A propos du Dernier Bagnolard : Avertissement

Le 29 septembre 2017, découvrez le premier épisode du Dernier Bagnolard, une série co-produite par POA et la Grechaine. Renaud Roubaudi nous présente le réalisateur Justin Jay qui nous explique le concept de la série.

L’avis des Petits Observateurs !

6 commentaires au sujet de « A propos du Dernier Bagnolard : Avertissement »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Hugo

    Sans devenir interdite l automobile pourrait devenir contraignante et donc sélective. Certaines personnes seraient donc contraintes de s’interdir d’avoir une voiture à cause des frais afférents que cela induirait. Ainsi, les petites gens risqueraient dans un futur proche de ne plus pouvoir se rendre à leur usine ou autres… Cela pour de multiples facteurs. Il y aura probablement parmis ces causes la volonté d’interdir les diesels d’avant 2001, un probable contrôle technique contraignant risquerait de mettre au rebut un bon paquet de bagnoles (bien pour les voitures dangereuses et pas bien pour les voitures « polluantes »), l’augmentation des cotisations d’assurance et la baisse de leurs prestations, l’augmentation des taxes des carburants, l’augmentation des coûts d’entretien ( dont pneumatiques), une éventuelle taxation directe des automobilistes pour l’entretien des routes, certaines portions de 4 voies nationales qui deviendraient payantes… Bref, vous allez voir s’que vous allez voir…. !! Vous allez adorer ressortir le vieux solex… la trottinette électrique deviendrait alors une « alternative » inévitable, peut être. C’est la conséquence de ne pas chercher à comprendre et à savoir qui nous gouverne et pourquoi avant d’aller voter. Voter pour un « président de la république » qui a en réalité un rôle d’élu municipal au service de l’ Europe.

    Répondre
  2. Mat Ador

    Je ne voudrai pas être désobligeant envers ceux qui se raccrochent à l’ancien monde, mais l’avenir du déplacement est peut-être à ce genre d’engin que je livre à votre sagacité :

    Répondre
    1. Mat Ador

      🙂
      Vous soulevez un problème sémantique Président.
      Il me semble qu’à l’époque précédant la révolution industrielle, celle où prédominait le véhicule hippomobile, on nommait déjà la partie tirée d’un attelage, une voiture. Peu après sa mécanisation on l’appela automobile et pour les distinguer, hippomobile celle qui, encore tirée par des équidés nourris à l’herbe pâturée, la croisait.
      Au lendemain de la révolution numérique, il ne me surprendrait pas que l’histoire se répète et que l’on rebaptise les véhicules d’un passé révolu cependant que les nouveaux Maîtres autonomes s’arrogeront leurs noms, ce jusqu’à la suivante…
      Si Maître Capello veut bien confirmer ou infirmer…

    2. Maître Capello

      Au risque de vous décevoir, je m’intéresse au prescriptivisme linguistique, non à la sémiologie, ni à l’histoire des transports.