Quel avenir pour l’automobile ? Interview présidentiel de François Roudier du CCFA

Jamais, depuis 100 ans, l’automobile n’a été confrontée à une telle mutation de son environnement. Elle doit relever 4 défis majeurs : la voiture autonome, la voiture connectée, la voiture électrique et l’autopartage. Une bataille mondiale à coup de milliard de dollars pour survivre et muter en acteur de mobilité. Qui seront les gagnants et les perdants ? Pour aborder ces sujets, POA reçoit François Roudier, directeur de la communication du CCFA (Comité des Constructeurs Français Automobiles), syndicat professionnel indépendant, pour un long interview à bord de la C6 présidentielle de POA.

Capture d’écran 2017-02-17 à 16.15.22Capture d’écran 2017-02-17 à 16.19.592017-chrysler-pacifica-hybrid-minivan-waymo-self-driving-test-fleet_003-970x546-c

L’avis des Petits Observateurs !

22 commentaires au sujet de « Quel avenir pour l’automobile ? Interview présidentiel de François Roudier du CCFA »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Patrick

    Très bon reportage dans sa forme… Mais dans son fond, je reste dubitatif. Dans une société de plus en plus contrôlée, quel sera le rôle du chauffeur dans ce qu’on nous promet pour demain ? Quelle sera ma liberté d’aller et venir où bon me semble sans que Google ou je ne sais qui ou quel quel bazar me suive à la trace ?
    Je veux que ma bagnole me ressemble, qu’elle soit ma propriété, mais pas un petit autobus. J’ai parfois envie de m’envoyer du ZZ Top à donf dans ma Jaguar. Ça plaira à tous ? Pas certain.
    Je suis un sale gosse. A 52 ans, il me prend des envie de hot rod sur base de Ford 32. Pas d’internet, de connexion à je ne sais quoi.
    J’ai un peu peur que George Orwell ait écrit le futur qui nous attend.

    Répondre
  2. Christophe BONNIN

    DongFeng et Peugeot, ça marche bien parce qu’ils sont sur des produits différents.
    Opel et Peugeot, ça marcherait bien parce qu’ils sont sur des produits similaires.
    Il n’y a donc pas de stratégie perdante… ouf !

    NVIDIA est effectivement bien connu de ceux qui bricolent un peu leur ordinateur. Nvidia, ils ont l’habitude de faire du 60 % de marge Brute… Je ne suis pas certain que cela soit une bonne nouvelle pour le porte monnaie des automobilistes.

    Les nouveaux entrants ne s’intéressent pas à l’automobile. Ils s’intéressent aux données et à rendre le consommateur automobiliste captif. Au finale, quand on voudra régler la climatisation de sa voiture, ne risque t »ont pas de voir apparaître une pub sur l’écran central avec un petit décompte « vous pourrez régler la climatisation de votre véhicules dans 10 secondes ». Ne rigolez pas… C’est peut être bien vers cela qu’on va avec cette mirobolante 5G américaine.

    L’auto partage… Quand j’étais étudiant, pas d’internet, pas de téléphone mobile, pas de blablacar… et pourtant, les étudiants qui avaient des voitures pour faire le trajet « Maison famille-Ville Estudiantine » remplissaient leur voitures avec ceux qui n’avaient pas de voitures, via les petits annonces affichées dans les cantines des universités.

    Enfin… PSA aux Etats Unis… Comment dire. Quand je vois les 16 milliards de dollars que VW va payer au pays des gros pickup V8 propre !!! Heureusement, VW ont les sous qu’il faut. Est ce que ce ne serait pas un marché potentiellement mortel pour un constructeur comme PSA-Dongfeng ?

    Répondre
  3. Orjebin Jean-Paul

    La première voiture autonome dont j’ai testé les performances était la voiture à cheval de mon grand-père qui nous ramenait du village à la maison sans aucune intervention humaine.
    A part ça, l’entretien avec François Roudier est très enrichissante, ses infos ramenées de Las Vegas, up to date. Bravo POA…comme toujours.

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      A propos, la voiture autonome fait salon à partir de ce week-end à la Porte de Versailles… Un peu de Co2,
      et pas mal de méthane, mais côté ergonomie et intuitivité on n’a pas encore trouvé mieux; D’ailleurs nos politiques qui viendront visiter ce salon en (bio)masse, l’on bien compris !
      🙂

  4. Nabuchodonosor

    En me remettant une louche de votre superbe interview de François Roudier, optimiste s’il en est de l’avenir automobile, je me suis questionné sur ce qui nous attachait tant au modèle actuel. Pourquoi sommes-nous tous passionné, bien souvent depuis notre enfance, et nous attachons nous tant à la bagnole au point de craindre de perdre demain avec l’arrivée de la voiture autonome, cet affect qui nous lie à elle ? Peut-on imaginer que celui-ci se soit construit au temps des calèches et des véhicules hippomobiles ? Dans un attelage, s’il y a un lien affectif, il est avec le cheval, à la fois fidèle compagnon et serviteur. Le compagnon sert l’affect et le serviteur notre désir de domination. Nous avons domestiqué un animal puissant qui décuple nos capacités endogènes de déplacement et de transport. Ce lien crée jadis avec l’animal s’est transposé dans la bagnole qui, au fur et à mesure des progrès techniques est devenue toujours plus puissante et raffinée, comblant un peu plus ce désir assez masculin de domination et de possession combiné. C’est cela me semble-t-il que nous craignons de perdre demain lorsque nous serons devant un carrosse autonome à qui l’on indiquera des ordres de déplacement sans avoir la maitrise directe des moyens qu’il mettra en œuvre pour y répondre. Le prolongement physique de nos fonctions motrices naturelles sera coupé, c’est un peu comme si l’on s’apprêtait à nous ôter nos bottes de sept lieues… Alors je vous en conjure Messieurs les GAFAMI, les Nvidia et autres Qualcomm de la vallée du Silicone, qui que vous soyez, de grâce, promettez nous d’introduire un peu d’affect dans les produits et services que vous commercialiserez demain.
    🙂
    NabuPOA, petit Poucet Optimiste Automobile.

