Souvenirs d’Autos (231) : Une Shadow me fait de l’oeil

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Ce souvenir est écrit par Jean-François Bertrand, Golden Member de POA et surtout un ami.

Nous sommes au début de l’automne ou à la fin de l’été 2005, un après-midi de semaine. Je suis au travail et descends faire une pause-café-cigarette. Alors que mon esprit est à mi-chemin entre mes rêveries bagnolardes et mon boulot, quelque chose m’extirpe de ma semi-torpeur : Une Silver Shadow 2 sort de chez une enseigne monégasque bien connue dans le monde du nettoyage auto.

L’employé sort de la voiture. Il l’a garé juste devant moi. Je commence alors à en faire le tour pour faire un état de lieux de sa condition. Il faut dire que depuis quelques mois j’ai décidé de faire le pas : je souhaite acheter une Rolls ou une Bentley et j’ai bien l’intention de concrétiser ce rêve dans l’année à venir.

Un monsieur arrive, costard cravate, et ouvre la portière de la voiture. Il enlève sa veste. Je profite de cet instant pour me lancer :

  • Bonjour, belle Shadow 2 ! Lui dis-je. 1979 ? 1980 ? Serait-elle à la vente ?
  • 79, non pas celle-ci Monsieur. Par contre nous en avons une autre au Fairmont dont nous nous occupons comme celle-ci. Mais, ce n’est pas une 2, c’est une Shadow de 1966, une des toutes premières immatriculée en Principauté.
  • Tout aussi intéressant, lui dis-je, en essayant de garder mon sang froid car les « Early Shadows » sont, d’un point de vue esthétique, mes préférées. Pensez-vous que je pourrais l’essayer ?
  • Le propriétaire est actuellement aux USA pour quelques mois, mais je peux le contacter et vous tenir informé. Laissez-moi vos coordonnées. En ce que me concerne, si vous voulez me joindre vous appelez le standard du Fairmont et vous demandez « je ne me souviens plus de son prénom ». Je suis un des voituriers, on me transmettra votre appel. »

Je lui donne mon numéro de téléphone, nous nous saluons, il démarre la Shadow et s’en va dans un silence que seuls les 6 ¾ carbus ont le secret.

Quelques semaines passent. J’appelle le standard du Fairmont.

  • Allo ?
  • Bonjour, serait-il possible de parler à « je ne me souviens plus de son prénom »
  • Oui ! Bonjour Monsieur  Bertrand! « Je ne me souviens plus de son prénom » à l’appareil ! Vous avez bien fait de m’appeler car je n’arrivais plus à retrouver votre numéro de téléphone ! C’eut été dommage car justement j’ai eu le propriétaire de la Shadow 66… il est d’accord pour que vous la voyiez et que vous puissiez l’essayer. Quelles sont vos disponibilités ?

Les jours passent et le rendez-vous arrive. Je me présente au service voituriers du Fairmont et reconnais « Je ne me souviens plus de son prénom ».

  • Bonjour Monsieur Bertrand comment allez- vous ?
  • Très bien, je vous remercie.
  • La Shadow est juste ici, je vous l’ai préparé, je vous demanderais juste de me donner les clefs et les papiers de votre véhicule, vous comprenez aisément pourquoi.
  • Je comprends tout à fait, les papiers sont à l’intérieur quant aux clefs les voici.
  • La seule chose que je vous demanderais Monsieur Bertrand c’est d’être de retour un peu avant 18h.

De nouveau je dois garder mon sang froid… Mais quel panard ! J’ai toute l’après-midi pour l’essayer, me balader en Rolls.

Je m’installe, démarre, mets le levier de vitesse sur D, enlève le frein à main et roule !

Je me laisse aller à un train de sénateur dans les rues monégasques, Aleanor Thornton en poisson pilote.

 

À peine sorti de la Principauté, je me dirige vers la Turbie pour prendre la Grande Corniche. Grand moment de bonheur égoïste, seul, en Rolls admirant le paysage et la vue qui défilent derrière le pare-brise.

Mais ressaisit toi J-F ! Tu n’es pas là pour te prendre juste pour un prince du sang déchu ! Tu es là pour inspecter cette voiture, voir ce qui va, ce qui ne va pas. En fait, il n’y avait pas grand qui n’allait pas, juste quelques petits détails de carrosserie, une rayure sur la porte arrière droite et un début de craquement de la peinture à la base des montants de pare-brise (maladie caractéristique de ces caisses). Mais pour une voiture 100% d’origine et dans son jus, dans son ensemble, elle était superbe : d’un flamboyant Cardinal Red, avec les armoiries du premier propriétaire prises dans les coachlines, les pneus à flanc blancs, son intérieur Tan avec les tablettes pique-nique caractéristiques des premières Shadow (en plus de leur tableau de bord).

