Autobianchi A112 : les yeux de l’amour

 

Découvrez la petite observatrice Pauline qui nous présente son Autobianchi A112 Elegante ↓🚗↓

Si vous aussi vous avez une voiture moderne ou ancienne, que vous souhaitez venir présenter chez POA à Paris. Pour cela envoyez nous 3 photos de votre auto à et un bref descriptif vous concernant à  petitesobservationsautomobiles@gmail.com. Si votre voiture retient notre attention, vous aurez 15 mn pour nous convaincre que c’est la plus belle et le tout sera diffusé sur POA.

Les phares ronds de l’Autobianchi A112 font craquer Pauline

Le déflecteur de l’Autobianchi A112 est le petit détail qu’affectionne Pauline

Dans les années 80, il y avait le clan Mini et le clan l’Autobianchi A112

Amoureuse de l’Italie, Pauline a rajouté ces bandes tricolores et ce petit logo Made in Italy

5 gros boutons, c’est bien suffisant

Les compteurs carrés font beaucoup pour le charme de l’A112

Les jantes blanches ne sont pas d’origine

Une poignée qui a vécu

Notez la présence des gants de conduite et la finesse des branches de clignotant

L’avis des Petits Observateurs !

22 commentaires au sujet de « Autobianchi A112 : les yeux de l’amour »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Christophe Ramognino

    Bravo Pauline pour cette passion. Ma première voiture. L’A112 junior de mon papa achetée neuve en 1984. C’est chouette en plus de partager votre passion avec votre conjoint.

    Répondre
  2. Pierre_

    Une Petite Observervatrice (enfin! j’oserai dire) qui a tout d’une grande.
    C’est la totale, avec ce copain également passionné. Nos deux amis en pince pour la petite Auto. La bagnole à deux.
    Et cette dame interviewée qui n’est ‘pas en reste’. Vite il faut la retrouver, elle aime la voiture a t elle dit !
    Cette Auto italienne était très rare dans notre landerneau. Nous l’aimions pourtant et son nom A112 résonnait fort, mais dès 18 ans nous fumes tous aspirés par la voiture du père, de l’oncle…
    Une belle émission.

    Répondre
  3. 2rak

    il y avait une autre concurrente à l’époque: l’improbable Innocenti De Tomaso !
    j’en croise encore une de temps en temps (mais en version de base) et le design est toujours aussi moderne.
    (ho, mon blog de petits dessins de petites autos: https://kar2.blog/

    Répondre
  4. Arnaud T

    « Pour tout ce qu’on a fait ensemble. » C’est vrai qu’une voiture, on ne s’y attache pas seulement pour ce qu’elle est mais aussi pour tout ce qu’on a fait avec, tous les paysages qu’on a vu défiler devant son parebrise. Merci Pauline, on sent que c’est du vécu.

    Répondre
  5. Patoche

    Auto géniale ! Brillant et bruyant moteur de Fiat 127… . cela me rappelle de longs voyages à travers la France sans jamais être fatigué; il faut dire que j’avais aussi 35 ans de moins.
    Avec cette auto, je me souviens d’avoir pu faire un record de temps par la route, entre Tours et Figeac, non égalé par toutes les autres autos beaucoup plus puissantes que j’ai possédées.
    un seul petit bémol de la ravissante Pauline, la finition « Elégant » n’était pas exclusive à la cinquième génération, elle existait déjà sur la deuxième ; la mienne était bleu marine toit blanc de 1974.

    Répondre
    1. Pauline

      Bonsoir,
      Je tenais tout d’abord à vous remercier pour votre message et cette anecdote. Je suis ravie que cette petite bombinette ravive autant de souvenirs chez les petits observateurs
      Effectivement, il y’a eu des elegant en série 2 mais elle s’appelait « E » et jusqu’à la série 5 le badge élégant n’était pas présent.
      Bonne soirée à vous,
      Pauline

    2. Patoche

      Oui Pauline, vous avez raison, il n’y avait que le « E » sur la porte arrière, le badge « Elegant » était collé en prolongement sur la baguette des 2 portes .
      Bien à Vous.
      Patrick

  6. Georges Piat

    J’adore, c’est super. C’était, avec les Austin Mini, la voiture des minettes du 16e arrondissement dans les années 70.
    C’est charmant cet essai.
    Merci au conjoint qui a fait que tout cela soit possible, grâce à son assistance discrète mais efficace.

    Répondre
  7. Dubby Tatiff

    Les yeux de l’amour …

    … vous voulez parler de la manière dont les Petits Observateurs avons regardé ce reportage, j’imagine ! 😉

    Répondre
  8. Calle 13

    Une ode à la voiture ancienne, merci Pauline.
    Ah l’A112, un voisin avait une Abarth, ils partaient en vacances l’été en Italie à 4 plus le chien et les bagages…
    Jolie Vespa PX bleu en face du Théâtre St Georges sinon.

    Répondre
  9. POA for Ever!

