Souvenirs d’Auto (235) : Une Talbot Horizon faut que ça brille !

Par le Commandant Chatel. Nous sommes à la fin des années 70, début 80. Je travaille à Radio-Monte-Carlo. L’agence de pub (j’ai oublié son nom) qui s’occupe du budget Talbot nous contacte. Le brief : monter une opération radio pour prouver que ces autos sont bien construites.

 

On carbure, on brainstorme, on réfléchit… et on propose un raid Paris – Cap-Nord avec trois Talbot pilotées par trois animateurs de radio. Max Meynier pour RTL, Marielle Goitschel pour Europe 1 et Gérard Klein pour RMC.

Ils feront la route, enregistreront des messages où ils racontent leur voyage dans la journée et nous balanceront le matériel la nuit par ligne.

À Paris, on montera et mixera les messages qui seront diffusés le lendemain sur les trois stations de radio comme si c’était en direct. C’est un petit mensonge de 24 heures, mais qui permettra de rester dans un coût de production presque « normal ».

Vendu ! On fonce.

Les Talbot sont de séries (sauf le chauffage qui a été renforcé). Chaque animateur sera accompagné d’un technicien radio avec un Nagra (magnétophone portatif de 15 kg… Vive le numérique) et il y aura quand même une voiture suiveuse avec deux mécaniciens de chez Talbot.

En fait, ils ne feront rien, car à part un accrochage et une portière enfoncée (celle de Gérard Klein) tout se passe comme sur des roulettes.

Donc, chaque soir on se retrouve au studio à Paris et on récupère les enregistrements. Nous sommes trois monteurs.

Chacun derrière son magnétophone et on bricole chacun une douzaine de message de 1 minute.

À deux ou trois heures du matin, c’est terminé, chacun dépose ses message à la régie finale de sa station (elles sont toutes les trois à l’époque dans le 8e arrondissement de Paris) et on va se coucher.

L’opération dure deux semaines à peu près et voilà nos animateurs qui rentrent en avion et les autos sur un plateau.

On fait une photo de famille dans un hangar, je ne sais plus où, devant les photos recouvertes de terre, de boue… franchement, elles sont magnifiques.

Tant et si bien que les grands manitous de la com’ décident d’exposer les autos dans le show-room de Talbot sur les Champs-Élysées.

Je ne sais pas pourquoi, je la ramène et je dis au directeur commercial :

  • Il faut surtout les laisser sales ! Elles sont sublimes comme ça.

Il me répond un truc du genre :

  • C’est une plaisanterie ?

La semaine suivante, on a rendez-vous sur les Champs-Élysées pour une nouvelle photo de famille. On se retrouve avec Gérard Klein, Max Meynier et Marielle Goitschel devant trois Talbot Horizon dont on a retiré les autocollants, toutes propres, la portière enfoncée changée.

Les gens passent devant en s’en foutant. Ces autos ne racontent plus rien…

Je fixe intensément le directeur commercial en question.

Comme un coq de bruyère, il pavane.

Tellement content de lui.

Cet imbécile vient de tout flanquer par terre.

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.  On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…  Et si possible, joignez à votre histoire des photos….  On adore ça chez POA ! Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

13 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Auto (235) : Une Talbot Horizon faut que ça brille ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Gran Turisto

    Encore un poète fier de lui… Un dir’com, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît.. C’est dommage, pour une fois que ces autos sans histoire en avaient une…
    Quant au Nagra, les bagnolards ayant un penchant pour la hifi sauront…

    Répondre
  2. Pierre_

    Belle et étonnante complicité de ces 3 Radios sur ce grand raid, avec 3 animateurs de choix, dont nous nous souvenons tous.
    Un clin d’oeil à Max tout là haut blotti dans son nuage.
    Quant au coq, serait il ‘passé a la casserole’ comme il advint tristement de la marque.
    Merci Commandant.

    Répondre
  3. Georges Piat

    Ben oui, le côté baroudeur !
    Ah le Nagra, c’était suisse je crois me souvenir… Un magnéto mythique et superbe en plus, j’en rêvais avec mes frangins.
    Et le Revox en utilisation fixe. Mais c’était pas donné tout ça !

    Répondre
  4. Miata-Boy

    Quel couillon ! Tout comme sont de fieffés abrutis les placeurs de produits qui nous flanquent désormais dans tous les films des voitures de luxe toutes plus rutilantes les unes que les autres, y compris après des scènes de poursuite… Laissez-donc vivre leur vie à ces bolides sans les toiletter entre chaque prise, c’est ridicule !

    Répondre
  5. Éric Massy-Delhotel

    Communiquons… comme la lune ! Ce devait être la devise de Monsieur le Directeur commercial. Souvenir ému du Nagra qui a musclé tant de frêles épaules de stagiaires

    Répondre
  6. Herve

    Bon… j’ai passé plus de temps à admirer le nagra que la photo de la bagnole…
    A l’époque Simca chrysler ne savaient déjà plus où ils habitaient, le même dir com’, c’est bien probable, avait dû trouver génial de ressusciter le nom Talbot pour vendre de l’image à une pauvre fabrication honnête, sans plus.

    Répondre
    1. Nadalini

      Mon grand père en avait une, elle etait marron avec l’interieur beige. il nous emmenait avec mon frère à la plage, j’avais à peine 10 ans. A l’époque c’était une grande voiture confortable. Elle remplaçait une Simca 1100 grise a la banquette en sky horrible en été…

  7. Olivier

    C’est ce que l’on appelle un total incompétent ce Directeur commercial. Ou au choix un parfait idiot.
    Max Meynier, c’est toute mon enfance des années 70 qui refait surface. Les routiers sont sympas, émission radio culte. Il doit bien rigoler là-haut en nous voyant dans nos voitures connectées et aseptisées.
    Ce souvenir d’Auto est un grand cru commandant Chatel. Un de plus que l’on savoure…

    Répondre
  8. Docteur_Oliv

    La suffisance et la bêtise n’ont pas de limites…Ce Directeur Commercial ( Pour paraphraser Chapman) était chimiquement pur !
    Le NAGRA, pour nos jeunes lecteurs, c’était la référence du Baroudeur Luxueux. En Bagnolard LA ROLLS !
    Et pour les Sièges des Radio, pas n’importe quel 8ème : 22 rue BAYARD et 26 bis rue François 1er donc non loin du Fouquet’s

    Répondre