Souvenirs d’Autos (146) : Rochefort, Rochefort, Rochefort…

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Dans les années 80, j’ai eu la chance de travailler à plusieurs reprises avec Jean Rochefort. À l’époque, je réalisais des publicités pour la radio.

 

Premier enregistrement. Ça se passe en 81 ou 82 à Radio Monte-Carlo. On travaillait pour Gillette GII. Pile à l’heure, Jean Rochefort entre dans le studio, vêtu comme un lord anglais et la moustache souriante. Il se présente à chacun avec ce simple mot : Rochefort…

C’est bête, mais il était à la fois très amical et impressionnant. En tout cas, on n’avait pas envie de lui taper dans le dos. Le client qui s’appelait Jean-René Ruttinger, un type odieux qui se prenait pour un grand directeur d’acteur lui dit :

  • Alors voilà, je vais vous diriger et…

Il n’a pas le temps d’en dire plus, Jean Rochefort le coupe.

  • Hum… en fait, je n’aime pas tellement être dirigé. Je vais vous faire une proposition et nous l’écouterons ensemble ensuite.

Il enregistre. Une prise et c’est dans la boite.

 

Deuxième enregistrement. Cette fois vers 1985 au Studio des Dames dans le XVIIe arrondissement de Paris. J’ai oublié le nom du produit. En tout cas, on s’était mis d’accord sur le texte, le cachet, etc. avec Josette Arrigoni, son agent chez Artmédia… Les gens de l’agence se pointent 30 mn avant la séance et me donnent le « nouveau » texte. Je le regarde et je vois une voix off rajoutée au début disant :

« Jean Rochefort vous parle ». Glurp.

Je dis à ces gens-là :

  • Attention, on ne s’est pas mis d’accord pour le citer, ce ne sera pas le même prix…

Et ils me répondent un truc du genre :

– Mais non. Il ne va pas nous faire chier ce vieux con. (SIC)

Bon. Jean Rochefort se pointe, pile à l’heure.

  • Rochefort, Rochefort, Rochefort…

Je lui tends le texte. Il le lit, éclate de rire et prononce mots que je n’oublierai jamais :

  • Ah… mes petits amis, on ne va pas être d’accord…. On va appeler Josette…

Il demande un téléphone et parle longuement avec la fameuse Josette. Cette dernière parle ensuite au commercial de l’agence. Résultat 15 000 Francs en plus pour Jean Rochefort…

Gueules des gens de l’agence. J’en rigole encore…

 

Troisième et dernier enregistrement.

Là aussi, j’ai oublié le nom du produit (Conforama, peut-être ?.), mais je me souviens qu’on avait enregistré au Studio de Roland Romanelli à la Madeleine et que Josette avait demandé où Jean Rochefort pouvait garer sa voiture. Je lui avais indiqué un parking très bien où on pouvait manœuvrer. Pas ces bazars imbéciles conçus par Vinci où chaque millimètre compte.

Bref, pendant l’enregistrement avec un copain à moi, on se demande en quoi Rochefort pouvait rouler.

On élimine les françaises. Pas assez chic.

On élimine les allemandes. Trop ostentatoire.

On pense quand même aux italiennes. Une belle Lancia ? Pourquoi pas.

Et on pense très fort aux anglaises. Une Jaguar ? Non, ce serait trop. Une Range Rover (à l’époque, il avait des chevaux)… Non, on ne le voit pas dedans.

Bref. On pense à une Rover.

Nous sommes peut-être influencé par « Un éléphant ça trompe énormément ». Va savoir.

La séance terminée, on part se poster à la sortie du parking et le voilà en… Saab 900.

On n’y avait pas pensé.

Que cette voiture d’ingénieur avec une gueule d’avion lui allait bien. On aurait dit qu’elle avait été faite sur mesure pour lui.

Adieu « Rochefort ». Nous vous admirions beaucoup et vous étiez un grand et magnifique acteur.

 

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA ! Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

24 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (146) : Rochefort, Rochefort, Rochefort… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Richard

    J’ai qq autographes de l’époque mais pas le sien hélas.
    Toutefois, ce grand Monsieur a intimidé le gamin que j’étais en 79 ou 80, alors qu’à vélo, de l’autre côté de la fenêtre près de laquelle il déjeunait au resto placé juste en face de la gare de Longueville (77), je m’étais approché sur les conseils d’une voisine qui le servait (elle participa donc au tournage !) et qui m’avait prévenu de sa présence ; à 10 ou 12 ans déjà je voulais voir en vrai un grand acteur connu !!
    Je m’approche donc de la fenêtre, il me voit, et moi je ne vois en rougissant que son immense sourire qu’il me tend ; je suis reparti dans la seconde !
    Mais près de 40 ans après j’ai encore l’image quasi intacte !!!
    Je vous salue bien Monsieur

    Répondre
    1. Renaud Roubaudi

      La scène se passe au milieu des années 80 donc c’est sans doute un modèle du début des années 80 (classic)

  2. Eric

    Merci p.o.a pour ce moment avec Rochefort.

