Souvenirs d’Autos (128) : Rendez-moi mon César

Par le Commandant Chatel. Ce souvenir d’Auto est pour une fois, un souvenir d’autocar ! Vous me pardonnez ?

IMG_2293

Vendredi 28 février 2014. Ce jour-là, j’ai la chance d’avoir mon film (Ma Maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill) nommé aux César. Comme dans la catégorie « Film d’Animation », il n’y a que trois films, j’ai donc une chance sur trois de monter sur scène. Et j’ai le tort d’écouter trop les gens autour de moi (amis, famille, confrères) qui me disent combien le film que j’ai co-réalisé avec Marc Boréal et produit avec Guillaume Galliot, mon associé, est formidable et que le César « c’est dans la poche » ! Hum…

IMG_1029

Nous voilà donc au Châtelet en smokings avec un moral en acier. J’ajoute que nous sommes traités comme des altesses régnantes ce qui n’est pas désagréable…

IMG_1812

La soirée se déroule… et au moment du César du meilleur film d’animation… le couperet tombe. On ne l’a pas. Glurp. C’est ainsi.

Quand on repart, le traitement de faveur est terminé et nous passons du statut de « potentiels futurs gagnants » à celui de « losers »…

Arrivés sur le trottoir devant le théâtre dans un froid glacial, je dis à Guillaume et Marc que je vais aller me coucher. Et Guillaume me répond, chevaleresque :

  • Non, on doit être beaux joueurs, il faut aller au Fouquet’s avec les autres.

Bon. Admettons.

Le ballet des limousines commence et au moment où je veux monter dans une voiture, une attachée de presse aussi efficace que contrariante me dit :

  • Non ! Les autos sont réservées au gagnants, vous (petit regard dédaigneux), vous montez dans le car, là !

Je m’exécute et je me retrouve dans un car où règne un silence de mort… (cf les quelques images que j’ai tournées). Même les motards de la police qui nous ouvrent le chemin ne nous amusent pas…

C’est dommage, car c’est quand même rigolo d’aller du Châtelet aux Champs-Élysées en 5 minutes. Surtout un samedi soir…

Arrivés au Fouquet’s, on nous demande gentiment de ne pas rester là (au rez-de-chaussée c’est la fête avec champagne à gogo, jolies femmes et photographes survoltés) et on nous indique l’escalier qui mène à la salle de 1er étage… où l’ambiance est à peu près celle du bus !

Seul truc sympa, les perdants sont mélangés et nous faisons la connaissance de gens très sympas (producteur, décorateur, chef-monteur…)

Et ça créé des liens, car dès que nous nous croisons, nous nous remémorons « La soirée des perdants » soirée digne d’un enterrement.

IMG_0142

 

Cette rubrique est désormais aussi la vôtre.

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came en tête et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos. On adore ça chez POA ! Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

10 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (128) : Rendez-moi mon César »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Henri Paul

    Cher Commandant,
    J’ai officié pendant quelques années comme chauffeur des « limousines » de la soirée des Césars. J’ignorais comment s’effectuait le classement à la sortie… mais je comprends mieux pourquoi j’ai eu plusieurs trophées qui sont passés dans l’auto.

    Je me souviens d’ailleurs qu’une fois, un artiste ou producteur qui avait une limousine attitrée pour toute la soirée avait laissé son César sur la banquette de la Mercedes pendant la soirée du Fouquet’s. Il n’en était sans doute pas à sa première récompense. La soirée étant longue, nous n’avons pas résisté entre chauffeurs à la tentation, telles des stars, de nous prendre en photo avec la fameuse compression dans les mains…

    J’ai aussi un bon souvenir des allers à vitesse soutenue par les quais rive gauche puis la rue François 1er entre le théâtre du Châtelet et l’avenue George V, avec dans la voiture l’émoi (et parfois les persiflages) des gagnants ; mais surtout du retour « à vide » et à grande vitesse au théâtre du Châtelet pour emmener d’autres convives au Fouquet’s puisque, on ne s’en rend pas forcément compte mais les voitures font plusieurs allers-retours. J’arrivais parfois à faire 3 ou 4 rotations. Les années pluvieuses, il arrivait qu’une voiture rentre endommagée au garage mais heureusement, toujours sans gravité …et sans passager dans la voiture au moment de l’accrochage !

    Répondre
    1. Lieutenant Columbo

      Z’inquietez pas mon Commandant. On sait ce qu’il en coûte de fêter sa victoire au Fouquet’s…