Honda Civic i-DTEC : sauvons le (bon) diesel !

Par Patrice Vergès. Honda a annoncé qu’il prévoit d’arrêter de vendre des voitures diesel en 2021 en Europe. Après avoir essayé une Civic diesel i-DTEC en paraphrasant la célèbre phrase de Boulay de la Meurthe apprenant l’exécution du duc d’Enghien, on peut dire que  » C’est pire qu’un crime, c’est une faute !  »  

Selon un récent sondage publié par l’Argus, 30 % des nouveaux acheteurs de voitures à essence regrettent leur choix principalement à cause du surcroît de leur consommation de carburant et songent à revenir au diesel. On peut les comprendre surtout après l’essai de ce moteur diesel.

Si Honda est venu tardivement au diesel, il faut avouer qu’il a réussi à produire l’un des meilleurs moteurs au monde avec son 1,6 l i-DTEC 120 chevaux qui anime particulièrement la Civic depuis quelques années. Une mécanique qui a été largement améliorée l’année dernière sur la dixième génération de ce modèle dans le sens des réduction de CO2 avec un piège à Nox et aussi du silence grâce à un bloc toujours en aluminium rigidifié et des nouveaux pistons en acier forgé à friction réduite réduisant la consommation et par là même sa pollution. Il démontre un réel silence d’utilisation, beaucoup de souplesse et un couple costaud (300 Nm). Au ralenti, il se fait complètement oublier avec un Start&Stop très efficient même à froid.

Lancée fin 2017, la 10eme génération de Civic a été épaulée par une version diesel seulement en 2018. L’esthétique de la Civic plait ou déplait mais ne laisse jamais indifférent

 

Trop clivante !

S’il délivre toujours 120 ch, ce 1600 cm3 est un bonheur à utiliser surtout accouplé à la nouvelle boîte automatique ZF qui compte 9 rapports déjà vue sur l’ancien CR-V 1600 160 chevaux. J’ai pu essayer cette combinaison sur une Civic 5 portes qui n’est pas une nouveauté puisqu’elle a été lancée mi 2017 et déjà été traitée sur POA. Deux ans après son lancement, on ne va pas se raconter d’histoires, la Civic dixième du nom n’a pas rencontré un grand succès chez nous.

Le 1,6 l diesel a été bien amélioré dans le sens de la réduction des bruits et nuisances avec un capteur de Nox sans ADBleue

Sa silhouette originale qu’on peut qualifier de trop clivante séduit autant qu’elle dérange. Exposée au pique-nique POA, j’ai pu échanger avec quelques personnes aux commentaires diamétralement opposés quant à son physique. Pour ma part, je la trouve très originale mais un peu chargée stylistiquement en 5 portes. Mais elle me séduit davantage que tous les SUV aux lignes trop similaires que nous essayons actuellement.

Je ne sais pas si vous avez remarqué mais après les excès des voitures hautes en 2000 lancée par la Peugeot 308, toutes les berlines ont de nouveau tendance à se rabaisser actuellement. Avec 1,43 m La 10eme Civic est plus basse que la précédente avec surtout une assise abaissée. Hélas, vu la moyenne d’âge des acheteurs d’une voiture neuve, elle est vraiment trop basse et garée contre un trottoir assez haut, il n’est pas facile de s’en extraire avec grâce. Cette faible hauteur a dû refroidir certains acheteurs pourtant séduits par cette berline pas comme les autres.

La Planche de bord a repris une esthétique moins « guerre des étoiles » que celle de la précédente. Commande de boîte qui se résument à deux touches sur la version automatique.

Précise et efficace

En revanche, dès qu’on est assis, la position de conduite est parfaite et on a l’impression de faire corps avec, grâce notamment à une direction très directe qui comporte seulement 2,2 tours en butée. Un régal sur route et un enfer en ville où elle montre un rayon de braquage trop conséquent incitant à beaucoup manœuvrer pour se sortir d’un créneau d’autant qu’on n’y voit pas grand chose à l’intérieur comme beaucoup de voitures modernes.