    Je vous invite a ecouter en podcast la chronique de Francois Morel sur france inter du vendredi 13 octobre.
    On y retrouve la tendresse de Morel avec le charme de Rochefort.

    Je suis d accord avec francois morel, la mort et rochefort n ont rien a faire ensemble………

    Répondre
  3. Nabuchodonosor

    Nous n’avons jamais eu l’honneur d’avoir été présentés Monsieur Jean et moi et je dois bien avouer que de nous deux je serai seul à le regretter maintenant. J’ai pourtant grandi si souvent à ses côtés, lors de ses apparitions dans le téléviseur du salon sans sa glorieuse aux côtés de la belle Michèle Mercier ou plus tard sur le grand écran du quartier quand il campait un notable, un commissaire, un militaire, sous sa moustache dans ces comédies qui l’ont mis en lumière parmi les autres éléphants, Guy, Claude, Victor, Pierre, Jean-Pierre…
    Il évoque pour moi le parfait dandy en léger décalage dans le vingtième siècle, un féru de cheval au temps de l’automobile, un amoureux de la vie bien loin d’un misanthrope.
    Au revoir Monsieur Jean, merci pour tout et au plaisir de nous rencontrer… au paradis.

    Nabu-on-his-high-horse

    Mes respects mon Cdt…
    Dites mon Cdt, une Saab 900, ça ne se trouve pas sous les saabots d’un cheval ?
    🙂

    Répondre
  4. Amok

    A Morlaix, dans le Finistère, en 1987 ou 88, sur la Place située entre l’hôtel de ville et le viaduc, près du kiosque à musique.
    Sortant d’avoir déjeuné d’un croque monsieur au Grand Café de la Terrasse, je rejoins ma minuscule automobile italienne et rouge. je vois arriver très calmement l’excellent M. Rochefort au volant justement d’une Saab 900, de couleur claire je crois. Il se gare impeccablement, sort de son auguste monture suédoise, ferme la portière sans violence, la verrouille, pose la main gauche sur le pavillon et s’en va, d’un pas sûr et tranquille, vaquer à ses occupations. J’ai su plus tard qu’à cette époque se déroulait dans la région de Morlaix une partie du tournage du film « Je suis le seigneur du château ».
    C’est vrai qu’il ne m’est pas venu à l’idée de lui courir après afin d’obtenir un autographe ou simplement le saluer, je ne me serais pas permis. Le suivre simplement du regard s’éloigner de dos avait suffi à mon plaisir et à me constituer un joli souvenir.
    Dès le début de la lecture de cette chronique j’y ai repensé et pour la voiture j’avais deviné tout de suite, sans mérite j’avoue.
    Pour Jean Rochefort et pour Saab il va falloir se contenter de nos souvenirs dorénavant.

    Répondre
  5. Piat Georges

    Merci beaucoup Commandant, quel acteur, on a grandi avec lui.
    Dans le film « Le Cavaleur », il conduisait un break Volvo qui lui allait très bien aussi.

    Répondre
    1. Mustang98

      Oui, on pourrait aussi s’intéresser aux autos illustrant ce papier du Cdt…
      Et je vote pour une 305/505 pour la 1ère, le style du volant, ce qui semble être du tweed sur la banquette et les ouies sur les montants de custode ; Et pour une 404 sur la 2nde… la forme des montants arrières et de la lunette…
      Les 2 chacune à son époque, lui allaient très bien aussi…
      Mais je peux me tromper…
      À vos souvenirs ! Cdlt.

    2. Nabuchodonosor

      305 sur la 1ère pour les aérateurs arrière dans le montant C et 504 sur la 2ème pour le point d’ancrage de la ceinture et la lampe de lecture sur le montant B.
      Si je gagne, est-ce que je peux aller au rab mon Commandant ?
      🙂

    3. Mustang98

      @ Nabukaraisonsurcecoupla…
      Bien vu pour la 504, et je confirme avec le décroché au niveau de l’accoudoir central de la banquette, qui n’existait pas sur la 404…
      Joli coup !

