Suzuki Vitara : passons en mode Boosterjet 🚀

Patrice Vergès. Né en 2015, le dernier Suzuki Vitara a bénéficié il y a peu d’un léger restylage mais surtout a troqué son 1,6 l atmosphérique essence contre un petit 1000 cm3 suralimenté qui répond au nom de Boosterjet. C’est au volant de cette nouvelle motorisation que nous avons parcouru environ 2000 km.

Esthétiquement, ce petit SUV de 4,17 m a seulement reçu une nouvelle face avant à fentes verticales contre horizontales précédemment liée à des chromes plus généreux. On note aussi un nouveau sabot de protection à l’arrière et des feux désormais à led.

L’habitacle a aussi été rajeuni surtout au niveau de la planche de bord avec des matériaux plus valorisants dits moussés. De nouveaux équipements de sécurité (régulateur adaptatif, lecture des panneaux, aide à la correction de la trajectoire) ont été ajoutés sur la version Pack, aides qu’on retrouve sur la majorité des voitures modernes actuelles. Le revêtement des sièges offre aussi un aspect plus raffiné tandis que des inserts couleur argent égaient également les plastiques qui ne sont pas évidemment ceux d’une Audi.

Né en 2015, le Suzuki Vitara vient de bénéficier d’un sérieux rajeunissement autant esthétique que mécanique

Nouveaux faux rouges à led et sabot arrière pour le Vitara 2019

Discret et vaillant

Le petit 3 cylindres m’avait conquis sur la Suzuki Swift et c’est avec plaisir que j’ai retrouvé cette mécanique exempte de vibrations et discrète mais néanmoins vaillante avec un couple disponible dès 2000 tr/mn. Elle était accouplée à une boîte automatique à 6 rapports facturée 1700 euros qui apporte énormément d’agrément à la conduite sauf sur autoroute. En effet, selon le profil de celle-ci, la boîte auto hésite souvent entre le 5eme et 6eme rapport ce qui n’est pas toujours agréable au plan sonore. Mais après tout il n’y a que 1000 cm3 sous le capot ! Les palettes situées derrière le volant permettent de reprendre la main notamment sur parcours sinueux.

Remarquons que l’avantage de cette boîte automatique est de compter 6 rapports contre 5 pour la version mécanique. Son inconvénient est d’accroître la consommation de 0,5 l environ avec des émissions de CO2 en hausse de 7 grammes (129 g/km malus de 113 euros). Globalement, son agrément d’utilisation est si positif en usage mixte que cette transmission ne peut être qu’ardemment conseillée. Pour ma part, sur ces 2000 km, j’ai enregistré une consommation moyenne de 6,7 l ce qui est fort raisonnable pour un moteur essence et le volume de ce SUV qui est pourtant un poids léger puisqu’il ne pèse que 1085 kilos en deux roues motrices et 1130 en boîte automatique.

Planche de bord très sobre qui utilise des matériaux moussés plus flatteurs

La montre a été redessinée. Dommage que la surface du GPS soit aussi réduite

Un bon élève qui gagne à être connu

Le Suzuki Vitara n’est pas une voiture sportive avec son 0 à 100 km/h en 13 secondes et ses 180 km/h. A l’usage, il se révèle plutôt confortable avec des mouvements de caisse très réduits et une direction idéale. 2000 kilomètres permettent de mieux cerner une auto qu’un bref essai presse de 100 kilomètre. Ainsi sur cette distance nous avons apprécié les sièges qui soutiennent bien les cuisses grâce à leur longue assise. Ils permettent de parcourir de longues étapes sans fatigue d’autant que la position de conduite est parfaite. Noté également positivement le silence de la mécanique et la praticité des vastes vide-poches de portière et la facilité de l’accès à bord grâce à sa hauteur de 1,60 m et regretté que le GPS n’occupe pas toute la surface de l’écran central.

Le Suzuki Vitara est une heureuse surprise comme l’avait été en son temps le Baleno qui gagne à rouler avec. Ses nouveaux coloris fort réussis, sa face avant modernisée et sa planche de bord plus cossue lui donnent une nouvelle jeunesse tout comme sa mécanique Boosterjet particulièrement séduisante. Suzuki n’abuse pas des options (peinture métallisée) et propose seulement deux versions séparées sur le 1000 cm3 plus une série spéciale Style.

