Souvenirs d’Auto (213) : les occasions du Lion

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Cette anecdote croustillante m’a été envoyée par le jeune bagnolard, Pierre Boivin. Merci à lui pour sa fidélité à cette rubrique.

 

Été 2013, mon paternel est en quête d’une nouvelle auto, polyvalente, agréable, plutôt spacieuse et routière, et comme j’ai pu le raconter à POA (CF https://www.petites-observations-automobile.com/2016/12/souvenirs-dauto.html), il adore les tri-corps.

J’épluche donc les annonces en sa compagnie.

Passat, C5, tout y passe, et voilà que nous tombons sur une 407 Executive Pack 2.0 HDi, 140.000 km, de 2004, 7500 €.

Elle présente bien, vendue par le concessionnaire Peugeot à 30 km de chez nous, mon père dit « pourquoi pas », mais voilà, je suis en cours toute la semaine, donc impossible d’aller avec lui voir la voiture.

Je me renseigne de l’équipement de l’Executive Pack, des choses à vérifier sur 407, etc. Je briefe succinctement mon père, qui ira la voir et rentrera le soir triomphant, bon de vente à la main.

Je le questionne, rien de particulier, si ce n’est que le garage demande deux semaines de délai pour remplacer la distribution à leurs frais.

Mouais, bon, soit.

Entre temps me voilà parti deux semaines en vacances, et il vient me repêcher à la gare avec la fameuse Peugeot, récupérée deux jours plus tôt.

Bon, il est tard, il fait nuit, je ne peux donc pas l’inspecter sous toutes ses coutures. Mais déjà, lorsque j’essaye d’ouvrir la malle, rien ne se passe.

Mon père sort alors de la voiture, fier comme Artaban à l’idée de m’apprendre quelque chose sur les voitures, en l’occurrence que la malle s’ouvrait en appuyant sur le zéro, ce que je savais depuis le jour de la sortie de la 607… Il appuie avec un énorme sourire satisfait, rien ne se passe (bis), j’éclate de rire, il fait la tronche.

Bref, je finis à force d’appuyer par ouvrir la malle, j’enfourne ma valise, je monte à l’arrière et me fais quelques réflexions.

Je vois un pommeau en cuir blanc, curieux vu l’intérieur velours gris… Elle broute à bas régime… Bon, bizarre, j’y verrai plus clair demain pour inspecter tout cela de plus près.

Nous sommes demain, 9 h, me voilà parti inspecter la voiture, bouquin d’occasions avec détail d’équipements en main, clé dans l’autre.

J’ai constaté, outre le faux contact du bouton de coffre, que les deux clés à télécommande étaient dans un état lamentable et inutilisables autrement qu’en clés simples, que l’écran central était cuit et illisible à mesure qu’il fait chaud (et en août, il fait chaud…), le pommeau que je croyais en cuir blanc était en fait gris car dépecé de son cuir noir, que le mécanisme de réglage en hauteur du siège conducteur était ripé et que le siège descendait non pas par à-coups mais d’un seul coup… J’en passe et des meilleures.

Mais ce n’est pas le plus grave ! Il ne s’agissait pas d’une Executive Pack… mais d’une simple Executive avec des jantes de Pack en option.

Bravo les spécialistes Peugeot qui ont mis la voiture en vente, moi qui n’en suis pas un, il m’a fallu 15 secondes pour m’en rendre compte.

Après avoir fait une liste exhaustive des vices (pas très) cachés de la voiture, en plus de l’erreur monumentale de finition, mon père s’est enfin réveillé et m’a sorti cette phrase définitive : « Ah oui, quand même, ooooh je vais aller les voir, ils vont m’entendre ces cons-là ».

Connaissant mon père, il est habituellement dur en affaires, mais il avait été sur ce coup d’une naïveté à toute épreuve et le vendeur en avait grassement profité.

Mon père déboule donc un beau matin à la concession, et après un entretien musclé avec le directeur qui a fait revenir le vendeur de congés exprès, il a obtenu de tout refaire (ce qui la faisait brouter, l’ordi de bord, le bouton de coffre, une zapette, etc) sauf le siège, trop cher. Il a aussi obtenu un chèque de 1000 € pour l’erreur de finition, puisqu’il avait acheté une voiture surcotée vu l’équipement.

Aujourd’hui, nous sommes en octobre 2018, l’auto a passé les 210.000 km, mon père ne reprendra plus de diesel, et difficilement une Peugeot, mais malgré cela elle est toujours là, nous sert au quotidien, et ne nous a jamais fait défaut en 5 ans.

Les occasions du Lion, « le droit à l’exigence » dit le slogan.

L’exigence n’est visiblement pas toujours réciproque !

C’est dommage.

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA ! Merci.

 

L’avis des Petits Observateurs !

