Souvenirs d’Auto (245) : la Mercedes 600 du gentil monsieur

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel.

  1. Nous avons loué une petite maison au bord d’un golf.

Nous passons les vacances avec Jacqueline ma mère, Edward mon beau-père et mon frère Frank à Guadalmina une station balnéaire de Marbella.

Je cite ma famille, mais il y a aussi beaucoup d’amis et un des ex-maris de ma mère. Bref, ce melting pot est très rigolo.

 En remontant le golf chaque matin, on arrive à un très bel hôtel où notre sport national est de squatter (sans payer) les chaises longues autour de la piscine (c’est l’hôtel Atalaya si ma mémoire est bonne)

Il faut d’abord récupérer une serviette abandonnée par un riche client… se la coller sur l’épaule et avoir l’air de faire partie des clients.

Comme tout est un peu désorganisé, ça se passe très bien.

Moi, je m’embête un peu autour de la piscine (j’ai 11 ans) sans copain et je préfère aller traîner sur le parking où il y a les très belles autos des riches clients.

Or, mon cœur bat dès que je vois une sublime Mercedes 600 conduite par un chauffeur en costume sombre. Cette auto appartient à un vieux monsieur très gentil qui n’est pas long à repèrer mon manège.

 

Tant et si bien qu’il me fait signe d’approcher. Je baragouine quelques mots d’espagnol et je comprends qu’il me propose de monter dans la voiture.

 

C’est vraiment le modèle pullman avec séparation chauffeur et tout un tas de gadgets formidables comme un bar réfrigéré !

 

Bref, tous les jours, le gentil monsieur m’invite à admirer sa voiture. Une fois, il demande à son chauffeur de nous faire faire le tour du parking.

Bref. Après quelques jours, le soir au dîner, ma mère me demande ce que je fais quand je disparais pendant une heure. Et là, la gueule enfarinée, je fais mon petit numéro sur mon pote à la Mercedes.

Engueulade. Cris. Et si j’étais kidnappé ? etc.

Elle a raison, bien sûr.

Le lendemain, ma mère m’accompagne sur le parking pour que je lui présente le « gentil monsieur ». Quand on approche de la Mercedes, ma mère pâlit.

Elle prononce cette phrase définitive :

  • Mais ! C’est Batista !!!

Moi, je ne sais pas qui est Batista.

Présentation rapide.

Admiration de la 600 encore plus rapide et demi-tour vite fait.

De retour à la piscine, Jacqueline prend Frank et Edward et Pouf (Louis,  le père de Frank) et Georges Glass le producteur des Globe-trotters et encore d’autres amis.

  • Vous ne devinerez jamais où j’ai retrouvé Thibaut ! Dans la Mercedes de Batista !!
  • Quoi !
  • Comment !!
  • Quelle horreur !!

Je tente un :

  • Mais il est très gentil ce monsieur et il a belle voiture…

Et là, on m’explique que Batista est l’ancien dictateur de Cuba…

Glurp.

Fin de la balade sur le parking.

Re-Glurp.

Je suis assigné à résidence au bord de la piscine.

Gros soupir.

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…  Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA ! Merci.

 

L’avis des Petits Observateurs !

23 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Auto (245) : la Mercedes 600 du gentil monsieur »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Georges Piat

    Alors la, faut le faire mon Commandant ! Ça c’est de l’anecdote.
    J’ai toujours été fasciné par cette voiture… Et même encore maintenant

    Répondre
  2. chapman

    Mais mon commandant, ces Mercedes 600 étaient connues pour être là voiture des dictateurs voyons…. à 11 ans, vous ne saviez pas ça ?
    Ha ha….. Chapeau bas. Ça c’est un souvenir vraiment fantastique. Le pire des salauds peut aimer les enfants. Notre époque préfère que les affreux le soient totalement et que rien ne puisse les racheter.
    J’aime beaucoup ce petit bémol sur la réputation de ce triste sire.

    Répondre
  3. Fabrice

    Les dictateurs ont toujours eu une étoile sur le capot! De Batista à Fidel Castro, « que tout change pour que rien ne change » pourrait être une pub Mercedes!

    Répondre
  4. Jean-François Bertrand

    Souvenez vous mon Cdt on discutait du fait que souvent notre passion pour telle ou telle marque remontait souvent à notre tendre enfance…
    Ceci expliquerai donc cette admiration pour l’étoile de Stuttgart…

    Répondre
  5. marc.pais@wanadoo.fr

    S’cusez moi mais… J’ai peur de ne pas saisir mon Commandant :
    Quand avez vous été élevé au grade de Comandante en Jefe ?
    Teniente Columbo

    Répondre
  6. Nabuchodonosor

    Un grand moment de SDA.
    L’annexion du parking de l’hôtel de Guadalmina en 70 et la parade en Mercos 600 Pullman de l’ancien dictateur cubain déchu lors de la révolution cubaine.
    Tel est le récit des premiers faits d’arme de notre Commandant en chef.
    Après ça, aucun petit observateur ne pourra plus jamais dire « je ne savais pas ».
    Hasta Siempre !
    😉
    Nabourevolución

    Répondre
  7. Huiledecannes

    Non mais c’est vraiment vrai un truc pareil ?!?!?
    Dans tous les cas désormais on ne va plus vous appeler Commandant Chatel, mais Commandante Che !
    Avoir sortit Batista de sa limousine, il y a une filiation naturelle !

    Répondre