Suzuki Jimny 2019 : Même pas peur du Malus !

Par Patrice Vergès. Si vous désirez rouler en Suzuki Jimny, il faudra patienter une bonne année car Suzuki a enregistré plus de 3 500 commandes pour 2 500 de prévues en 2019 !

Suzuki AllGrip Jimny 2019

1 an d’attente

En 2018, lors des prévisions de ventes, Suzuki France ne s’attendait pas à un tel engouement, refroidi par le malus très important subi par son mini 4X4. Fort heureusement, provisoirement les normes WLTP 2019 lui sont plus favorables avec seulement 2 253 euros en boîte mécanique contre 4 890 en boîte automatique (plus de 6 000 euros avec celle-ci). Un tiers de son tarif ! A éviter d’autant que son fonctionnement semble d’un autre temps avec des retrogradages du genre brutal. Produit depuis près de 50 ans, le Suzuki Jimny est devenu une légende sur quatre roues. Lancée en 1998, la troisième génération a totalisé prés d’un million d’exemplaires, aussi craquante par son esthétique que pour notre colonne vertébrale. Hyper-recherché d’occasion, il n’est pas rare qu’une annonce de Jimny génère une cinquantaine de coups de téléphone !

Idéal en ville par sa taille et sa maniabilité, le Jimny se montre encore plus à son aise en tout chemin voire tout terrain où rien ne l’arrête

C’est du brutal

La quatrième génération s’éloigne de l’esprit SUV du précédent pour un physique plus musclé de baroudeur faisant songer à une réduction de Mercedes classe G. Lignes abruptes taillées à la serpe, gros élargisseurs d’ailes, silhouette épaisse qui donnent l’impression qu’il est plus massif que l’ancien. Au contraire, il est plus court avec seulement 3,48 m, roue de secours comprise. Pourquoi est-il aussi compact ? Au Japon, le Suzuki Jimny est proposé en version sans roue extérieure ni élargisseurs d’ailes et avec un petit 660 cm3 sous le capot pour entrer dans la catégorie de Kei-Cars qui bénéficient d’avantages fiscaux.

Suzuki Jimny 3,48 m de long en version européenne avec la roue de secours et moins de 3,40 et 1,48 m contre 1, 64 m pour la version Kei-Car japonaise

Ce serait une grossière erreur de le considérer surtout comme la citadine idéale malgré sa compacité qui lui permet de se garer facilement, son accessibilité, sa carrosserie protégée des chocs, sa position de conduite surélevée plus sécurisante. On le croisera certainement dans nos villes mais surtout dans nos campagnes et montagnes où il est encore bien plus à son aise.

Un outil pour les Pros

Le Suzuki Jimny est un véritable 4X4 de franchissement comme nous l’a démontré Suzuki, autant à l’aise en TT que sur la neige qui blanchissait le paysage lors de nos essais. En effet, comme l’ancien dont il reprend sa structure améliorée et rigidifiée, le Jimny fait appel à un bon vieux châssis séparé et des suspensions à essieu rigide autant à l’avant qu’à l’arrière avec antipatinage intégré quand même. Si deux essieux tout ce qu’il y a de bien rigide ne sont pas un gage de confort, c’est un plus en tout terrain avec une garde au sol constante. Grace à sa faible longueur, ses portes à faux hyper courts, il avale goulûment tous les creux, les devers et les montées abruptes à condition d’enclencher les 4 roues motrices et la transmission courte.

Suzuki Jimny L’équipement est de bonne tenue. Les touches sont assez grosses   pour être facilement utilisées avec des gants épais

Suzuki Jimny L’habitacle tendu de plastique noir est facilement lavable

Pataud sur la route

Il a également les défauts de ses qualités qui se payent sur la route où on peut l’utiliser en deux roues motrice puisque le passage en transmission intégrale est manuel. Il se conduit donc comme une propulsion de papa. Par son empattement hyper court de 2,25 m et son centre de gravité élevé, sa tenue de cap est perfectible surtout proche de sa vitesse maxi de 145 km/h. C’est pourquoi Suzuki l’a équipée d’une direction assistée très démultipliée (5 tours) qui étonne un peu surtout en virage où il faut surbraquer et débraquer. Dommage que le japonais soit resté fidèle à la technique de recirculation de billes moins précise qu’une classique crémaillère.

