Souvenirs d’Autos (227) : Une 911 en appelle une autre

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Cette histoire racontée par Gilles est à ne pas suivre ! On est OK ??

 

1989, j’ai 16 ans .

C’est par un beau soir d’été, au mois d’août au Cap Ferret, lieu cher de mon enfance. J’y ai été conçu et mes parents n’allaient nulle part ailleurs que dans une pension de famille à Claouey « La maison des Journalistes » puis « les Colinettes »…

Je me retrouve avec un duo d’amis parisiens , ainsi qu’un groupe de bordelais inoubliables de drôlerie…

Nous sortions tous les soirs  indéfectiblement jusqu’a 5 heures du mat’ avec le minimum en poche, mais avec le maximum d’enthousiasme et d’astuces pour boire allègrement à moindre coût…

Ça commençait chez untel dont les parents étaient absents.. Nous enchaînions à L’Oasis, puis la Boussole pour finir à l’Horizon-terrasse surplombant l’océan (tous ces endroits n’existent plus…)

Avec mes deux acolytes, on rencontre à « l’Horizon » deux types, la quarantaine bien sonnée, la gouaille irrésistible, bons vivants, un d’eux nous a à la bonne, il nous « rince » à tous les mojitos, c’est à dire beaucoup… trop, sans doute.

Il nous explique qu’il est un peu écœuré de voir sa fille (pas mal la bougresse, le genre de blonde qui plaît à la plupart…) sortir avec un nigaud qui ne l’inspire pas du tout…

Il est 5 heures… La nuit a passé vite, entre barre de rire et moiteur du dance floor…

On se répartit dans deux voitures, j’ai la chance de monter pour ma part dans sa 911 3.2 noire, à l’arrière tout seul…. Elle valait au moins 3 ou 4 fois le prix de la Peugeot 305 break GTXde mon père, donc une voiture intouchable il en convient…. Et puis, j’me suis toujours plus considéré comme motard..

Et là, le charme agit, clef dans le contact, feulement du flat, je ressens la poussée du moteur qu’est collé à moi, ce brut de fonderie au ras du sol, spartiate à souhait et déjà à l’époque elle ne distillait rien de moderne, bien au contraire , je comprends en une seconde tout l’ADN de sportive, de compét’ qu’elle a et qu’elle procure…

Je me souviens que le compteur ne marchait pas…. J’voulais savoir à combien il « envoyait » dans les virages..(Haha, tu m’étonnes qu’elle devait encore avoir un kilométrage hasardeux celle là….)

Il conduisait pieds nus, le cheveu bouclé en bataille toutes vitres ouvertes, pour revigorer les esprits et avoir l’oeil vif je pense, c’est mieux … (Il était « chargé », soyons honnêtes), et vu qu’il n’y a qu’une seule route pour rentrer, et que si les gendarmes étaient de sortie, il était fait…

Et ben, il était fait ! J’avais failli lui poser la question s’il se faisait arrêter souvent ?….qu’un bon gros barrage stoppe toute velléité, il souffle dans l’ballon (2,5grs…et oui) son pote à coté pareil.

Ni l’un, ni l’autre n’étant en état de conduire, il sort pieds nus pour aller pisser contre un arbre, « genre » rien à battre… Et le gendarme me demande si je veux les ramener, et là mon sang ne fait qu’un tour, j’me dis waaah, l’occasion de conduire une voiture pareille, mais…. j’me suis dégonflé forcément, n’ayant que 16 ans et pas l’permis, j’allais pas jouer au mariole, j’avais juste envie de rentrer me coucher…

Et en fait, c’est ce soir là que j’ai été piqué du virus Porsche, en mode 911 3.2 uniquement, rien d’autre, totalement monomaniaque….seul palliatif: la moto…

J’ai eu ma 1ère 3.2 y’a presque 10 ans, et la prochaine fera tôt ou tard son retour… c’est viscéral…

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…  Et si possible, joignez à votre histoire des photos….  On adore ça chez POA ! Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

9 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (227) : Une 911 en appelle une autre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Georges Piat

    Ah oui, c’est chaud comme souvenir d’auto !
    J’adore les 911 d’avant les années 2000. Mais à conduire, faut connaître…

    Répondre
  2. Greg

    Marrant cette histoire… plein de points communs avec la mienne..
    j’habite au Pyla, j’ai passé tous mes étés à sortir dans ce coin et quand j’ai eu les moyens, je me suis offert une 993…
    Le flat est une maladie contagieuse!

    Répondre
    1. Marc B

      Merci Patrice de rappeler que le 2+2 d’une 911 c’est :
      -1 conducteur
      -1 passagère (ou un passager)
      -et 2 bagages sur les places arrières (sac à main, sac à dos, nourrissons, et j’en passe…)

      PS : quitte à faire hurler je préfère la 718 à la 911 mais dans les deux cas, seules deux places utilisables c’est une limitation qui peut être rédhibitoire…