Volkswagen T-Cross : plus Sexa que Sexy

Par Patrice Vergès . Volkswagen multiplie les SUV. Cinquième et dernier de la famille au sein de la gamme VW, le T-Cross, s’attaque au segment du petit crossover dont le marché est en grande progression.

Cinquième crossover de la gamme VW, le T-Cross est bâti sur la base de la Polo

Long de 4,11m seulement, la T-Cross culmine à 1,58 m de hauteur

Ce n’est certainement pas parce que le nouveau T-Cross (4,11m) mesure 16 cm de moins que le T-Roc qu’un usager le choisira sauf s’il possède un parking particulièrement étriqué. Qu’il coûte en moyenne 2 500 euros de moins sera sûrement plus décisif. Enfin, qu’il affiche une esthétique plus sobre sera également déterminant. En effet, ce genre de SUV urbain est majoritairement acquis par une clientèle de sexagénaires contrairement à ce que laisse imaginer la pub télé sur le T-Cross. Pour la séduire davantage, VW a choisi une certaine sobriété esthétique en reprenant des traits stylistique de la Polo. A ceux qui se sentent plus « up to date », il est proposé un pack Design plus joyeux qui teinte en orange, par exemple, les jantes et une partie de planche de bord et des sièges !

Moteur TSI 3 cylindres essence

Le T-Cross est bâti sur la base de la Polo dont il emprunte aussi les mécaniques. VW répond à l’air du temps avec des motorisations plus calmes laissant au T-Roc des mécaniques plus musclées. En attendant un diesel TDI de 95 ch, il est proposé pour le moment avec deux moteurs essence TSI 1000 cm3 3 cylindres turbo de 999 cm3. Mécaniques déjà vues sur la Polo, équipées d’un FAP qui échappent au malus écologique. Plus coûteux de 810 euros ce qui est raisonnable, le 115 ch compte une boîte à 6 rapports contre 5 pour la 95 ch.

Le 3 cylindres TSI essence de 999 cm3 qui anime déjà la Polo et la Up’ est proposé en 95 et 115 ch sans malus

C’est aussi le seul qui peut accueillir une boîte DSG à 7 rapports facturée 1 650 euros. Une somme élevée mais qui apporte un tel agrément de conduite dont il est difficile de se passer après l’avoir goûtée d’autant qu’avec ses palettes au volant il est toujours possible de bloquer un rapport avant qu’elle revienne automatiquement en mode auto. Ce 3 cylindres qui est supérieur en agrément au PSA à mon avis, lui apporte des performances suffisantes (193 km/h avec de bonnes relances contre une consommation qui varie entre 6 et 7 litres aux 100. Notons sa discrétion même à hauts régimes. Mais en tant qu’amateur de moteurs à 3 cylindres, je ne dois pas être très objectif…..

Au volant, le T-Cross n’apporte que du bonheur avec une direction réactive et bien paramétrée, un train avant précis, une suspension assez ferme mais moins que les sièges franchement durs et un freinage efficace.

L’habitacle joue dans la sobriété germanique avec des plastiques assez médiocres visuellement

En série, la banquette arrière coulisse sur 14 cm avec des sièges séparés basculants

Excellente accessibilité

Avec 1,58 m de haut, soit de 14 cm de plus que la Polo, la T-Cross offre une excellente accessibilité ce qui explique qu’il plaise aux sexa qui ont toujours mal quelque part, je suis bien placé pour en parler, avec une position surélevée favorisant la visibilité. L’habitabilité est bonne pour une voiture de 4,11 m, la banquette arrière qui coulisse sur 14 cm sur toutes les finitions est bien pratique en libérant un coffre de bonne capacité. Sans être obsédé par la qualité des plastiques, j’avoue avoir été déçu par ceux de l’intérieur du T-Cross surtout de la part d’une marque qui avait imposé de nouveaux standards avec sa Golf. L’équipement est honnête même sur la version d’accès facturée 19 820 euros puisque Volskwagen n’a pas lésiné sur les équipements de sécurité (freinage d’urgence, allumage automatique des feux, détection de piéton et de fatigue). Dommage que les poignées de maintien si pratiques lorsqu’on est passager surtout sur les petites routes corses, aient été oubliées sur toutes les versions.

Facile à conduire, assez léger dans son comportement, la T-Roc est une bonne routière

Cher T-Cross

Il faut passer à la version Lounge pour disposer de jantes en alliage de 16 pouces, du siège passager rabattable et d’un écran central de 8 pouces et surtout accéder aux versions Carat et R-line proposées à partir de 25 570 euros pour se chauffer les fesses et démarrer sans clé et se chausser en 17 pouces. A cela ajoutez des kits de personnalisations esthétiques plus quelques options et on se retrouve avec une version 115 ch First Edition boîte DSG à plus de 32 000 euros. Gloup ! Cela dit, VW n’a jamais bradé ses tarifs qui sont supérieurs à ceux de sa propre cousine la Seat Arona ou la Citroën C3 et d’autres SUV d’un segment supérieur (Captur ou Crossland) mais pas en prix. Ce qui n’empêche pas le constructeur d’afficher de belles ambitions avec plus de 25 000 ventes en France dans un marché en grande progression avec une moyenne d’âge, il est vrai, vieillissante.

