnolard j’espère, un des derniers de l’espèce peut-être ?
      – On me nomme Obélix.
      Un irréductible qui, tout comme vous, a trouvé refuge quelques part en Armorique, dans le dernier village Gaulois qui résiste encore à l’envahisseur…
      POA est notre potion magique et je crois que je suis tombé dedans !
      C’est le Druide Roubaudix qui me l’a dit.
      En tous cas vos messages me vont droit au cœur ; Merci les gars.
      Grâce à vous je ne suis pas prêt de fermer ma gueule…
      😉
      Nabu

  5. Ju44

    Quel superbe concept… Avec un début de générique qui me faisait penser à celui de « Champs-Elysées »… On reste dans la France éternelle !

    Les croquis sont superbes et on observe deux partis pris distincts et qui naissent vraiment du ressenti de chacun. En même temps il n’est rien de plus difficile que de redessiner ou de moderniser un mythe comme la Classe S sans verser dans la continuité pour ne pas choquer. Ce serait comme redessiner en version moderne la Citroën DS, ou la 2cv, sans faire du néo-rétro. On le voit déjà avec Mini, plus on avance dans le temps, plus elles grossissent et plus leur charme naturel s’estompe!

    Le dessin de Tejas semble beaucoup plus aérodynamique, plus travaillé, style berline-coupé. Elégante et statutaire elle traduirait une Classe S légère et efficiente, dynamique et moins char d’assaut que par le passé.

    Celui d’Ivan me fait penser sous certains angles au Jaguar I-Pace. Ce serait une Classe S mode SUV, mais pas trop, au côté char d’assaut un peu bling-bling assumé, mais ayant selon mes goûts perdu l’élégance et la distinction naturelle qui est propre aux berlines statutaires de son rang.

    Deux visions différentes, mais pour autant remarquablement exécutées vu le temps imparti, et je suis très curieux et impatient de voir les prochains épisodes !

    Répondre
  6. Neufcentdixespada

    Mille fois mieux que « the voice », voici « the pen »!! Et pour moi tout le monde a gagné ,comme chez Jacques Martin… petite questions /remarques:1) les candidats sont-ils confrontés au sujet au dernier moment ou y a t il préparation ?2) il est des personnes qui ont des idées,mais pas forcément le coup de crayon pour les exprimer,sont ils du coup considérés comme de mauvais designers?

    Répondre
  7. Miata-Boy

    Salut la dream team,
    Encore un excellent concept, qui aurait presque mérité une diffusion en prime-time un samedi soir !
    En tout cas, la réalisation est impeccable, le montage parfaitement cadencé et le suspens au rendez-vous. Du travail de pros.
    Go POA !

    Répondre
  8. Pascal DeVillers

    Bonjour,
    Super idée et super challenge ce concours de design.
    C’est vrai qu’Ivan était plus près du sujet ,mais en même temps il avait un petit avantage , car dans la culture automobile actuelle les russes sont comme les chinois amateurs des grosses berlines ostentatoires et imposantes.
    Je trouve le dessin d’Ivan à mon goût trop massif , un sentiment d’étouffement et pas assez avangardiste, sans l’étoile je verrai presque une grosse Rolls Royce actuelle avec son imposante calandre.
    Personnellement, rien que pour le style et la prise de risque, le projet de Tejas est plus surprenant et plus élégant, je préfère son dessin .
    Certes il ddoit être retravaillé pour plus se rapprocher du gabarit d’une classe S, mais il est plus prometteur et fait rêver, ce qui n’est pas le cas du Sktech d’Ivan.
    Enfin ; les goûts et les couleurs comme on dit…
    Pascal

    Répondre