Mon inspection terminée et ayant encore beaucoup de temps devant moi je décide d’aller à Nice pour la montrer au frère d’un ami qui est dans le négoce de voiture pour que son œil de professionnel me donne son avis.

J’arrive devant la brasserie de mon ami sur l’avenue Félix Faure et, ô chance, une place est libre juste devant sa terrasse. Je me gare sous le regard inquisiteur des clients prêts à me railler, je le sens, si je venais à me louper dans ma manœuvre… Mais une Rolls ça braque Môssieur ! Et la visibilité que vous avez des extrémités de la voiture font que vous pouvez la placer au millimètre sans crainte ou quasiment.

Tout de suite mon ami vient vers moi, son père sort de derrière son comptoir accompagné de son deuxième fils. Nous sommes en présence d’une famille de bagnolards au stade incurable (Porsche 964 RS, Mustang Mach1, Dino 246 GT, M635CSI, etc…) même la maman, est atteinte… c’est vous dire !

  • Oh Jeff ! Ça y est t’as craqué !
  • Non pas encore mais qui sait, je suis juste en train de l’essayer et comme je savais que ton frère était là, je voulais la faire passer sous son regard expert. Alors, qu’est-ce que tu en penses ?

Le frangin était déjà en train de faire son inspection et son rapport :

  • Ben écoute, franchement, elle est plutôt pas mal, avec son kilométrage (68000 kms certifié par la concession), le fait qu’elle soit dans son jus et quel jus, jamais tapée… Si elle te plait et que le propriétaire est raisonnable, lâche-toi ! D’’ailleurs, il en veut combien ?
  • Eh bien, on n’en a pas encore parlé… je sais juste une chose, c’est que c’est sa femme qui le pousse à la vendre.

C’est alors qu’un monsieur qui était en terrasse avec des amis, vient à notre rencontre.

  • Bonjour, elle est à vous ?
  • Non pas encore, qui sait ? Peut-être, je suis en train de l’essayer justement en vue de l’acheter.
  • Elle est belle ! Donc vous aimez les Rolls ? C’est votre première ?
  • Oui, lui dis-je.
  • En ce qui me concerne je possède une Silver Spirit, je voulais quelque chose de plus récent pour rouler au quotidien, c’est mieux.
  • Et vous êtes venu ici avec ?
  • Euh… non… aujourd’hui j’ai pris mon Béhème cabriolet… En tout cas j’espère que vous pourrez concrétiser, bonne chance !

Et il retourne s’assoir parmi ses amis pendant que je le regarde d’un œil dubitatif…. Est-ce que j’ai eu affaire à un affabulateur qui m’a juste dit cela pour se faire mousser ? Va savoir…

Je prends congé de mes amis, fais un signe d’au revoir à ce fameux monsieur qui me répond que l’on aura l’occasion de se revoir car il vient souvent boire un verre ici. Je monte dans la Shadow et m’en retourne par le bord de mer à Monaco.

Il est presque 18h quand je rends la Rolls au voiturier et rentre chez moi la tête pleine d’image, encore dans ce rêve éveillé que je viens de vivre.

Quelques jours plus tard, je recontacte le voiturier pour connaitre le prix auquel le propriétaire souhaiterait s’en séparer. Il me répond en me précisant une nouvelle fois que c’est sa femme qui le force à la vendre mais que lui y est très attaché… Il m’annonce alors un tarif bien au-dessus de ce qui pouvait se pratiquer à l’époque pour une Silver Shadow… Je vous avoue que subitement mes rêves à ce moment ont tendance à s’effondrer… J’en parle même au chef d’atelier de la concession monégasque que je connais très bien et lui aussi me dit que même si la voiture est très belle, entretenue, il la connait par cœur et me montre les dernières factures d’entretien, ça ne vaut pas le coup à ce tarif.

J’en fais part au voiturier qui sert finalement d’intermédiaire entre le propriétaire et moi. Il me répond qu’il comprend très bien ma position, mais au fond de lui, il est sûr que s’il a autant surévalué le prix c’est pour être sûr de ne pas arriver à la vendre et de justifier auprès de son épouse le fait qu’ils n’ont d’autre choix que de la conserver… Cette remarque me fit sourire tout en me disant que j’aurais fait la même chose à sa place et diminua fortement ma déception de ne pas avoir pu concrétiser à cette occasion un de mes rêves de gosse.