    Merci Pauline !
    Le titre de la vidéo est super bien trouvé 🙂 on voit que tu aimes ta voiture et tu en es passionné. la vidéo m’a énormément ému.
    C’est ça POA: l’amour de la bagnole ! Le rapport spécial entre un(e) bagnolard(e) et sa bagnole.
    Encore merci !

    Répondre
  10. Neufcentdixespada

    ….Et ils se marièrent et eurent beaucoup de petits bagnolards… ? On l’espère en tous cas!!! … Sinon la très chic madame sympa qui prend des photos ,faut aussi qu’elle vienne nous presenter sa voiture ( mais laquelle peut elle donc être ?plutot une mini qu’une fuego ,non?) .mes hommages du soir ,mesdames…

    Répondre
  11. Hubert

    Bravo Pauline et ton conjoint!
    Je crois que cela faisait longtemps que POA attendait une bagnolarde, une vraie, une fan de son Autobianchi et de sa Lupo, VW vu au rassemblement POA. J’espère que vous ferez des émules! Il y a plusieurs chapelles comme dit Renaud mais il y a une passion, l’Automobile! Bravo pour les rassemblements!
    Hubert à la Honda Prelude 3g!

    Répondre
  12. Pascal DeVillers

    Bonjour,
    Une sympathique présentation de Pauline pleine d »amour automobile pour sa voiture , c’est super.
    Mon seul souvenir d »AUTOBIANCHI A112 , j’avais 19 ans en 1980 , j’étais animateur de colonie dans les Pyrénées .
    La voiture du jeune adjoint de la directrice était une AUTOBIANCHI A112 blanche et je me souviens souvent des allers retours entre la colo et la ville la plus proche sur les petites routes de montagne ,fenêtres ouvertes , le son du moteur et le thème de Mission impossible sortant de l’autoradio à fond ,
    c’était enivrant on avait l’impression de rouler à 200, je m’en souviens comme si c’était hier.
    Pascal

    Répondre
  13. MF67

    Belle présentation !
    J’aime bien l’A112. Il me semble que les premiers modèles étaient vendus par le réseau Citroën, dans les années 70, puisque l’A112 apparaissait dans les catalogues de la marque aux chevrons. Aussi, cette petite auto m’a toujours semblé avoir un petit air de ressemblance avec la Simca 1100, sortie 3 ans plus tôt, fin 1967.

    Répondre
  14. Gran Turisto

    Sympathique voiture et formidable Petite Observatrice ! Vous êtes nombreuses et on veut voir beaucoup d’autres bagnolardes !
    Pauline aime sa voiture, l’histoire qu’elle partage avec elle et c’est tout ce qui nous plaît…

    Les années 90… Un copain du lycée avait le permis et surtout une Abarth A112 (rouge of course !) Nous transformions alors régulièrement ce quartier en course de côte, de ND de Lorette au Sacré-Coeur. Nous étions souvent jusqu’à 5 à l’intérieur (le plus petit devant déjà dépasser le mètre 80 et le propriétaire le mètre 98 !) et je me souviens des 70cv qui emmenaient cet équipage inconscient relativement fort malgré le poids (de la bêtise) des occupants et surtout des fous rires qui arrivaient à masquer ses valeureux vrombissements, sans oublier les (pseudos) temps scratch réalisés par de très fiables Swatch … A bien y repenser, pas sûr d’avoir franchement dépassé les limitations de vitesse mais c’était notre Pikes’s Peak !
    O tempora, o mores !

    Répondre
  15. Nabuchodonosor

    Quelle santé de fer, et quel pot.
    Ce n’est plus du bruit mais du bel canto !
    Et quel bonheur que ce soit une petite observatrice qui vienne nous la présenter, dans ce monde de brutes…
    Comme Alain, j’applaudis des deux mains.
    Merci Pauline.
    😉

    Répondre
    1. chapman

      C’est peu de dire que cette auto est comme une madeleine pour moi. Une de mes premières petites amies roulait dans une Abarth rouge ….. Les premiers modèles, avec le capot noir mat, la boîte quatre vitesses et 58 petits chevaux bien énervé. Sans lui ressembler traits pour traits, Pauline n’est pas son contraire. Mon petit cœur accélère et mes yeux s’embuent.
      Qu’est ce qu’on a pu se rouler comme patins aux feux rouges. On attendait que quelqu’un klaxonne et on démarrait en trombe….hi hi….

  16. Photobruno

    Dommage de poster les vidéos sur LE site POA, après YouTube.

    A112, doubles bons souvenirs: ma première une Elegant bleu-marine toit blanc,
    la deuxième une Abarth gris métal (avec calandre Chardonnet, drapeaux français et italien pour les connaisseurs).
    Je lui trouvais une grande habitabilité intérieure par rapport à sa taille extérieure, j’ai même dormi à deux dedans en vacances avec tout plein de bagages.
    Les italiennes à l’époque étaient vraiment sensibles à la corrosion.
    La rouille sur les deux A112, parfaitement entretenue et dormant dans un garage, arrive tranquillement en à peine deux ans.

    Répondre