Souvenirs d’Autos (152): Tout comme James Bond ou presque !

Par le Commandant Chatel. 1995. Je vais à Séoul en Corée du Sud pour travailler et je passe par Hong Kong ou je dois rester quelques jours pour rencontrer des studios chinois.

J’ai la chance de descendre au luxueux Peninsula Hotel, situé à Kowloon, c’est à dire dans la baie en face de Hong Kong… Très bien.

Je réserve ma chambre par fax et quand ils confirment dans la journée, ils me proposent de m’envoyer une Rolls pour me récupérer à l’aéroport contre la modique somme de 80 HK$ (les dollars d’Hong Kong étaient toujours un peu plus bas que les US Dollars). Je ne peux qu’accepter car l’idée de me balader en Rolls dans cette ville que je ne connais pas encore me plonge dans une bonne humeur orgasmique.

À l’époque, les avions se posaient au milieu de la baie sur un polder, justement du côté Kowloon (ce détail a son importance)… Aujourd’hui, un un nouvel aérogare archi-moderne a été construit dans les « nouveaux territoires »…

 

Bref, me voilà après un long vol arrivant de Paris… je passe le contrôle douanier et avant d’arriver au tapis à bagages, je vois un porteur en grande tenue qui tient un petit panneau à la main « Mr Chatel ».

Le luxe commence. Il récupère ma valise pour moi, et me fait sortir par une sorte de porte dérobée qui tombe directement sur une vieille Rolls.

Je monte à l’arrière. Le chauffeur se retourne et me tend une serviette chaude sur un petit plateau en argent.

Luxe, calme et volupté.

Il met en route et je me dis « Mon petit bonhomme, ouvre grand tes yeux malgré le décalage horaire et profite… »

La voiture glisse sur la chaussée comme un tapis volant. Je suis James Bond, je suis Roger Moore, je suis, je suis…

La Rolls prend à droite, puis à gauche, puis tout droit un peu… ça dure disons 2 à 3 minutes et me voilà… arrivé à l’hôtel !!

Ignorant que j’étais, je ne savais pas que le Peninsula était à moins d’un kilomètre de l’aéroport.

Glurp. Ça faisait cher la balade.

15 jours plus tard, je repasse par Hong Kong au retour. Cette fois, je ne prends pas la Rolls, mais un simple taxi « comme tout le monde » qui me coûte la somme de 5 HK$…

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA ! Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

25 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (152): Tout comme James Bond ou presque ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Oliver

    Merci Commandant Chatel.
    Ma rubrique préférée devient jubilatoire dès que les marques Rolls-Royce, Jaguar et Range Rover sont les héroïnes de ces quelques lignes merveilleusement bien écrites.
    1995 : Cela devait être une Silver Spirit ou Silver Spur. A moins que les Silver Shadow au final peu kilométrées continuaient leurs honorables besognes…

    Répondre
  2. Nabuchodonosor

    Mon commandant, si la loterie de la vie fait qu’un jour je descends au Peninsula, quand bien même mon obligé m’y invite, j’essaierai alors de profiter pleinement de tout le confort offert par cet établissement exceptionnel; Le luxe vous savez, quand on y a goûté…
    C’est comme ces parfums de l’orient qu’exhale cette ancienne colonie britannique dont on peut humer les effluves en la parcourant à pied, en empruntant son iconic Peak Tram, son double-decker tram sur l’ile ou le old Star Ferry qui la relient au continent. Hong-Kong, Lantau, Kowloon et les nouveaux territoires jusqu’à la sulfureuse Macao d’en face, tout vous enivre sous la moiteur des tropiques et vous entraine dans un tourbillon d’ivresse au plus profond du delta de la rivière des perles. Ah commandant, comme vous savez nous faire voyager…
    Un mot sur ces Rolls dont la Hong-Kong & Shanghai hôtels Ltd est friande et dont la couleur verte tout comme les plaques sont spécifiques : AU fait référence, si ma mémoire est bonne, à la formule chimique de l’or. Pour « The Man with the Golden Gun”, le flegmatique Hamilton et “Cubby” avaient visé juste.
    Amicalement vôtre, Sir Roger & Christopher.
    😉
    Nabutsimshatsui

    Répondre
  3. Pascal MOORE Twice Golden Member

    Encore un beau souvenir en effet ! Je pense que pour tous les afficionados de la marque, tous se souviennent précisément de leur  » première fois  » à bord. Pour ma part, je devais avoir tout juste 20 ans, et je faisais la plonge  » en extra  » dans un restaurant à Richmond ( Surrey, Angleterre ) . Tout à coup une Rolls noire s’arrêta devant le restaurant on m’appela :  » Pascal , there is someone asking for you, outside ! » . C’était un ami dont le job était d’acheter des Rolls d’occasion avec conduite à gauche, et qui les expédiait aux USA. Il ne les gardait avec lui que 48 h avant l’expédition. J’enlevai aussitôt mes gants MAPA et mon tablier et montait à bord de cette Silver Wraith II ( version rallongée de la Shadow ) pour une promenade de 10 minutes dans les environs. Le pur bonheur, le silence, le moelleux, et une certitude : un jour, mon heure arrivera…..il fallut attendre encore 28 années de plus pour en acquérir une. Depuis lors, je ressent ce bonheur à chaque fois que je l’utilise, principalement le dimanche……

    Répondre
  4. Dubby Tatiff

    En tout cas, je suis franchement épaté par la capacité du Commandant à brosser une situation, fixer un enjeu et amener une chute en si peu de mots. C’est une constante de ses anecdotes. Y’a du métier !

    Répondre
  5. MF67

    La saveur d’un trajet en Rolls vaut bien 80$, si ce n’est plus, tant la sensation ressentie à l’intérieur de ce palace roulant doit être hors du commun ! La Rolls fait rêver, et fera sûrement toujours rêver…

    Anecdote très agréable à lire, comme d’habitude !

    Répondre
  6. Piat Georges

    Je ne sais pas pourquoi mais cela me rappelle un feuilleton télé (fin des années 60, je crois) qui s’appelait « L’homme à la Rolls ». Si quelqu’un se souvient…

    Répondre
    1. Chapman

      Ah non zut, c’est  » La Belle Anglaise » un feuilleton français….. Rien à voir….. Quoi que, il y a bien une Rolls dans l’histoire ha ha !

    2. Piat Georges

      Ah merci les gars, j’ai retrouvé, c’était diffusé en 65 ! J’avais 10 ans… Et déjà fasciné par la Phantom.

  7. Mustang98

    Mon Commandant, avec cette anecdote aux accents sino-albionesques, vous témoignez d’un art consommé de la conjugaison simultanée du dérisoire et du superfétatoire…
    J’adore… Ou plutôt devrais-je dire, à la façon de Ian Fleming : « J’M » !!!
    Cdlt.

    Répondre