La Civic est une voiture assez encombrante avec plus de 4,50 m de long, dimensions qui autorisent une bonne habitabilité même à l’arrière et un coffre plutôt vaste de presque 478 dm3. Grace à son châssis très pointu, sa suspension pilotée sur le haut de gamme avec un tarage assez ferme mais pas inconfortable et un train avant précis, la Civic voiture montre une belle agilité malgré son empattement long et globalement un réel plaisir de conduite.

Géniale boîte à neuf rapports

Depuis l’année dernière, le moteur diesel peut être accouplé à une vraie boîte automatique ZF à 9 rapports (une CTV sur l’essence 126 ch). Une transmission qui offre l’originalité de sauter des rapports lorsque le besoin d’en fait sentir notamment en cas de ralentissement ce qui limite les à-coups et accroît le frein moteur. Son fonctionnement m’a conquis de même que sa commande puisque la Civic ne propose plus de levier de vitesses remplacé uniquement par deux touches : une marche avant et une arrière très préhensiles. Des palettes au volant permettent de l’utiliser en manuel lorsqu’on roule en montagne notamment.

Train avant très directionnel, direction directe, la Civic est un régal à conduire !Il faut monter au haut de gamme pour disposer des jantes de 17 en teinte noire. Attention aux coups de trottoir !

Son seul défaut est d’accroître le prix de 1 940 euros et la consommation de carburant d’un demi-litre environ et ses émissions de CO2 mais dont les 109 g/km en norme NEDC lui permettent d’échapper encore au satané malus. Autant la Civic est excitante autant elle peut devenir agaçante lorsqu’on commence à vouloir utiliser l’écran tactile et ses autres commandes. Les Honda sont des voitures d’ingénieurs, c’est bien connu. Il faut du temps et de patience pour assimiler la logique illogique des applications et de certaines fonctions qui demandent plusieurs manipulations comme augmenter la ventilation par exemple. Un ordinateur ou un téléphone ne roule pas à 130 km/h et il est idiot de s’en inspirer pour certaines commandes tactiles !

L’ordinateur de bord de ma Civic d’essai à annoncé une consommation moyenne de 5,5 l aux 100 de carburant ville et route. Elle aurait pu être abaissée à moins de 5 litres si je n’avais pas subi de longs encombrements en ville (j’avais fait 4,5 l sur plusieurs milliers de kilomètres sur une 1600 Tourer). Dommage que le réservoir de 45 litres ne soit pas plus généreux ce qui permettrait de parcourir plus de 1000 km sans ravitailler. Mais il y a pire ailleurs

Le coffre à double fond avoue une capacité totale de 478 litres. C’est bien !

Moyenne de 5,5 l aux 100 avec beaucoup de ville où la conso a grimpé à plus de 8 litres !

A partir de 24 420 euros

Les tarifs de la Civic débutent à 24 420 euros pour la version essence 1 litres 3 cylindres de 126 ch avec un supplément de 1 940 euros pour la version diesel. Ils s’achèvent à 33 420 euros pour la version Premium i-DTEC équipée d’un toit transparent, d’agréables jantes de 17 pouces et de la suspension pilotée, des quatre sièges chauffants. Ah, il n’y pas d’option sauf la peinture métallisé à 600 euros.

Je pense que le diesel a encore de l’avenir quoiqu’en disent certains marchands de malheur un peu trop écoutés actuellement. Lorsque nous aurons passé cette époque un peu absurde de « diesel bashing » et d’autres balivernes écologiques, je crois que les trois modes d’énergies (essence, diesel et électricité) se côtoieront intelligemment selon l’usage que nous avons de nos véhicules. Je me souviens avoir entendu dans mon enfance que les voitures voleraient à l’an 2000, qu’elles seraient toutes animées par une turbine dans les années 60 puis par un moteur rotatif dans les années 70 qui était l’avenir. Dans le cas de Honda qui est toujours l’un des meilleurs motoristes du monde, ce serait une stupidité d’arrêter un moteur aussi performant autant au plan énergétique qu’écologique.

L’avis des Petits Observateurs !

