Souvenirs d’Autos (236) : Mon héros venu de la Lune en R10

 Par le Commandant Chatel.

20 juillet 1969.

Le Val André.

J’ai 10 ans.

Je bronze sur la plage ensoleillée mais je fais la gueule.

Je suis furax, car Nanny, ma grand-mère paternelle, avec qui je passe ces vacances en Bretagne refuse que je veille ce soir pour regarder les astronautes américains marcher sur la Lune.

Je suis d’autant plus fou de rage que les patrons de l’hôtel Ker Loïs ont promis que le salon de télévision resterait ouvert toute la nuit.

Aussi, j’ai gardé les journaux et je connais par cœur les noms des trois héros : Neil Armstrong, Buzz Aldrin, Michael Collins ! Et en tant que tintinophile patenté, je sais exactement comment ça va se passer…

Bref, je n’ai le goût à rien et je refuse d’aller me baigner. Nanny ne peut quand même pas me forcer…

Vers 17h, on repart de la plage pour prendre nos vélos et rentrer à l’hôtel.

Nous voilà dans le Val André… et soudain, j’entends derrière moi le bruit caractéristique de la R10 (on ne disait pas Renault 10 à l’époque)…

Je ne sais pas pourquoi, mais je sais que c’est mon père. Je me retourne. Bingo ! C’est lui, au volant de sa voiture bordeaux.

Que fait-il là ?

Nous voilà à l’hôtel. J’indique à mon père où se trouve le petit parking réservé aux clients pour qu’il gare sa belle auto. Je la trouvais magnifique. Il m’aura fallu une bonne vingtaine d’année supplémentaire pour admettre que la R10 n’était pas si belle…

Discussion. Palabres. Négociation.

Victoire pour moi. Mon père est formel :

  • Cette nuit est historique, il n’est pas question que Thibaut rate ça !

Ma grand-mère est furieuse (en douce on l’appelait Nanoche ou Nanochka, mais il ne faut pas le répéter) et affirme que « elle », elle ira se coucher.

La technologie ne l’intéresse pas.

Le soir, dans le salon de télévision, l’attente est longue et je m’endors sur le canapé. Mais vers 3h30 du matin, mon père me réveille.

  • Ils vont bientôt sortir du Lem.

J’assiste alors médusé à l’incroyable. Un homme marche sur la Lune. Mon père m’entraîne dans le jardin et me montre la Lune.

  • Tu vois, mon fils, ils sont là-haut.

Je n’oublierai jamais cette image et sa main sur mon épaule.

Vers 5 heures du matin, je monte me coucher et je me réveille vers 10h ou 11h du matin. Dans le jardin, Nanny, triomphante m’annonce que j’ai raté le petit-déjeuner. Qu’importe.

Et, elle ajoute que « c’est fini les caprices » car mon père est reparti à Paris !

Je refuse de le croire. Je cours au parking et je découvre un emplacement vide où la R10 était garée. C’est un coup dur et si mam mémoire est bonne, je me mets à pleurer.

Il avait fait l’aller et retour pour moi, pour me permettre de voir en direct Neil Armstrong prononcer ces mots : « C’est un petit pas pour l’homme, mais un bond de géant pour l’humanité… »

Je l’imagine roulant pied au plancher (c’était son habitude), toujours au volant d’une Renault (je vous épargne la liste) la Gitane au bec (ça l’a tué très jeune), faisant 900 km sur des routes hasardeuses, rien que pour moi.

Papa, je te remercie.

Nanny, je ne t’en veux pas. Même si tu n’étais pas toujours facile, j’ai toujours su que tu m’aimais…

 

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion (avec ou sans voyage sur la Lune). On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos….  On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

17 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (236) : Mon héros venu de la Lune en R10 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. arnold

    Comme on est dans l’émotion………moi, 69, j’avais 6 ans et juillet je devais aller voir pour la dernière fois mon père sur son lit
    d’hôpital suite à un accident de la route l’été précédent, la R8 major jaune familiale avait terminée dans les pâquerettes sur la
    route des vacances.
    Un père qui prend la route dans le contexte routier de l’époque pour que son petit garçon puisse échapper aux diktats de Nanoche
    et qu’il puisse voir ce moment mémorable………ben c’est des souvenirs qui font de vous un autre homme.
    Moi……Armstrong, la lune, le Lem, le premier pas sur la lune……pas de souvenirs….dommage!