    4. Fifitroiscentquatre

      Le break Volvo dont vous parlez est un break 145 de 1973, de couleur beige. Il se trouve que cette voiture nous a appartenus alors que j’avais 7 ans environ vers 1977. En effet mon père Photographe dans le cinéma a fréquenté un temps cet homme délicieux qu’était Jean Rochefort. L’acteur vendit la voiture à mon père une année avant le tournage du film lors d’un film précédent. À l’époque, nous habitions Paris dans le 14e, j’ai des souvenirs de départs en week end dans cette auto porte d’Orléans vers le Perche car nous avions comme c’était la mode à cette époque une « maison de campagne ». Rochefort proposa au réalisateur de Broca de louer son ex-auto qui lui semblait parfaite pour le film. Ce fut fait, un contrat de location fut signé avec la production, stipulant notamment que la Volvo aurait de fausses traces de rouilles peintes au dessus des bas de caisse, et dans le bas des portes. Et de ce fait une peinture complète sera offerte après le tournage. Mon père fit repeindre la Volvo en bi-ton : Bleu métal jusqu’au-dessus de la ceinture de caisse et blanc des montants jusqu’au pavillon. Je me souviens du bruit du légendaire moteur B20 et la pompe d’injection à la mise en route, de la petite banquette supplémentaire dos à la route qui se rabattait dans le plancher de coffre qui était parfaite pour des enfants, je me souviens aussi de l’auto radio à cartouches 8 pistes posé par Rochefort avec les cassettes d’Elton John ou des Eagles qui nous avait laissées. Cette Volvo n’est JAMAIS tombée en panne – il ne fut fait que des vidanges et des changements de pneus – et fut revendue vers 1981-82 je crois à un parisien. Elle reparta pour une autre vie et roulait encore parfaitement. Elle fut remplacée par une Renault 30 TS V6 de 1977. AH les Volvo de cette période !

    5. Fifitroiscentquatre

      Je me rends compte que j’ai omis de citer le nom du film en question dans lequel figure l’émérite acteur. Comme cité plus haut il s’agit bien du film « Le cavaleur » de Philippe de Broca sorti en 1978, avec notamment Nicole Garcia qui fut un temps sa compagne.

      Évoquant ensemble avec une grande tristesse le décès de l’acteur, ma maman me raconte une anecdote lors d’une journée passée chez lui, dans les années 79-80 environ, faisant connaissance avec les chevaux de Rochefort remarquant « qu’on voit bien qu’elle aime les animaux », remarquant la façon de les appréhender. Et le souvenir également d’un perroquet qui « vomit son quatre heures » sur ma maman, aussitôt Rochefort dit « c’est sans doute parce que le perroquet vous aime bien ! ».

      Je précise également que l’affiche montrée ici « Un éléphant » comporte des photos de mon cher Papa, car il a également travaillé sur ce film, ainsi que « Nous irons tous au Paradis ».

      Ayant moi-même rencontré pendant mon enfance (j’ai aujourd’hui 46 ans) quelques comédiens français, je ne me souviens pas avoir rencontré personnellement Jean Rochefort.
      Le break Volvo est pour moi l’incarnation des souvenirs de l’acteur à travers son auto que nous avons possédé pendant quatre années.

      J’ai été profondément ému par la disparition de Jean Rochefort, et le suis encore, et je lui rend hommage à travers ce témoignage que je ne peux garder pour moi et en faire profiter les amis de POA. Repose en paix Jean.

  6. Mustang98

    Superbe Souvenir d’Auto, Cdt Chatel !
    Pourquoi, bien que supris par la révélation de la Saab, je ne suis au final pas plus étonné que ça ?? Et pour dire le vrai, séduit ! Sans doute l’idée que je me fais de ce qu’est un esprit Libre, duquel on ne peut jamais être certain de ce qu’il va dire ou faire…
    Me suis régalé de l’émission hommage diffusée cette semaine sur je ne sais plus quel canal, que Patrice Vergès a dû voir aussi… Et ce Souvenir d’Autos est un peu comme la cerise sur le gâteau !
    Merci.

    Répondre
  7. Guillaume D.

    Un bien bel hommage grâce à ces souvenirs que je dévore avec toujours autant de délectation! Merci!

    Pour ma part, outre ses talents d’acteur que j’ai appréciés plus tard, c’est surtout ses talents de conteur qui auront bercés mon enfance qui me restent en mémoire, étant un grand fan de Winnie l’Ourson!

    Répondre
  8. Frédéric à Montréal

    Cher Commandant, vous avez vraiment une vie extraordinaire.
    J’ajouterai que comme j’ai une Saab et que j’aimais beaucoup Jean Rochefort, la fin de l’histoire a été pour moi un moment de bonheur intense… qui va durer quelques jours!
    Tiens, je crois que je vais l’imprimer et la faire encadrer!!!
    Merci pour cette rubrique absolument unique|

    Répondre
  9. Patrice Vergès

    Superbes souvenirs, mon Commandant. Il disait aussi qu’il devait sa carrière à la RATP. Ne voulant pas se présenter à l’examen du Conservatoire, son vieux copain Jean Pierre Marielle à bouts d’arguments pour le décider, lui lance  » En Métro, c’est direct !  » Il y est allé et a été reçu. quel humour décalé !

    Répondre