Souvenirs d’Autos (240) : La Traction, la bretelle et la perle ménagère

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Ce rude moment de vie m’a été envoyé par Mathias que je remercie vivement.

1960. J’ai 8ans.

  • Je vis dans la campagne charolaise en Saône et Loire. Mes parents sont agriculteurs et comme la plupart des gens dans notre village nous possédons une Traction Citroën.

Une 11 bleue (si mes souvenirs sont bons).

  • Un jour, mes parents partent chez le voisin pour chercher des pommes, et moi, une soudaine envie de laver la voiture s’empare de moi.

Alors je me mets à tout récurer frénétiquement. Maison, cheval… Et la Traction aussi !

  • Notre cour était légèrement en pente pour l’écoulement de l’eau. Donc je monte dans la Traction et commence à frotter, sauf que je porte une salopette et qu’une des bretelles se prend dans la poignée du frein à main!!

La voiture commence à descendre, de plus en plus rapidement, jusqu’à ce qu’elle rentre dans le mur de la grange aux cochons.  Glurp !

Je ne vous dit pas dans quel état elle était la pauvre Traction… sans parler de la mauvaise humeur de mes parents, rentrant de chez le voisin et découvrant la catastrophe.

Bon après je n’ai plus jamais fait le ménage dans une voiture jusqu’à ma majorité.

Go POA !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.  On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…  Et si possible, joignez à votre histoire des photos….  On adore ça chez POA !

L’avis des Petits Observateurs !

7 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (240) : La Traction, la bretelle et la perle ménagère »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Pierre_

    Pressé que j’étais, je démarre l’Auto. Oui mais une vitesse était enclenchée. Un grand classique. L’Auto bondit et percuta le portail du garage, entr’ouvert. Heureusement aucun des ventaux n’était accroché. Seul à la maison ce jour, j’étouffai un temps l’affaire. Grand moment !
    Merci Mathias pour ce Souvenir.

    Répondre
  2. Georges Piat

    En plus, sur la Traction, le frein à main n’est pas entre les deux sièges avant mais au tableau de bord, donc facile à desserrer malencontreusement.
    Des situations dont on se souvient toute sa vie !

    Répondre
  3. Paul GUY

    Ma mère, jeune mariée a connu une histoire similaire. Voulant faire plaisir à mon père, elle nettoie sa DS. Estimant sans doute que le capot était très sale, elle l’a intégralement récuré à l’Ajax. Mon père a du s’étrangler en la remerciant pour ses efforts IOI

    Répondre
  4. Nabuchodonosor

    Merci pour cette très belle et très courte histoire Mathias.

    C’est idiot mais je me dis que, du point de vue du « cochon », elle doit se conter à peu près comme ceci :

    Un jour, alors que nous n’avions plus de trognons de pommes à nous mettre sous la dent, nous vîmes couler dans la caniveau qui nous sert parfois d’abreuvoir, un filet d’eau corrélativement teinté surmonté d’une mousse blanchâtre… Nous n’eûmes pas le temps de tâter de ce fumet, ni de remuer de la queue ou d’émettre le moindre grognement qu’un énorme fracas, semblant venir de l’autre côté du mur de notre maison, nous paralysa tous les trois, Riri, Fifi et moi… Bien que nous subodorâmes qu’il y eût du rififi dans l’air, nous ne reçûmes jamais la moindre explication et ne revîmes jamais de filet d’eau sale surmonté de mousse blanchâtre couler dans notre caniveau. Les jours suivant les trognons de pommes désirés étaient à nouveau au menu.
    😉
    Nabuloulou

    Mes respects, mon Co-commandant.

    Répondre
    1. Fils de Pub

      Faudrait voir à pas vous bauger en mélaniant la comptine des trois petits cochons et les neveux à Donald, Babu.

    2. Pierre_

      Cher Nabu, les jours suivants, voulez vous dire que l’on a servi de la confiture aux cochons ?
      Je le parie, ‘Cochon qui s’en dédit !’