Retromobile 2019 : le vente Artcurial du 8 février

Parce qu’elles alignent parfois les millions, les ventes par adjudications d’automobiles d’exception déchaînent souvent les passions. A tort ou à raison ? On fait le tour de toutes les questions avec Mathieu Lamour, Directeur Général d’Artcurial Motorcars, organisateur de la vente du Salon Rétromobile le vendredi 8 février 2019.

Quelques voitures exceptionnelles constituent les pièces maîtresses de cette vente et se vendront sans doute à plusieurs millions d’euros pour certaines.

Matthieu Lamoure reconnaît volontiers que le marché a crû de manière exponentielle depuis bientôt quinze ans mais se défend d’avoir toute incidence sur l’évolution des cours, en particulier pour les voitures de grande série. Pour lui les grandes maisons de vente par adjudication ont participé à l’essor du marché en mettant en avant des modèles uniques qu’il appelle « l’exception des modèles de grande série », mais ne sont pas à l’origine d’une augmentation des prix des voitures de grande série.

Artcurial Motorcars et ses concurrents cherchent avant tout des automobiles exceptionnelles et vendues chères dont la rareté et l’histoire unique font le prix. Ces automobiles n’auraient ainsi pas de prix, mais juste une histoire qui parle pour elles et fixe leur valeur lorsque le marteau s’abat.

Pour Matthieu Lamoure, ce succès des ventes d’exception récompense avant tout les objets automobiles uniques mais également le travail des experts qui mettent leur professionnalisme, leur déontologie, leur honnêteté et leur sens du marketing au service de la préservation d’un patrimoine automobile.

Une passion perceptible lorsqu’il nous dévoile ce que serait selon lui la vente idéale, entre Bugatti, belles italiennes, grande GT française d’avant-guerre ou encore Jaguar Type E coupé et d’autres encore…

Matthieu Lamoure nous rappelle que se faire plaisir à petits prix sur le marché des voitures de collection est encore possible, pour des jeunes souhaitant se sentant l’âme d’un collectionneur. Une petite GTI des années 80 comme la Super 5 GT vaut aujourd’hui moins qu’une Clio neuve… Preuve selon lui que le marché de la collection est (encore) abordable.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

7 commentaires au sujet de « Retromobile 2019 : le vente Artcurial du 8 février »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Nabuchodonosor

    Merci à Monsieur Lamour qui me semble ne jamais aussi bien porter son nom que lorsqu’il parle automobiles et hangars Vicariot bâtis sur les ruines des chefs-d’œuvre de Freyssinet.
    Décidément oui j´irai dimanche à Orly, sur l´aéroport…
    😉

    Répondre
  2. Jean-Francois BERTRAND

    Super interview de ce cher Matthieu Lamour ! Toujours un plaisir de l’écouter… même s’il n’est pas en train de chanter un air opéra italien…
    De la constance et de la sincérité dans son approche du monde de la voiture de collection, de son métier, pour preuve cette bonne vieille poade :
    https://www.petites-observations-automobile.com/2011/05/les-coulisses-de-gouts-de-luxe-sur-bfm-radio.html

    Dans les voitures cités pour quelques milliers d’euros, il y en a une qui, a un très fort potentiel, parce que c’est une voiture générationelle, parce c’est une voiture qui parle à l’affect de beaucoup d’entre nous, c’est la Twingo 1. C’est la deuche-4l des 90′-2000′. On en reparle dans une bonne dizaine d’années.

    Cette « flambée », même si elle fait des malheureux dont je peux faire partie, elle permet de rendre restaurable des autos qui ne l’étaient pas auparavant et de facto permet de conserver ce patrimoine.
    Être amateur d’anciennes, ce n’est pas seulement des souvenirs de gosses, c’est aussi la fierté d’avouer un petit bout d’histoire (technologique, humaine) dans son garage.
    Savoir que du fait de cette hausse une partie peut être sauvée de la feraille ou entretenue par un autre que moi, c’est bien là l’essentiel !

    Répondre
  3. chapman

    À tort ou à raison, j’ai dû mal à croire à la passion quand autant de millions d’euros sont en jeu. J’y vois du placement et de la spéculation…… Mais je sais qu’il y a des exceptions bien sur.

    Répondre
    1. François

      Effectivement il est difficile de croire a la passion ( hors celle de l’argent ) quand on sait que ces merveilles ne roulent pratiquement jamais et que leurs propriétaires malgré les apparences ne connaissent pas grand chose. Certains cependant sont d’authentiques passionnés qui n’hésitent pas a mettre le « pied dans la tole » a l’occasion de courses de véhicules anciens comme on peut le constater par exemple lors du circuit des remparts a Angouleme ( oui je sais que les courses de Bugatti sont faites avec des répliques Pur Sang Argentina qui peuvent tromper un connaisseur… )

    2. Mat Ador

      En même temps si les œuvres d’art n’intéressaient que les contemplatifs épris d’émotions, pas sûr que beaucoup d’artistes subsisteraient de leur art… Le sponsoring, le mécénat, la spéculation, appeler ça comme vous voudrez, même s’ils ne sont parfois que peu motivée par l’œuvre artistique en elle-même, permettent d’en établir une valeur économique nécessaire à sa production. Et cela ne date pas d’hier.

  4. Georges Piat

    Préservation du patrimoine, amour de la voiture d’exception, c’est formidable. On parle rarement du fabuleux placement que peut constituer la voiture de collection, à condition bien sûr de choisir ses modèles hors des autos dites populaires.

    Répondre