10 commentaires au sujet de « Honda Civic i-DTEC : sauvons le (bon) diesel ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. arz

    Je suis étonné d’apprendre que Honda mette une boite ZF dans sa Civic. Alors qu’ils sont un des rares constructeurs à maitriser les BVA, mais peut-être pas les 8/9 rapports ?
    C’est aussi étonnant de voir un constructeur annoncer l’arrêt d’un moteur, commercialement c’est une sorte de suicide.
    Pour le reste on retrouve les spécificités Honda depuis les années 80 : trains roulants et moteur géniaux, ce qui n’a jamais été assez souligné dans la presse française et c’est injuste !

    Répondre
  2. Dubby Tatiff

    Je viens de lire que Bercy mandate deux organismes pour mesurer dans différentes conditions, y compris et surtout dans la circulation, les émissions de NOx et de CO² des diesels récents. Il s’agirait en fonction des résultats obtenus, de requalifier les critères d’attribution de la vignette Crit’Air 1 qui est actuellement refusée à ces diesels.

    Répondre
    1. Mat Ador

      Cela nous renvoie aux péages moyenâgeux établis à l’entrée des villes…
      Le manant provincial qui viendra vendre ses fruits et légumes dans la capitale devra soit composer avec un distributeur intramuros Idalgocompatible, soit acquérir un véhicule électrique, lambiner sur l’autoroute, pour obtenir le droit d’effectuer les derniers kilomètres dans la cité endormie.
      Quelle gabegie !

  3. Hakim Mansouri

    Une citadine qui vise un grand nombre de personnes ne se doit pas d’avoir un style trop clivant. Pour ma part je ne suis pas fan. Honda a mis du temps à rentrer dans le diesel. Mais celui offert aujourd’hui démontre le savoir-faire d’un grand motoriste. Je ne comprends qu’ils arrêtent le diesel alors que les marchés émergents sont très demandeurs. Car la croissance du marché n’est plus à chercher du côté européen … c’est ce qui explique à mon avis cet empressement à changer la nature du parc automobile.

    Répondre
  4. Neufcentdixespada

    De toutes les générations de civic ,c’est vraiment la plus vilaine … il y en eu pourtant de pas folichonnes , et d’autres très sympas. Concernant le moteur ,je vous fais confiance dans votre jugement. Nous eûmes il y dix ans un 2.2 diesel de 140cv sur la 8eme génération ,quel moulin!! Élastique comme un essence ,il consommait par contre 1l dhuile aux 1000 km environ. Le feinage manquait aussi d’endurance quand on exploitait un tant soit peu la mécanique.

    Répondre
  5. Serge

    Au contraire, je trouve que sa ligne est magnifique car elle ne ressemble à aucune autre voiture. Les Honda sont des voitures à part destinées qu’à des passionnés.

    Répondre
  6. Nabuchodonosor

    Avis pleinement partagé Patrice.

    Le 1.6 I-DTEC accouplé exclusivement à une boite méca au touché velouté-sportif spécial « Honda » forçait l’admiration sur la génération précédente, la CVT plus tranquille étant réservée alors au 1.8/ I-VTEC essence. Je crois qu’Honda a réussi le tour de force aujourd’hui d’adapter son diesel aux normes WLTP sans renoncer à la puissance ni à l’agrément qui, comme vous le dites, doit être magnifié par la nouvelle boite ZF 9 rapports…

    Regret : en se mondialisant, la carrosserie a perdu ses fameux sièges magiques.
    Question : Est-ce que Honda France propose toujours sa garantie incroyable de 10 ans ou un million de kilomètres ?
    Moralité : Pendant que l’on festoie à Lassay et que le Gilet Jeûne, les Jap’s font des miracles…
    🙂
    Nabufan

    Répondre
    1. Victarion

      La cvt na jamais été associée au 1.8 de la génération précédente sur ce continent en tout cas. C’est une automatique 5 rapports.

    2. Guillaume Tell

      En-êtes vous certain Victarion ?
      Un certain nombre d’articles de presse parlent de transmission à variation continue…