WLTP : on va payer l’addition !

Une hausse moyenne de 30%  des tarifs de la majorité des voitures neuves le 1er janvier 2020 ?! C’est, à ce jour, le résultat obtenu après application des règles fiscales aux normes d’homologation WLTP appelées, dans 6 mois, à servir de repères officiels au déclenchement du bonus/malus. Enjeux, conséquences et analyses de Jean Pagezy, Ministre des Finances POA et Fondateur de PCAServices –  courtier en location longue durée – sur ce qu’il convient d’ores et déjà d’appeler un « bouleversement sans précédent du marché automobile hexagonal »…

 

L’avis des Petits Observateurs !

16 commentaires au sujet de « WLTP : on va payer l’addition ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Ping : Cycle WLTP : Quelles différences avec le cycle NEDC ? | Beev - Passez à la voiture électrique

  2. Philippe

    Pendant ce temps là un Porsche Cayenne hybride rechargeable de 2t5 et avec une conso moyenne réelle de 15L ne paiera rien. Et le pauvre bougre qui veut se faire plaisir avec son 3008 neuf 130ch essence va manger plusieurs milliers d euros de malus.
    Ah aussi. Les nouveaux diesel avec adblue font sûrement moins de nox que les dernières essence avec fap. Et pas plus de particule. Pourtant ils ne sont pas critair 1. Vive la logique gouvernementale.

    Répondre
    1. Sebastien

      En fait personne n’en sais rien du tout !
      De temps en temps il faut savoir patienter. Si les nouvelles sont mauvaises réellement il faudra savoir agir aussi. Si finalement il n’y a pas de modification aussi drastiques qu’annoncés, alors nous nous ferons entendre non?

  3. Nabuchodonosor

    Si vous en pincez un minimum pour l’écologie, alors il faut vous résoudre à payer pour le homard de la transition en marche qui se décarcasse tous les jours dans les assiettes (fiscales) de l’hôtel de Lassay.
    Garçon ! L’addition s’il vous plait.
    Sissi, j’en Rugy de plaisir…
    😉
    Nabudésabu

    Répondre
  4. David P

    Bonjour,
    N’oubliez pas que cette norme n’est qu’un étalonnage pour un système de taxation.
    De mon expérience, rien n’interdit à un Gouvernement de viser une neutralité budgétaire via le fait, par exemple, de diminuer ses montants d’imposition de 30% pour compenser la hausse de l’étalonnage sur lequel il se base -la nouvelle norme WLTP-. Il suffit de changer les montants dans le texte légal.
    Tant que le Gouvernement sauve son budget -voire l’augmente un peu;-)-, je vois plutôt ce genre de scénario que ce qui est présenté ici comme un tsunami fiscal auquel on ne peut échapper. Sans parler du fait que je demande à voir quel Gouvernement sera assez fou pour lancer une rage taxatoire en pleine période de tension relative au pouvoir d’achat (gilets jaunes, populisme EU, …).
    J’écris de Belgique, qui va aussi être concernée par ce nouvel étalonnage.
    Belle journée

    Répondre
  5. Pascal DeVillers

    Bonsoir,
    Pour les particuliers, n’oublions pas le marché de l’occasion qui est un bon moyen de jouer la montre a bon prix et d’attendre de sortir de la nappe de brouillard, le temps que l’offre sur le neuf devienne raisonnable pour l’acquéreur moyen.
    Pascal.

    Répondre
  6. Troadec Jean Luc

    Bonjour,
    En écoutant votre émission sur la norme WLTP je vois poindre les réactions des pauvres automobilistes victimes des mesures gouvernementales. Afin de recentrer le débat je rappels que depuis 2002 la loi dit que toutes les politiques gouvernementales se doivent s’appliquer dans le cadre du développement durable. Ce qui signifie que depuis 2002 la France s’est engagé en quelque sorte sur la voie de la transition écologique.
    Malheureusement un secteur de l’économie, celui des transports et de l’automobile, n’a pas joué le jeu, a modifié les règles et par la suite triché. Et cela pour le plus grand bonheur des bagnolards qui plus que jamais on fait de leur voiture l’outil non pas au service de la mobilité, mais de leur égaux. Maintenant du coup c’est un peu l’heure de la punition.
    L’article en lien nous éclaire un peu sur la période 2008 à maintenant et explique comment en est on arrivé là…..
    http://www.autoactu.com/pourquoi-renverser-le-compromis-de-2008-et-inciter-constructeurs-et-automobilistes-a-privilegier-la-legerete-est-une-bonne-idee.shtml?fbclid=IwAR38Y2jRCOzZ310HC4jRyXYnIVzgMOronjBkDsJEpaNXC34GoLASsGV8f4c