5 vitesses seulement plus la commande manuelle d’enclenchement des 4 roues motrices à moins de 100 km/h

Délivrant 102 chevaux, le 1,5 l qui remplace l’ancien 1,3 l se distingue par davantage de couple à bas régime et une consommation et une pollution en baisse (178 g/km) sur la mécanique). Ce chiffre élevé est en partie le fait de la transmission énergivore et de son CX de boîte à chaussures.

Le nouveau Jimny reçoit un moteur 1,5 l développant 102 ch monté en position longitudinale. Il émet de 178 à 198 g/km selon sa transmission

Irrésistible

L’habitacle est facile à vivre, fonctionnel, aisément lavable avec beaucoup de plastique noir. S’il y a quelques vide-poches (pas très vastes), le coffre minuscule devient honnête si on rabat le dossier des sièges arrière (377 dm3). Enfin, il est possible de le transformer provisoirement en VU (kit 500 euros) pour une utilisation professionnelle.

Suzuki Jimny La porte arrière qui s’ouvre coté trottoir en France ne facilite pas le chargement du coffre dont la capacité varie de 377 à 830 dm3

L’équipement est plutôt généreux même la version basique à 17 250 euros. La version pack à 19 995 euros à vitres arrière surteintées, climatisation automatique, volant cuir, GPS intégré et jantes en alliage de 15 pouces est évidemment la plus séduisante surtout dans certains coloris optionnel comme le Kinetic Yellow qui lui va bien au teint.

Je termine par la bonne nouvelle. Malgré ses quelques défauts inhérents à sa conception, il est difficile de lui résister, séduit par sa une bouille craquante et hors du temps, sa malice et le capital sympathie qu’il génère à travers les yeux des autres. Cette 4eme génération semble également bien partie pour durer 20 ans. C’est bien connu, quand on aime, on a toujours 20 ans.

Suzuki Jimny Les roues en alliage léger de 15 pouces chaussent seulement la version Pack

L’avis des Petits Observateurs !

10 commentaires au sujet de « Suzuki Jimny 2019 : Même pas peur du Malus ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Boris

    Voiture géniale. Dommage que Suzuki ne la propose plus en version découvrable style pick-up comme l’ancien dont je possède un exemplaire depuis près de 10 ans et que je tiens à conserver le plus longtemps possible.

    Répondre
    1. Solignac

      le look de la nouvelle version est irrésistible
      dommage que le délai de livraison soit de 4 trimestres oui je dis bien 1 an
      je vais donc retaper mon jimny décapotable de 2005
      comme tu en as un depuis 10 ans je suppose que tu as du avoir les problèmes de vibrassion
      pour ma part j’ai tout changé (roulements de roue et de pivot,disque de frein,pneus,cales de précharge,réglage boitier de direction)
      rien de concluant
      il ne me reste plus qu’à installer un amortisseur de direction
      est ce concluant?
      quelle référence installer?
      bien cordialement

  2. Serge

    Effectivement, il est assez cher ! Je lui préférerai la Panda Cross qui est une véritable intégrale automatique, offre un meilleur confort et semble t-il une meilleure de tenue de route contre un tarif légèrement inférieur surtout après négociation ce qui ne doit pas être le cas du  » Suzuk » vus les délais de livraison.

