AC Cobra 427 : la voiture la plus répliquée au monde

Par Patrice Vergès. Vu qu’une vraie AC Cobra 427 des sixties s’échange autour du million de dollars, on comprend aisément pourquoi elle a été la voiture la plus répliquée au monde puisqu’elle a compté jusqu’à 150 petits constructeurs depuis 1967.

L’AC Cobra de loulou est revêtue d’une carrosserie en composite imitant la couleur de l’alu comme les modèles originaux

L’AC Cobra est une voiture rare qui n’est pas rare. Sur les petites annonces du net français, j’en ai comptées près d’une cinquantaine à des prix variant de 50 à 150 000 euros. Toutes évidemment des répliques de qualité différentes malgré pour certaines des cartes grises des sixties empruntées aux voitures donneuses. On se souvient qu’elle a même été produite en France par PGO et Martin avec des motorisations diverses dont pas mal de Rover 3500 V8. J’ai aussi le souvenir d’avoir essayé une poussive copie baptisée Scobra à moteur arrière Volkswagen !

Comme les Cobra Racing, elle est équipée de kickjack permettant le relèvement rapide à l’aide d’un cric pour changer les pneus

Vraies fausses et fausses vraies

On ne va pas vous raconter l’histoire tumultueuse de la Cobra, cocktail né en 1962 entre un gros moteur V8 US Ford et un roadster anglais AC motorisé à l’origine par un 2 litres 6 cylindres né BMW. Elle est le fruit de l’idée de l’ancien pilote américain Carroll Shelby qui a marié les deux pour donner le jour à une détonante sportive qui donna vite du fil à retordre aux Ferrari. Au total, autour de 1000 auraient été fabriquées entre 1962 et 1967 se répartissant entre environ 700 à moteur 4,2 l et 4,7l 289 CI et un peu plus de 300 427 CI 7 litres qui avaient bénéficié d’un châssis plus robuste pour absorber les 420 ch du big block Ford.

Small block Ford de 5 litres (302 CI) alimenté par quatre carburateurs double corps. Et glou, et glou, et glou…

Son constructeur qui était passé rapidement à autre chose avec la Mustang Shelby, reprit même sa fabrication sous le nom de « Continuation » 40 ans plus tard, quasi identique à celle d’origine dont il avait, par ailleurs, vendu les droits de fabrication. Bref, entre les vraies fausses et les fausses vraies, il y a de quoi à s’y perdre. La Cobra de Loulou qui rugit sous vos yeux est évidemment une réplique sur base canadienne D&D qualifiée d’excellente par les aficionados grâce à son beau et épais châssis tubulaire et suspensions triangulées très proches de celui des vraies 427.

Compteurs Smiths d’origine britannique sur la planche de bord

« Ma 4eme Cobra »

On vous a déjà présenté deux de ses voitures qu’il collectionne avec la Chevrolet Impala 1958 et sa Renault Spider. Ce passionné fonctionne au coup de cœur d’où un mélange assez hétéroclite de véhicules.  » Évidemment, lorsque j’était plus jeune, la Cobra m’a fasciné. J’ai attendu 1990 pour acheter ma première, une DAX assez bien faite avec un Rover V8 3,5 l, puis j’en eu une autre à moteur V6 PRV hélas moins bien réalisée et décevante à conduire et enfin une autre DAX beaucoup mieux réussie à moteur Rover 3,9 l cette fois. Il y a 7 ou 8 ans, l’un de mes amis m’a vendu quelques pièces d’une réplique de marque D&D qu’il n’avait pas achevée. Il y avait seulement le châssis, la direction, les freins et la caisse en polyester avec son pare-brise. Avec mon mécanicien Éric qui a passé dessus plusieurs centaines d’heures, nous avons décidé de la terminer et dû acheter de nombreuses pièces et accessoires et surtout en faire usiner pas mal par des artisans. Le résultat est excellent puisque c’est la meilleure de celles que j’ai eues autant au niveau mécanique que tenue de route qu’esthétique avec son look bodybuildé de 7 litres 427″.

la largeur du caisson central imposée par la grosse boîte a écarté les sièges baquet en donnant la fameuse position de conduite décentrée caractéristique à cette voiture

Couleur aluminium

D’abord il a fallu acheter un gros moteur Ford V8 5 litres légèrement préparé (4 carburateurs double corps) et qui lâche une sonorité merveilleuse par son superbe collecteur d’échappement en inox réalisé par un artisan comme de nombreuses autres pièces telles le réservoir et autres supports. Éric jauge sa puissance à environ 300 ch estimant que c’est suffisant et on veut bien le croire quand on se souvient que la voiture dépasse à peine les 1000 kilos et accélère de 0 à 100 km/h en 4,5 secondes en arrachant la tête.

Les pipes ont été réalisées par un artisan. Imaginez le borborygme du gros V8

Amortisseurs réglables, gros freins et surtout larges roues de 15 pouces type 427 qui ont demandé beaucoup de travail sur la caisse en polyester. Loulou explique  » J’ai essayé de trouver une caisse alu comme sur les vraies Cobra mais c’était impossible, d’où le choix d’une peinture imitant l’alu. On a du élargir les passages de roues pour monter les grosses jantes en alliage Halibrand comme sur le modèle d’origine. Mais à cause du large caisson de la boîte de vitesse, les sièges qui ne rentraient plus ont exigé un gros travail sur la carrosserie en interne. Mais aujourd’hui après des mois et mois de travail, elle est comme je le souhaitais ».