 

Quelques jours plus tard, alors que j’étais à la terrasse de la brasserie de mon ami en train justement de lui raconter par le menu les raisons de ma décision de ne pas l’acheter, nous voyons aux feux tricolores une Silver Spirit bleu (Cobalt Blue pour être précis)… Mon ami me dit alors :

  • Tiens, c’est le gars qui est venu discuter avec toi l’autre jour quand tu étais avec la Shadow ! »

Donc c’était bien la vérité, pensais-je alors, un peu coupable de ne pas avoir cru cette personne au premier chef…

La Rolls se gare… enfin se gare… se pose là… dirons-nous… En sort le fameux monsieur qui vient à notre rencontre. Il dit bonjour à mon ami, me salue, et de suite, me demande où en étais-je dans ma transaction.

Tout en lui proposant de s’assoir et de boire un verre ensemble, je lui raconte la conclusion de cette affaire et lui dis que je ne baissais pas les bras pour autant de trouver une Rolls ou une Bentley… Nous fîmes les présentations et passâmes le reste de la soirée à discuter… BAGNOLES !!!!

Nous nous revîmes de plus en plus souvent au point qu’à ce jour, il est parmi mes meilleurs amis.

Vous le connaissez, chers Petits Observateurs, c’est Bertrand le propriétaire de la Cadillac Brougham blanche que notre Président vous présenta en même temps que mon Continental R.

C’est pour cette raison je ne pourrai jamais oublier cette Silver Shadow.

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA ! Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

16 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (231) : Une Shadow me fait de l’oeil »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Gran Turisto

    J’ai aussi eu l’honneur de faire rouler la « même » quand j’étais petit… Une de mes préférées même si elle était déjà « vintage » à l’époque.
    Elle m’a accompagné sans encombre sur plusieurs centaines de mètres (peut-être que nous avons même dépassé le kilomètre, qui sait ?) Une série spéciale « Matchbox » à la tenue de route exemplaire sur le tapis de ma chambre et relativement économique à l’entretien.
    https://i.pinimg.com/originals/da/47/24/da4724a862b90b87e2bc2458079ce60f.jpg
    Avec mes R107 et W116 du concurrent français Majorette, je ne me refusais rien à l’époque !

    Répondre
  2. Olivier

    Jean-François, si vous avez des regrets la voici en vente chez ce spécialiste de la région Rhône-Alpes.

    https://www.prestigeautomotiv.com/anciennes-voitures/273-rolls-royce-silver-shadow-i-1967

    D’ailleurs ils ont mêmes photos que vous avez postées pour POA. En revanche ils n’ont pas l’historique de la voiture. Étrange…
    A 370 euros la nuit plus 60 euros de parking pour 24h , plus les lavages facturés aux prix fort par la conciergerie (rien n’est gratuit dans l’hôtellerie de luxe) cette voiture lui coûte en effet plutôt cher à cet américain. Je comprends son épouse.

    Répondre
    1. Jean-Francois BERTRAND

      Mon cher Olivier, votre sagacité doublé d’un œil ma foi fort aiguisé ont vu juste ! Ce sont bien les photos de ce fort bon établissement, de ce l’on a pu m’en dire et de ce que je peux en penser de part leur travail qu’ils exposent, car je n’avais plus de photo de la Shadow en question et, pour illustrer mon récit nous n’avons eu d’autres choix que de puiser dans leur bibliothèque.
      Mais ce n’est pas celle que j’ai essayé à l’époque car celle de prestige automotiv est de 67 et non 66 et de plus a l’intérieur en cuir noir et non Tan comme les autres photos que j’ai également trouvé sur la toile.
      Pour en revenir revenir à ce Monsieur, je pense que, quand on vit à cheval entre New York et Monaco, que le Fairmont est votre pied à terre en cette place, on regarde peux à la dépense… Sauf Madame qui devait considérer cette ombre d’argent comme une concurrente : chaque dollars dépenser pour elle ne l’était pas chez van Cleef ou Zeg et Cerlatti….

    2. Olivier

      Cher Jean-François. Merci pour la gentillesse de votre réponse. Elle éclaire ma suspicion. Je commençais à douter de l’honnêteté des gens de Prestige Automotiv.
      En effet, je ne comprenais pas que vous aviez en 2005, l’intégralité de l’historique de la voiture, et qu’en 2019, celui-ci devienne inconnu. Ce sont en fait deux voitures pour un même modèle.
      Mea culpa.
      Vous avez bien fait pour les photos, cette Silver Shadow, hormis l’intérieur est donc la copie conforme de celle de votre Souvenirs d’Autos.
      J’ai travaillé pendant trente ans dans le secteur du luxe et de l’hôtellerie de luxe. Je confirme vos propos sur l’aisance financière de la haute société. Tel ce richissime industriel français qui louait à l’année une suite dans un Palace cannois et une autre dans un Palace parisien. Ou de cette petite fille d’un célèbre acteur américain, dont les revenus annuels, attestés par le classement Forbes étaient de trente-six millions de dollars nets. Presque cent mille par jour… Et comme votre américain, il nous arrivait d’avoir une de leur voiture au parking de l’hôtel.