    Répondre
  2. Neufcentdixespada

    Né em mars 1967 , croira qui veut, c’est un des premiers souvenirs que je puisse dater . J’etais aussi chez les grands-parents en Bretagne ,ce sont les parents qui allèrent me lever a l’instant suprême… mais je ne rappelle absolument pas des images a l’ecran, seul restent les images de la famille et des voisins réunis pour admirer et CROIRE au PROGRÈS … depuis ,on n’alla plus sur la lune des 1972, et le tournant de 1973 pour moi marque la fin d’une époque… bon ,commandant Chatel ,c’est malin de nous catapulter en arrière (quand stationnaient une mustang blanche,une xj6 Bordeaux et une mercedes noire rallongée (on croyait qu’elle avait six portes!) dans la modeste rue de mes grands parents … douarnenez ,ville bagnolarde??)… mais les patients s’accumulent dans la salle d’attente… à bientôt commandant pour de beaux souvenirs

    Répondre
  3. Pierre_

    Au lit à 21h, et hop fin du jour!
    On verra tout ça demain au jt de 13h.
    Du coup pas de direct au cœur de la nuit pour notre petite famille.
    Quant à la R10.. le bruit du moteur était très caractéristique.
    Un souvenir doux-amer.
    Merci Commandant.

    Répondre
  4. COMMANDANT CHATEL

    Je ne peux répondre à chacun, car je serai un peu répétitif….
    Mais je voudrais quand même vous remercier pour vos commentaires qui me touchent beaucoup.
    Ça me plaît quand tous les bagnolard se donnent la main…
    Bon WE à tous et VIVE LA BAGNOLE !

    Répondre
  5. chapman

    Mon commandant, je partage avec vous ce souvenir extraordinaire, ces images floues et pourtant si impressionnantes. Moi aussi on est venu me réveiller au milieu de la nuit avec la désapprobation de la grand mère. Mon père fumait des Winston, mon grand père des Camel sans filtres et moi, du haut de mes huit ans, je ne pensais pas fumer autant de Gitanes sans filtres une fois adolescent.
    Je suis heureux d’avoir cessé de fumer mais je regrette cette époque, mon enfance, ma jeunesse, insouciante et conviviale.
    Part contre je suis resté sur la Lune.

    Répondre
  6. Nabuchodonosor

    Les américains ont donné un récital sans filtre à l’humanité toute entière. Ils auraient dû consacrer l’entière primeur de cette découverte à leur armée, à leurs scientifiques. Ils ont au contraire choisi de la faire partager en direct au plus grand nombre, sans garantie de succès de l’opération pas plus que de la transmission.

    Cette folle nuit-là, merci Papa, merci Maman, mes frères et moi étions aussi devant le petit écran. Nous avions une des toutes premières TV couleur Phillips, mais la retransmission était en noir et blanc. L’évènement en mondovision était sans précédent. Il consacrait le rêve américain. Tout était possible, il n’y avait pas de limite à la conquête de l’homme…

    Ils ont fait un tabac !
    😉
    Mes respects du vendredi, mon Commandant

    Répondre
  7. Gran Turisto

    Faut arrêter avec ça ! Vous inventez quoi ? Le Larme-Test Euro NCAP pour les bagnolards ?… Bon, je me contenterai d’une seule étoile… Mais c’est la dernière fois !!!

    Répondre
  8. Guillaume D.

    Super souvenir d’auto, très touchant qui plus est! Si j’avais été de ce monde en 1969, il aurait été certain que je n’aurais loupé cet événement pour rien au monde!
    Et c’est incroyable cet aller/retour « juste » pour vivre ça en direct avec son rejeton 🙂 Chapeau!

    Répondre
  9. Jean-Michel KAGAN

    Eh ben encore une belle histoire père fils bagnole ( ça marche aussi père fille bagnole).

    Moi aussi j’étais chez mes grands-parents à 13 ans 3/4 et j’avais mis le réveil. J’y ai assisté tout seul mais clairement je n’avais pas eu l’im d’être le seul à être devant la télé.

    Répondre
  10. Thierry

    Ben merde …. cette histoire m’a embué les yeux comme un pare-brise de R10 avec la ventilation limite d’une R10 !!! Mais moi aussi j’étais debout, et l’on m’avait forcé à regarder cette page d’histoire en direct à la télévision.
    Histoire magnifique, mon papa aussi avait la Gitane au bec, tout une époque, 7ne merveilleuse époque et une merveilleuse histoire père fils !

    J’aime ça !

    Répondre
    1. Huiledecannes

      Un des plus beau souvenirs d’autos, mon commandant…pareil pour moi, embué comme le pare-brise de ma feu R8 un soir de pluie.
      Petite variante, mon père fumait des Gauloises, paquet souple, je m’en rappelle bien, je lui achetais quand il était garé en vrac devant le tabac avec la R12 ! Et c’est vrai que l’on disait toujours la R12 !
      Par contre pour l’alunissage j’étais encore dans un autre univers…

  11. Ju44

    POA rubrique sortez les mouchoirs…. l’émotion est au rendez-vous d’une nuit de juillet 1969!

    Une anecdote aussi merveilleuse qu’émouvante et touchante. Une petite histoire dans la grande histoire et un souvenir gravé à jamais, comme l’empreinte de pas de Neil Armstrong marquée pour l’éternité sur la surface de la lune.

    Répondre