Jantes en alliage Halibrand comme sur les vraies dont la largeur de 275/15 à l’arrière a exigé le gonflement des ailes

Une sorte de bestialité

On se rend à l’aérodrome situé à quelques kilomètres qui nous a fort bien accueillis pour faire quelques photos d’autant que le soleil a décidé d’être de la fête. Il faut dire que la vision d’une Cobra sur une citoyen lambda au sein de la circulation est toujours la même ; un mélange d’étonnement et de respect avec la traditionnelle question pour les passionnés : c’est une vraie ? La voiture exhale une sorte de brutalité animale se déplaçant par bonds. Par ses pots d’échappement latéraux, le gros 5 litres gavé par quatre carburateurs dégage un épais borborygme saccadé propre aux V8. Inutile de préciser que la bête pousse très fort et on imagine ce que ça devait être avec la version Racing de 480 ch en 1966. A son volant comme à celui des autres voitures de sa collection qu’il fait vivre en la renouvelant, Loulou est un homme heureux. On le comprend. La prochaine fois, on essaiera pour vous sa magnifique Ford Thunderbird….

C’est la 4eme Cobra de Loulou mais à ses yeux, c’est la meilleure

Montage des premières Cobra chez Shelby avec le montage du 4,2 l 260 vite remplacé par le 4,7 l
Carroll Shelby au coté des ses versions de compétition qui donneront le titre mondial en GT en 1965 à cette marque

Shelby Roadsters Display, Venice, CA, 1963. Carroll Shelby with the 3 Cobra roadsters that would win the 1963 USRRC Manufacturer’s Championship. This image, and many more, are now available at www.fordimages.com. (02/04/2011)

L’avis des Petits Observateurs !

14 commentaires au sujet de « AC Cobra 427 : la voiture la plus répliquée au monde »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. James

    Je savais qu’il y avait eu beaucoup de répliques de Cobra mais pas autant; C’est sidérant le prix que cette voiture atteint aujourd’hui sur le marché de la collection. On comprend pourquoi il y a tant de fausses !

    Répondre
  2. Georges Piat

    Je sors du cadre mais je ne vois que la sublime chose qui se trouve derrière. J’ai cru au début à un Pitts modifié mais ce n’est pas ça du tout.
    En tous cas, le genre de truc qu’il faut botter à l’atterrissage pour rester dans l’axe !
    Je reviens à la Cobra, c’est du brutal ce truc ! Pas facile de reconnaître une vraie quand on la voit sur la route.

    Répondre
    1. chapman

      C’est vrai que ça se marie bien ces deux machines. Le FK 12 qui semble vous intéresser Georges, n’est pas si difficile que ça à piloter, en partie parce qu’il est limité à 100cv de par son appartenance au monde (en évolution constante) de l’ULM.
      Je suis sûr que la Cobra demande beaucoup plus de doigté.

    2. Georges Piat

      Non, c’est juste le train étroit. Cela embarque facile ! Une approche basse, au moteur, aide beaucoup à garder le contrôle.
      Je verrais bien un 230 CV dans ce piège !

    3. chapman

      Après tout, étroit ou pas, le train classique c’est avant tout un regard qui ne doit pas dévier….. Droit devant ! Si on commence à lorgner sur le balisage latéral ou si on salue la foule en délire 🙂 c’est cheval de bois et conséquences.
      Alors 230cv dans un fk12….. Il va falloir contrer du pied grave!
      Mais nous nous éloignons du sujet Cobra. 😉

  3. Dubby Tatiff

    « Comme les Cobra Racing, elle est équipée de kickjack permettant le relèvement rapide à l’aide d’un cric pour changer les pneus. »

    Merci Patrice. Des décennies que je me demande à quoi cela peut bien servir.

    Je me souviens d’une poursuite délicieuse sur Autoroute un après midi. Je devais revenir de Bourgogne, je crois bien. Pendant quelques dizaines de km j’avais suivi à des vitesses plus autorisées de nos jours, une probable réplique. Nous étions quasiment les seuls sur la route et je n’avais pas envie de la doubler de peur que le charme se rompe. Je me contentais de la suivre en admirant son sublime popotin et son arceau évocateur de courses homériques.

    Répondre
    1. Huiledecannes

      Comme je te comprends Tatiff, j’en ai suivi une tout un dimanche d’octobre lors d’un rasso, et je me suis jamais lassé de ses fesses rebondies.
      Celle de mon périple avait une finition intérieure beaucoup plus soignée, et une livrée rouge, autre ambiance mais tout aussi grisante !

    1. 4 SANG VIN 7

      Pour la (petite) histoire: Carroll Shelby ne détenait pas les droits de cette auto qui s’appelait FORD AC COBRA. Les droits ont été vendus par Ford à Autocraft, société anglaise qui a fabriqué la MKIV, puis stoppé sa production.
      Depuis les années 90, la firme Shelby Licensing a commencé a faire des numéros de châssis « anciens » et les vend, mais ne fabrique absolument pas de Cobras. Shelby vend son nom.
      Les autos viennent de chez Superformance, Afrique du sud, en châssis roulants, sont équipées de la plaquette Shelby 1965 et vendues sans motorisation ni boîte. Il n’y a donc aucune différence entre une réplique quelconque et une « Shelby » actuelle. Sauf les prix car Shelby Licensing vend cher ses papiers, et les revendeurs de « Shelby » font croire à une authenticité.
      Preuves:
      – Shelby attaque systématiquement tout fabricant de montres, vêtements,… arborant le nom Shelby, mais jamais les répliqueurs de Cobra.
      – Allez sur le site de Superformance et regardez les noms des dealers…c’est bien Superformance qui vend des châssis roulants.