  3. chapman

    Jean François, vous avez perdu la Rolls mais gagné un ami. C’est mieux non ?
    Magnifique histoire d’auto avec ce qu’il faut de technique et l’amitié en point d’orgue.

    Répondre
  4. MF67

    Très belle histoire ! Toujours heureux de retrouver chaque vendredi les Souvenirs d’Autos, rendez-vous qui ponctue de manière heureuse chaque fin de semaine !

    Depuis la vidéo sur la Rolls de Pascal (cela remonte à quelques années…déjà !), je m’amuse, lors des rares fois où je croise une Shadow, à distinguer s’il s’agit ou non d’une « Early Shadow ». D’ailleurs, je ne sais pourquoi, mais j’adore cette dénomination « So British » !

    Répondre
  5. Pierre_

    Une seule ombre au tableau si j’ose le mot, c’est l’affaire non conclue pour la belle Shadow.
    Mais votre quête continue. Nous lirons bientôt le tome II de ce SDA, j’en suis sûr.
    Merci Jean François pour ce long récit dont l’épilogue inattendu vaut mieux qu’une Auto.

    Répondre
    1. Jean-Francois BERTRAND

      La quête fut longue cher Pierre avec plein de voiture « belles de loin,… Mais loin d’être belles » comme j’ai l’habitude de dire.
      Et ce fut une Bentley Turbo R de 1993 qui a su user de ses charmes et me faire craquer!
      Nous aurons-nous l’occasion d’en reparler je pense…

  6. Maxime de Nice

    Merci Jean-François pour ce souvenir « azuréen » ! La Shadow que vous avez essayée m’évoque furieusement le fameux exemplaire rouge immatriculé « X666 » que les habitués de la place du Casino connaissent bien…

    Me revient également en mémoire la Silver Spirit bleu foncé et intérieur belge qu’un excentrique professeur d’histoire du lycée du Parc Impérial possédait lorsque j’y étais élève, il y a un petite dizaine d’années. Je crois bien qu’il s’en servait tous les jours mais j’ignore si ce monsieur était connu dans le « milieu » Rolls-Bentley niçois ! A l’époque, j’avais profité d’un gros trou dans le grillage ceinturant le parking des enseignants (!) pour aller tirer un portrait de la belle : https://i.goopics.net/anVmG.jpg

    Répondre
  7. Nabuchodonosor

    Une histoire d’amitié qui nait autour d’une passion commune.
    Ne saurait faire l’objet de la question du dimanche matin « Quelle voiture pour… »,
    pas plus que de la rubrique « Les Affaires sont les Affaires ».
    Car l’Amitié, ça n’a pas de prix !
    😉
    Merci pour cette belle histoire.

    Mes respects, mon Commandant.
    Nabumuselé
    Qui n’est que l’ombre de lui-même car il n’a pas de SDA sauvage à raconter à propos d’une Shadow.

    Répondre
  8. Pascal MOORE

    Une belle histoire, une des premières Shadow avec le tableau de bord de style  » Chippendale  » ( Thomas Chippendale était un ébéniste Britannique ).
    7 années se sont écoulées depuis l’acquisition de ma Silver Shadow de 1967, qui a fait l’objet de quelques joyeuses POAdes et c’est toujours avec une certaine émotion, que je savoure la route avec elle….Le bonheur Automobile existe et je l’ai rencontré ! Consultez mon site et savourez cette autre histoire : http://www.shadow1967.com

    Répondre
  9. Thierry

    Une belle histoire comme on n’en trouve qu’ici …
    d’ailleurs j’ai un reproche,
    ce type d’anecdote, il faudrait l’éditer le soir, pour s’endormir avec !
    et là j’ai une journée de taf à passer loin d’une RR.

    Répondre
  10. Olivier

    Si le paradis existe, alors je parcourrai ses routes en Silver Shadow pour l’éternité.
    Jean-François, vous faites concurrence au Commandant Chatel avec ce souvenir. Le votre, plus qu’excellent devient mon préféré avec « La Jag du grec ».
    J’ignore le prix que le propriétaire en voulait, mais je me demande si vous n’auriez pas dû céder. C’était quand même une des premières Shadow. De plus , elle était en très bel état et d’une provenance monégasque, donc sans grands risques de mauvaise surprise. Mais le propriétaire n’était pas vraiment vendeur…

    Répondre