Souvenirs d’Autos (228) : Une première fois en bus

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Cette histoire, dont on a tous rêvée, m’a été envoyée par le jeune Mohamed à qui je souhaite la bienvenue sur POA.

Août 2018.

Un soir.

Je rejoins un ami très bon ami chauffeur de bus pour aller faire un tour de ligne.

Il fait beau et on se raconte des souvenirs… Bref, on passe un bon moment ensemble quoi.

Après une bonne demi-heure, on arrive au terminus et mon ami sort fumer sa clope, il me regarde et me dit :

– Je te laisse le bus… Va faire un petit tour…

Imaginez bien, un adolescent de 16 ans, qui n’a conduit qu’en simulation, et qui se retrouve au volant d’un bus…

Franchement la sensation n’est pas descriptible, c’est un mélange d’excitation et de peur.

Bon, avant le grand départ, j’ai quand même droit à deux ou trois consignes de sécurité… Puis je me lance, je ferme la porte, mets la girouette « Véhicule École », enclenche la vitesse 1… et pars faire le tour du parking de l’hôpital voisin avant de revenir au terminus qui est juste à côté et je me gare.

Pour information, il ne faut pas appuyer comme un bourrin sur pédale de frein mais y aller tout en délicatesse, parce que sinon le bus a tendance à piler.

Quelques instants de bonheur au volant d’un engin fabuleux et un grand merci à mon ami pour cette fabuleuse expérience que je retenterais volontiers… à bon entendeur, salut.

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.

On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…  Et si possible, joignez à votre histoire des photos….

On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

12 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (228) : Une première fois en bus »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Vincent

    C’est l’histoire de Anne Dingo qui s’adresse à son amie Chantale : » Vous devriez prendre le bus au moins une fois dans votre vie  »
     » Comment cela ! Des transports en commun ? Mon Dieu !  » dit-elle.  » Mais pour vous faire plaisir, je le ferai quand même demain.  » rajouta-elle finalement.
    Le lendemain , à l’arrêt du bus, elle monte et dit au chauffeur :  » Place Vandôme, mon brave !  » …

    Répondre
  2. Pierre_

    Une chance, si jeune, de conduire pareille engin Mohamed.
    Tout môme je rêvais de conduire car, camion de pompier et moto, croisés dans mon village.
    Une belle opportunité.
    Merci pour ce Souvenir Mohamed.

    Répondre
  3. Nabuchodonosor

    Excellent Mohamed !

    Votre histoire de bus me rappelle une première fois manquée. Tout comme le vôtre, un SDA pas tout à fait automobile. Un souvenir de la grande muette, que bien évidemment je ne résiste à taire :

    Nous étions en manœuvres à Suippes. Sur l’un de ses coups de sang, le juteux m’avait fait offert par défi, de m’essayer au pilotage de l’un des AMX 13 F3 du régiment, ceux qui portaient le canon de 155.

    Pas dégonflé du troufigne, je grimpe sur le char, saute dans le compartiment avant et pose les miches sur la plaque métallique froide faisant office de siège. La tête et les épaules dépassent largement du char. Le juteux m’ordonne alors de refermer la tourelle avant de mettre en route pour ne pas que l’on me repère. Je trouve le levier permettant d’abaisser le siège, le déverrouille, il descend de… 20 centimètres… Merde, j’ai encore une bonne partie de la tête qui dépasse de l’engin sans compter le casque lourd. Même en me contorsionnant, impossible de refermer la tourelle. L’exercice n’ira pas plus loin.

    C’est en redescendant du char que, comme dans la chanson, j’entends rire deux types derrière moi. Deux gars genre jockeys, hauts comme trois pommes. Le pilote et le chef de pièce. C’est alors que je comprends l’escobarderie du juteux visiblement satisfait de son bon tour. Le saligaud, il savait que mon mètre quatre-vingt ne passerait pas…
    😉
    Bienvenue chez les Petits Observateurs Mohamed.

    Mes respects mon Commandant.

    2ème classe Nabu

    Répondre
    1. Georges Piat

      Si tu avais tiré un coup de canon, ils auraient moins fait les marioles les deux sbires !

    2. Nabuchodonosor

      Le probloc Georges est que pour tirer son coup avec ce type d’engin antédiluvien il faut sept gonzes au cul du camion suiveur, char à l’arrêt. vidé de ses deux occupants..
      Rabattre les deux bêches anti-recul, sortir le pelot sur la civière, préparer les charges, enfourner tout le fourbi en bon ordre dans le fût, refermer la culasse, régler le tir suivant l’âge du pitaine, se boucher les esgourdes, ouvrir la gueule et enfin, percuter…
      Or il se trouvait que j’étais l’un de ces sept troufions…
      😉
      Nabugardavous.

    3. Nabuchodonosor

      On ratait la cible fixe systématiquement… Je n’ai jamais osé imaginé le scénario si celle-ci avait été mobile…
      🙂
      Nabu-c’est-pas-d’lasoupe-c’est-du-rata…

  4. Thierry

    Ah le commandant Chatel ! Une de ses dernières apparitions était pour dire elle n’a rien dans le slip alors avec un titre du genre une première fois dans le bus je m’étais imaginé … non rien !
    Me reviennent mes souvenirs de jeunesse et mon passage du permis bus à l’armée, et mes missions de confiance avec la tournée des écoles où étaient les enfants de militaires et les sorties de l’infanterie !
    C’est une belle expérience que de conduire ces engins.

    Répondre