    Répondre
    1. Lemoine

      Juste pour rebondir sur votre intw, je souhaite vous rappeler que la filière automobile française est composé de nombreux acteurs et pas seulement les constructeurs français….Pour mémoire Les fournisseurs de l’automobile réalisent en moyenne 80 % du prix de revient de fabrication d’une automobile en France.

  5. Piat Georges

    J’avais déjà apprécié Francois Roudier dans l’émission « C dans l’air » sur la 5. Cet interview est passionnant.
    C’est bien la C6, un vrai studio roulant !

    Répondre
  6. Denis L

    Il y avait l’interview baignoire maintenant il y a l’interview C6!!! Ok Je sort… Intéressant tout ça, ça confirme ce qu’on ressent tous depuis quelques années, ce sont les équipementiers qui font les voitures, et ça ne va pas s’arranger, quand même avec Amazon on atteint les sommets du cynisme. Les constructeurs traditionnels ne vont faire plus que des plates formes mobiles pour ces gens là… Il va leur en falloir des discours alambiqués aux designers pour nous faire prendre des vessies pour des lanternes, et ils y arriveront!!! Ça ne m’emballe pas du tout, et je ne pense pas être le seul. Il y a des chances que ça fasse monter la côte des anciennes!! Ça c’est bon!
    Pour l’auto-partage (blablacar) j’ai pratiqué comme conducteur, et encore un peu de temps à autre mais c’est rare. En vieillissant (bientôt 40 ans) je m’en éloigne le rapport gain / contrainte est de moins en moins bon. Il faut dire que la solitude des longs trajet ne m’ont jamais fait peur, au contraire même. 17 ans de camions ça forge! 😀 tant qu’il y aura de fringants nouveaux propriétaires de voiture pour remplacer ceux qui se sont lassés ça ira mais il paraît que les jeunes se détournent du produit automobile…

    Répondre
    1. Stéphane.nc

      En fait cet interview présidentielle me conforte sur deux points abordés en commentaires de précédents sujets POA :

      – Faire travailler des étudiants ingénieurs sur de vieilles guimbardes est un non sens (cf estaca) et ne m’émeut certainement pas.

      -Le concept youngtimer est creux et pas viable. Entre les normes de dépollution qui vont se durcir férocement (j’en fait le pari) en limitant de plus en plus les accès aux métropoles (où se concentre l’activité économique et la population), les attentes de digital des jeunes (qui se foutent de plus en plus de la « bagnole vroom vroom statut social) et surtout les impératifs réglementaires liés à la conduite autonome, je pense qu’on va éradiquer (avec aides publiques à la clé) tout un pan du parc auto dans les années à venir. Pas de conduite autonome sans voitures plus ou moins inter connectées. Les assureurs , les pouvoirs publics et les conducteurs ne pourront pas laisser de vieux chiens menacer le nouveau jeu de quilles.

  7. Frédéric à Montréal

    J’avoue avoir été surpris. Je m’attendais à attendre une série de lieux communs, de platitudes et de revendications des constructeurs… mais leur représentant est impeccable, ouvert, il sait beaucoup de choses et sait nous les présenter. Et très sympa en plus!
    Excellente entrevue, dans la C6 idéale pour cette usage (on n’entend aucun bruit parasite…), pilotée en douceur par Cédric déguisé en garde du corps aux lunettes de soleil.
    Un seul regret, il n’est pas question de voiture hybride ou électrique, sauf erreur. Mais bravo à tous points de vue!

    Répondre
    1. Stéphane.nc

      J’ai pensé la même chose sur l’électrique
      On a déjà le concept Smart Phone avec une Tesla qui se met à jour via la 3G.
      Une auto qui communique avec les bornes de recharge (comme ZOE maintenant) pour savoir où se connecter.
      Demain c’est déjà aujourd’hui et le mythe de la vitesse pure sur Autobahn a du -gros-plomb dans l’aile.

  8. Nabuchodonosor

    Il y avait le célèbre Poltrona Frau de Chapier repris par Fogiel sur FR3, dorénavant il y a le moelleux canapé de la C6 du Président Roubaudi sur POA !
    Et olive sur le canapé, chez POA, on n’hésite pas à casser les codes, même le Majordome questionne…
    🙂
    Clairvoyant et concis au demeurant Monsieur Roudier est absolument passionnant. Belle interview Messieurs, je vous tire mon chapeau !

    Répondre
    1. Daniel

      Oui effectivement, une excellente idée cet entretien dans la C6, le prochain salon ou l’on cause de l’auto :
      La C6 de POA !

  9. Chapman

    J’adore ce mec! Optimiste, convaincant, souriant, pas prétentieux pour deux sous. Un vrai vent de fraîcheur.
    Merci pour cet interview passionnant.
    Pour parler couleur…..euh non pas la cravate, mais la voiture présidentielle. Elle n’était pas bleue foncé théoriquement?
    Non parce-que là, je la vois gris anthracite. Alors si c’est un défaut de la caméra…..je serais rassuré pour la cra……te.
    🙂
    Merci encore pour ce remarquable interview. Quel studio presse cette C6 !

    Répondre