Bébé Peugeot, ne l’appelez pas Bugatti

Par Paul Guy*. Lorsque l’on évoque le nom de Bugatti, la tête des collectionneurs s’enrichit d’images de bolides bleus à la calandre en fer à cheval. D’autres pensent aux carrosseries fuselées dessinées par Jean Bugatti ou à de monstrueux engins énigmatiques : Les Royales. Mais il fallait bien faire bouillir la marmite, peu de gens savent que la firme de Molsheim a réalisé de l’ingénierie pour Peugeot.

Hugh Conway,  conservateur du Bugatti Trust à Prescott en Angleterre, nous présente la Bébé Peugeot

1911 : Ettore Bugatti a 30 ans, il présente le projet d’une minuscule voiture à l’Allemand Wanderer. Sans succès, Ettore se retourne alors vers le constructeur le plus proche géographiquement du côté d’Audincourt  avec une tête de lion pour emblème, ça ne vous dis rien ? Mais oui…… Peugeot.

Environ 4000 Bébé Peugeot ont été produites avant la première guerre mondiale. Une cinquantaine ont survécu.

Ce quadricycle long de 2 M 60 est capable d’une vitesse de 60 km/h. Elle est livrée complète pour la modique somme de 4.250 F soit un sou du kilomètre selon la réclame. Près de 4000 exemplaires seront produits, chaque exemplaire faisant l’objet d’une redevance de 150 F auprès de la firme de Molsheim jusqu’à 80 F en fonction du nombre d’exemplaires produits. Sa dénomination commerciale Peugeot BP1.

D’ailleurs si vous êtes un peu curieux lors de votre prochaine visite à Mulhouse au Musée de l’automobile, vous remarquerez peut être cette petite automobile biplace estampillée Bugatti. Les deux engins ne différent que par la conception du moteur à arbre à came plus noble pour la petite Bugatti que le moteur à soupape latérale pour la petite Peugeot. Elle sera finalement produite jusqu’en 1916.

Peugeot réitèrera l’aventure des quadricycles à moteur avec la Quadrilette, mais ceci est une autre histoire.Beaucoup plus près de nous le concept BB1 est censé être un hommage à la bébé Peugeot deuxième du nom.

*Lorsqu’il ne parcours pas la campagne au volant de sa jolie décapotable japonaise, Paul Guy aime passer son temps à courir après les véhicules anciens. Au sens large puisque les autos côtoient les motos, les trains et les avions ! Bref tout ce qui roule vintage l’intéresse. Paul Guy est Rédacteur – Photographe à newsdanciennes.

Une Bébé Peugeot est estimé à 50 000 euros

 

L’avis des Petits Observateurs !

5 commentaires au sujet de « Bébé Peugeot, ne l’appelez pas Bugatti »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Denis LEMUHOT

    Bien qu’étant un fervent admirateur de l’histoire Citroën, que depuis 1978, je roule Renault, je suis fan du Musée Peugeot que j’ai visité bien des fois en lien avec l’usine.
    La première fois, j’avais 15 ans en voyage scolaire. C’était la sortie de la 505 cabriolet et des taxis sur base 505, jaunes, devant rejoindre New York. Une autre étape lors de la sortie de la 406 avec la découverte de la mise en peinture « à l’eau », occasion d’apprendre pour cette technique que Peugeot était propriétaire d’une ferme d’Emeu, seule plume (qui repousse) permettant de supprimer l’électricité statique de la carrosserie avant le premier bain de peinture. Autre étape, alors que je faisais une émission pour Radio France Nancy « Carte Grise, avec Michel Pages, (aujourd’hui France Bleu Sud Lorraine) sur place, on tombe par hasard sur une carrosserie bizarre… Grand gêne de notre accompagnateur Peugeot du service de Presse qui nous montre un peu plus l’objet en contrepartie de ne pas en parler… C’était un prototype de la 607. Du reste, certaine lignes dans l’usine étaient protégées de bâches. Ils mettaient en place les nouvelles chaines de construction. A cette occasion, nous avons visité la réserve et avons pu voir la 505 pick-up fabriquée pour la visite du Pape Jean-Paul II. Nous avons pu nous mettre au volant et, oh sacrilège, prendre la place du successeur de Saint Pierre ! La visite suivante, c’était la sortie de la 1007, et la dernière fois, une visite du musée… comme un touriste… Mais il faut que j’y retourne.

    A propos du Pape, lors d’une visite d’un musée en Angleterre en famille, mes enfants et moi avons pu aussi essayer le camion papa-mobile. (je ne me souviens plus où ni la marque). Mais j’ai un doute, car je crois qu’il ait été fait pour la visite du pape au Royaumes unis , il n’est pas sur qu’il ait été mis en service…

    En général, j’aime bien l’histoire automobile…

    Répondre