    Répondre
  7. CURVAT Jean Claude

    Bonjour

    Effectivement, Jean PAGESI par ailleurs fort compétent , parle beaucoup trop vite et articule mal. POA devrait lui dire pour que ces interventions soient facilement audibles.

    Répondre
  8. Romuald

    Bonjour,
    Je voulais rajouter que l’augmentation du taux de CO2 engendre pour les sociétés :
    Une augmentation du malus comme pour les particuliers
    Une augmentation de la TVS
    Une baisse de la valeur d’amortissement au delà de 175 g.
    C’est une triple peine…
    Enfin pour être précis, l’augmentation de 30% correspond à la différence entre le malus d’aujourd’hui et de demain.
    Une véritable politique «  autophobe »

    Répondre
  9. Guillaume D.

    Belle maîtrise du sujet WLTP qui est un sujet épineux… malheureusement!
    Concernant les scénarios probables, le 3ème que vous évoquez (en se basant aussi sur ce qui s’est passé en 2018 et 2019) est certainement le plus probable (on trouvera bien encore un bug du logiciel de carte grise pour justifier le maintien du NEDC 2.0…).

    Le deuxième me semble peu réaliste car il faudrait que le gouvernement justifie pourquoi on relève les émissions de CO2 pour faire le malus… qui serait perçu comme un retour en arrière inévitablement.

    En tout cas, on ne peut effectivement que s’étonner du grand silence qui règne de toute part, tant du côté des constructeurs (qui ont aussi fort à faire avec la limite de 95g de CO2 en 2020/2021) que du côté du gouvernement car si le premier scénario s’applique, j’ai du mal à croire que cela se fera de manière indolore…

    Répondre
  10. Mat Ador

    Désolé mais je ne parviens pas à comprendre votre intervenant qui parle trop vite en mangeant ses mots, à moins que ce ne soit un problème de micro.
    Pas plus que je ne parviens à comprendre l’équation entre votre titre racoleur et vos explications. 30% de CO² en + ne signifie pas pour autant 30% du tarif de l’auto.
    Enfin, comment pouvez-vous mettre sur un même pied le bonus/malus et la TVS. Le premier s’applique à l’immatriculation, le second au trimestre consommé en entreprise.
    Je comprends que tous ces points concernent les Véhicules Particuliers (C.G = V.P), or pour les entreprises comme pour les particuliers d’ailleurs et sauf erreur, il reste l’immatriculation en Véhicules Utilitaires (C.G = V.U). dont vous ne parlez pas. Je veux bien que l’on fasse quelques affaires ensemble, mais avant il faut m’énoncer tout cela très clairement.
    Cordialement.

    Répondre
    1. Guillaume D.

      Bonjour Mat Ador, concernant le marché des véhicules particuliers, je ne suis pas sûr que M. Pagezy ait affirmé que 30% de CO2 en plus signifiait 30% du tarif. D’ailleurs, si on reprend l’exemple du 3008 essence qui est évoqué dans la vidéo (à ce sujet, pour retrouver les 3600€ de malus, il me semble que vous parlez d’une version boîte auto EAT8, dans le cas d’une boîte manuelle, le malus serait un peu moins élevé, mais lourdement significatif déjà avec 2300€ environ), le malus représente environ 10% du prix de l’auto à payer en plus pour l’immatriculer!

    2. Mat Ador

      Bonjour Guillaume D.
      « Une hausse moyenne de 30% des tarifs de la majorité des voitures neuves le 1er janvier 2020 ?! »
      Ce n’est pas moi qui le dit, c’est l’explication de texte que je lis sous le titre « WLTP : on va payer l’addition ! »