La capacité du coffre varie de 385 à 455 litres selon l’avancement des sièges arrière

Sur les hauts de gamme, un pack facturé 800 euros égaie le T-Roc avec des couleurs plus fun, jantes de 18 pouces teintées, glaces surteintées, sellerie spécifique

L’avis des Petits Observateurs !

13 commentaires au sujet de « Volkswagen T-Cross : plus Sexa que Sexy »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Jam

    J’ai pu conduire le T-Cross dans une version Lounge avec quelques équipements en sus lors de la révision de ma Golf 7 facelift. Si j’ai été séduit par le comportement rassurant cher à VW, l’habitabilité et l’équipement, j’ai en revanche trouvé le petit 95 ch très mou (mon modèle n’avait que 500 km cela dit et je n’ai pas été vraiment plus haut que 3500 tours) et la finition intérieure vraiment décevante. Au prix où le T-Cross est vendu, cela soulève quelques interrogations surtout que les véhicules de la marque sont très bien placés pour du généralistes…

    A+

    Répondre
  2. pierre

    Encore un SUV….je n’arriverai pas à m’y faire et e demande toujours quelle est l’ intérêt d’un tel véhicule par rapport à une break, en dehors du fait de consommer davantage et d’être moins logeable en longueur.
    Pour en venir à celui-ci plus précisément, il est bien dans la continuité des productions actuelles de Skoda, VW, Seat et Audi…on hésite entre le banal, le vulgaire, l’ostentatoire et le hideux…
    Ex fan de Audi…

    Répondre
  3. pierre

    cela n’est pas comparable a une golf ce n’est pas le même genre de véhicule et surtout pas la même utilisation
    sait vrai l’extérieur ça casse pas des briques et l’intérieur plastique très moyen
    mais sait un véhicule plus complet qu’une golf et plus familiale et surtout beaucoup moins fatiguant sur de long trajet
    sait un véhicule qui m’intéresserait et pourtant j’ai eu une golf ……..

    Répondre
  4. Thierry

    Mais comment aimer ça ? Ils deviennent fous ou quoi chez VW ??
    Non mais c’est trop laid … désolé mais je préfère encore souffrir un peu du dos et m’installer dans une Golf

    Répondre
  5. Dubby Tatiff

    Pour rebondir sur la remarque de Patrice Vergès sur l’accessibilité, ne manquons pas cette belle opportunité de rappeler cette boutade : passé un certain âge, si tu n’as pas mal le matin en sortant du lit, c’est que tu es mort !

    Répondre
  6. Neufcentdixespada

    Je viens d ‘acheter une mx5 de 2006… première expérience du cabriolet a 52 ans( il n’est jamais trop tard!) … le plaisir de conduire la chose est immense … ma 308 gt , certes efficace,confortable etc etc, me paraît bien insipide maintenant !… mais dans huit ans seulement ,la soixantaine ne m’obligera pas ,j’espere, a acquérir fes abominations automobiles que l’on nomme suv…

    Répondre
    1. Jerrykhan

      J’ai 57 ans et toujours ma MX5, que du bonheur.
      PAr ailleurs je la trouve plus confortable que mon Opel Meriva..

  7. Alain

    Ligne banale, prix élevé mais zéro défaut en conclusion à la lecture de cet essai. Après tout, une VW fait payer cher ses qualités.

    Répondre
  8. Georges Piat

    Voiture extrêmement bien pensée par WV. On va en voir, c’est sûr.
    Soulignons toutefois que, même à plus de 30 000 Euros, on aura toujours des plastiques et des sièges durs…
    En fait, quasiment toutes les voitures neuves s’adressent aux sexa, la moyenne d’âge des acheteurs étant un peu moins de 60 ans, constat qui en dit long !

    Répondre
  9. Francois

    Bonjour,
    Bof ! Pas vraiment fun, on peut se faire plaisir pour moins cher et au moins aussi bien. Pourquoi renoncer aux belles auto quand on est sexa ? Il faut en profiter encore car un jour viendra….ou même ce genre d’auto n’existera plus …
    Francois

    Répondre
  10. Jean-Paul Orjebin

    Pourvu cher Patrice que Sylvie, votre héroïne, ne trouve pas son adresse déjà archivée dans le GPS de ce T Cross plus Sexa que Sexy !

    Répondre