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      A mon humble avis vous ne pouvez comparer une caisse autoporteuse et un châssis échelle avec ponts rigides.
      Ce sont deux philosophies bien distinctes. La Panda 4×4 vous rendra de multiples services et sera probablement plus efficiente sur la route (vivacité, tenue de route, conso, confort…). Elle vous emmènera partout jusqu’en tous chemins mais s’arrêtera là où le Jimny enclenchera sa boîte courte. Et puis, si vous chargez souvent la mule, la Panda se fatiguera beaucoup plus vite que le franchisseur pur et dur à la conception dite archaïque, fait pour durer.
      Pour faire simple, je dirai que les deux ne sont pas dans le même monde. Prenez la cote à dix ans et voyez la différence…
      Bagnolardement vôtre.
      😉
      Nabulesbonstuyaux

  3. Hugo

    Dommage que ça soit le même châssis que l’ancien. Du coup il offre une protection d’antan en cas d’accident. Le prix à considerablemente augmenté alors qu’il n’y a que La plastique et quelques remises à jours d’équipements numériques. Sinon c’est le design qui lui va et cette voiture fait tres envie parce qu’elle est un vrai tout terrain et la seule dans cette taille mini.

    Répondre
  4. chapman

    Encore une fois, je le dis, Suzuki est une marque que j’aime. Considérée comme petit en France, c’est un grand constructeur mondial. Il garde malgré cela cette capacité à offrir des voitures d’une grande fraîcheur, techniquement abouties et modernes et qui parlent aux enfants que nous sommes tous.

    Répondre
  5. Mat Ador

    3500 commandes enregistrées en ce début janvier pour 2500 prévues en 2019. Bingo !
    Me rappelant l’info que nous avait filée Nathalie Geslin lors d’un entretien Présidentiel au dernier mondial de Paris, je serai curieux de connaître combien ont été commandé en V.U… par des particuliers ?
    https://www.petites-observations-automobile.com/2018/10/le-suzuki-jimny-pourra-t-il-franchir-le-malus.html

    Encore une de nos perles fiscales: le V.U échappe au malus.

    Alors certes il faut faire quelques concessions comme accepter de payer une rallonge sur sa carte grise d’un ou deux chevaux de plus, ne me demandez pas comment ils calculent ça avec leur superordinateurs c’est trop complexe pour moi, ou renoncer à la banquette arrière, car et c’est notoire, les salariés français sont les seuls au monde à n’utiliser que les sièges à l’avant…. Cela dit, dans le cas du Jimny, ne pas avoir de banquette est particulièrement apprécié car vu le gabarit de l’engin, le choix n’est en fait pas très Cornélien: La banquette ou le coffre.

    On comprend maintenant mieux le titre.

    Répondre
  6. Georges Piat

    On a eu la Lada Niva, la Panda 4×4 et le Jimny pour ne citer qu’eux. Il y a une demande pour un vrai 4×4 simple et robuste et celui-ci ne vieillit pas.
    On a pas fini de le rencontre et c’est tant mieux car il est superbe.

    Répondre
  7. Nabuchodonosor

    Tu m’étonnes de son succès !
    Véhicule simple, efficace et passe-partout. Véritable boite-à-outils sur roues, je connais bon nombre de garages de résidences secondaires qui en contiennent un, souvent très vieux et souvent peu kilométré.
    Lui, la limitation à 80km/h, il s’en fiche. Séduits par son châssis échelle un nombre conséquent d’accessoiristes proposent de compléter cet outil de base, d’appendices divers et variés, ici d’une lame à neige bien utile l’hiver, là d’une simple remorque pour tous usages. Affublé de ces lests supplémentaires, je dois dire qu’il s’exécute haut la main à chaque fois…
    Lui manque juste le chargeur de batterie avec régulateur de tension dans le pack d’origine pour être parfait.
    Jimny’p hip hip….
    😉

    Répondre
  8. François

    Bonjour,
    Un véhicule très intéressant et son succès n’est pas usurpé. A l’heure ou bon nombre de constructeurs rivalisent pour envahir leur production de mille gadgets dont la plupart totalement inutiles et de pseudos qualités inadaptés au quotidien tout ceci dans le but de tenter de nous séduire, il est plaisant de voir qu’il existe encore des autos qui collent parfaitement a l’usage auquel on les destine et qui sont dotés d’un capital séduction très fort. Véhicule sans doute imparfait mais c’est justement un peu pour ça qu’on les aime car avec eux c’est le sourire chaque jour…
    Francois

    Répondre