8 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Auto (213) : les occasions du Lion »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Pierre_

    Une belle arnaque pétard. Un grand mensonge de ce commercial. Et votre papa, de rentrer dans une colère noire, est des plus justifié. La confiance en la marque, son marchand et son réparateur est essentielle.
    Le 407 coupé est top, racé et élégant (intérieur et extérieur). Visité cet été chez un garagiste proche. Lire mon commentaire dans une rubrique il y a qq temps. Modèle signalé comme collector dans POA.
    J’ai possédé deux 307. Le premier fut un ‘modèle pour manuel d’école’ tant il y avait des non conformités de finition.
    Une reprise a été effectué. Le deuxième d’à peine 30.000km, me planta alors sur l’autoroute de Gènes. La vitesse subitement chuta à 60km/h. L’horreur absolue (pour ceux qui connaissent les lieux…).
    L’auto fut réparée à grand renfort d’euros bonsang et fut revendue illico… Le ‘Lion est mort’ ce jour là !
    Nous roulons en Clio et Golf 6 depuis.
    Merci pour ce savoureux Souvenir d’Auto Pierre.
    Merci Commandant.
    Un autre Pierre_

    Répondre
  2. chapman

    Pour avoir voyager en passager avant dans une 407 break, je ne peux que louer l’agrément routier de cette auto. Les concessions et les agences de marque ne se valent pas les unes les autres bien sûr et les qualités humaines d’un chef d’agence ou un directeur commercial feront toujours la différence. Je vis près d’une préfecture où aucune des concessions de marques française ne fait correctement son travail, poussant les convaincus à se rendre à 40 ou 60 kilomètres dans un autre département pour trouver un bon service dans la marque de leur choix. Les moins déterminés se tournent vers certaines marques étrangères dont les concessions locales sont plus accueillantes et sérieuses.
    Enfant et jeune adulte, passionné par l’automobile d’aussi loin qu’il m’en souvienne, j’étais moi aussi prescripteur et inspecteur des achats automobiles familiaux. Mon père semblait m’accorder une sorte de confiance qui faisait ma fierté et je ne crois pas avoir été de mauvais conseil…..même si, ceux qui me lisent sur POA, savent que j’ai parfois maltraité les voitures de papa….. Folle et heureuse (et insouciante) jeunesse.

    Répondre
  3. Georges Piat

    Je comprends quil s’agit plus d’une question de concession que de voiture. C’est comme les banques, ça dépend du directeur !
    Mais je comprends la déception.

    Répondre
  4. Theodoric

    Je vous trouve bien sévère! J’ai la même, achetée d’occasion il y a dix ans, à 11000 km, et elle en a aujourd’hui 200000. Aucun problème moteur, pas de problème de vanne EGR mais les rotules refaites, c’est tout. Je l’ai achetée chez Peugeot, avec des rayures et une bosse dans le bas de caisse, personne n’en voulait alors que cela n’a aucune incidence sur la conduite, la fiabilité. Le moteur est increvable selon un mécano que j’ai rencontré récemment.
    Alors effectivement, au bout de 16 ans, l’ordinateur de bord n’affiche parfois plus grand chose quand il fait chaud (mais les infos sont lisibles sous le compteur !) , les capteurs ABS et de gonflage sont tombés HS une fois (sans incidence sur la conduite, mais il vaut mieux les remplacer), et les clés ne fonctionnent que manuellement, défaut peugeot bien connu (mais au bout de 16 ans (ma voiture est de 2004).
    J’ajoute que je roule beaucoup, que la tenue de route de cette voiture est excellente (bien meilleure que ma Volkswagen de fonction) et que les sièges ne sont pas défoncés. Elle est devenue assez moche (mais quand on voit certaines productions en vogue…) et le porte à faux avant est pénible sur les ralentisseurs (30km/h).

    Répondre
  5. Fifitroiscentquatre

    Ce n’est hélas pas un cas isolé. Les erreurs de finition dans les petites annonces de pros sont légion. Ce qui oblige à la vigilance !

    Les berlines Peugeot sont des modèles emblématiques. Mais mon dieu que c’est bien cher aujourd’hui !

    Un ami s’était laissé tenté par un beau coupé 407 HDI… et bien il n’a eu que des ennuis avec cette auto et avec la concession du Lion.
    « Je ne prendrai plus de Peugeot » m’a t-il dit à l’époque. Dommage…

    Je reste nostalgique de la « Série 05 » de mon adolescence : 205, 305, 405, 505… Ah ces années 80 !!!!

    Répondre
    1. Lynx

      La série des « 7 » est vraiment pas glorieuse !
      Les 5 et les 6 étaient tellement mieux !
      Mais les 8 sont formidables 😉

    2. Philippe

      Mes parents ont eu une 607 neuve puis revendue au bout de 5 ans 100 Mile km. Rien. Aucun problème. C est la seule voiture que je connaisse qui n a rien eu comme panne. La classe e avant était un pot de pus et la c6 après s est trimbale toute sa vie avec son problème de GPS jusqu a ce qu’ ils finissent par le remplacer. Mais sinon ras. Les 2.2 et 2.0 hdi sont hyper fiables. Le v6 hdi aussi.
      C’est vrai que les pommeaux ronds de vitesses de ces époques avaient le cuir qui decoloraient vite. Mais bon j ai vu des audi haut de gamme pas vieille qui avaient les plastiques qui pelaient aussi et v était pas le même prix.