6,7 l aux 100 sur environ pour 2000 km parcourus à son volant

 

Le moins cher dans sa catégorie

Sur la Privilège plus coûteuse de 1900 euros, les jantes de 17 pouces sont en alliage léger, les sieges avant sont chauffants, les vitres arrière sont surteintées et la planche de bord est équipée d’un écran multifonction. Il faut grimper à la version Pack proposée uniquement sur la 1,4 l pour bénéficier de toutes les aides à la conduite dont certaines sont prodigieusement agaçantes. Ses tarifs restent raisonnables puisque en version 1000 cm3, la gamme Vitara débute à 18 390 euros pour monter à 22 900 euros en version privilège Allgrip à 4 roues motrices. Un tarif, notons le, qui est le plus bas dans la catégorie des petits SUV après la Dacia.

Suspensions fermes mais le confort est globalement honnête

Avec 4,17 m seulement en longueur, le volume des places arrière est compté

Sièges rabattus, le Vitara offre un bon volume de chargement

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

14 commentaires au sujet de « Suzuki Vitara : passons en mode Boosterjet 🚀 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. John Steed

    Chaque Penny dépensé dans un Vitara est un Penny judicieusement investit.
    Ma fidèle canne-épée et moi sommes bien placé pour savoir combien les services de sa gracieuse majesté sont sensibles sur ce point.

    Répondre
  2. Iatrino

    Je possède une Vitara 1.4 S boosterjet Allgrip depuis 3 mois et que du bonheur. Très agréable à conduire, en ville comme sur autoroute, la boite auto est incroyable.
    J’arrive à 5,9 litres avec autoroute et banlieue parisienne, en mode sport qui plus est.
    Petit gabari mais qui en a sous le capot
    Certe, l’intérieur fait un peu plastique, mais l’agrément de conduite fait tout oublier, plus de mal de dos pour moi désormais. Je ne connaissais pas Suzuki avant celle ci, avec regret.
    Bref, j’en suis ravi, mon père aussi puisqu’il a acheté la sienne 15 jours après avoir essayé la mienne

    Répondre
  3. Thierry

    Je découvre Suzuki sur les bons conseils de Renaud et de l’équipe POA …
    Des autos qui semblent justes, légères, économiques en carburant, j’arrive à un étonnant 4,40 litres aux 100 sur mon essence Swift.
    Alors oui dans cet essai on nous parle d’un SUV un de plus, mais lui au moins est légitime de par sa marque.
    (ouhh comme c’est méchant !)

    Répondre
  4. Fabienne

    J’adore ma Vitara ancienne version 1,6l
    Je ne changerai pour rien au monde
    Je la conseille à tous mes amis et certains ont sauté le pas à leur plus grand bonheur
    Fan de Suzuki depuis 35 ans.

    Répondre
  5. Debarge

    Bonjour, je viens de remplacer un vitara 166 essence pack allgrip par un 1400 turbo style allgripp après 3500 kms c’est pas mal pour le conduite par contre l’ordinateur laisse à désirer panneaux de limitation de vitesse folklorique disposition sur l’écran mal situé supprimé le diagramme de consommation et reste fixe des kms et des kms pas de mis à jour de cartographie gps logiciel d’avant Jésus christ quand à l’adaptation ou intégration de téléphone ça n’avance pas vite pour le bluetot. À part ces petits défauts c’est correct.

    Répondre
  6. Claude

    Voiture très sympa et sans problème. Je possède l’ancienne version à moteur 1,6 l. Rien à dire en mal et excellente robustesse. Si je le change ce sera pour un 1,6 l car le petit 3 cylindres n’est pas assez puissant

    Répondre
    1. Jb gretry

      Avez vous essuyer le moteur booster jet ? Car franchement je suis parti en vacances avec celle de mes parents et je suis vraiment étonné. Cette quelques défauts mais tres peu et niveau performance, il y a de quoi faire.

  7. chapman

    Mon épouse roule au quotidien avec la version 1,4 l boosterjet 140cv….. Nous l’adorons mais voulant conserver mes points, j’évite de trop  » jouer » avec. On est vite illégal.
    Je l’ai déjà dit à plusieurs reprises mais Suzuki est une marque à découvrir. Des voitures populaires, bien équipées, raisonnables en prix et bien travaillées question poids.
    Don’t forget,light is right!

    Répondre
    1. Vigne

      Possesseur d’un Vitara essence 1.6 depuis 6 mois, je suis très satisfait du véhicule. Très économique, bien équipé et pas cher … j’espère que la légendaire fiabilité japonaise sera vérifiée. C’est ma 5ème japonaise et j’aurai du mal à passer aux françaises certe pleine de qualités mais à la fiabilité douteuse