Alfa Romeo Stelvio : Premier Contact

Jean-François Serre, attaché de presse d’Alfa Romeo France, présente les caractéristiques du nouvel Alfa Romeo Stelvio exposé au motor Village à Paris. En attendant les essais presses dynamiques (prévus fin avril), POA en profite pour faire un rapide tour du propriétaire de l’Alfa Romeo Stelvio. Si le Stelvio est le premier SUV de l’histoire d’Alfa Romeo, Jean-François Serre nous rappelle qu’Alfa a réalisé un 4X4 au lendemain de la guerre, l’Alfa AR51 Mata, produit à seulement 2059 exemplaires de 1951 à 1955.L’occasion de le découvrir exposé au Motor Village. En bonus, à la fin de la vidéo, Jean-François nous présente la très rare Alfa 6C.

Alfa Romeo Stelvio

alfa-romeo-stelvio-9

alfa-romeo-stelvio-18alfa-romeo-stelvio-20alfa-romeo-stelvio-12alfa-romeo-stelvio-4alfa-romeo-stelvio-7alfa-romeo-stelvio-1

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

21 commentaires au sujet de « Alfa Romeo Stelvio : Premier Contact »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. pierre

    Alfa faisait aussi toute une gamme de Poids-Lourds assez atypique…..à quand un reportage sur eux ???

    sinon, tres sympa ce Stelvio, dans les gammes Suv. c’est bien plus attirant que le DS7 qu’on découvre aujourd’hui, comme quoi les gènes d’Alfa sont toujours chargés de potentiels……

    Répondre
  2. kris

    Vraiment très sympathique ce Monsieur SERRE ! Toujours un vrai plaisir à le retrouver et à l’écouter ! Merci POA.
    Par contre, comment avez-vous pu oser lui demander de réaliser la manip de descente des sièges arrières ! Quelle idée franchement ! 😉
    Heureusement, ce brave homme a beaucoup d’humour ! On adore…
    Vivement la prochaine intervention…

    Répondre
  3. Jean-nicolas

    Bonjour

    M SERRE est à Alfa ce que M d’Ormesson est à notre littérature, un puit de science qu’il est plaisant à rencontrer et surtout écouter. D’abord par la passion qui l’anime et ensuite surtout de par sa modestie et son accessibilité.
    Messieurs d’Alfa mesurez le potentiel d’homme tel que lui a même de réveiller des vocations d’Alfistes.

    Parce que, blague à part, ce sont ces hommes là qui en appelant à l’histoire sont à même de justifier des modèles tel que le Stelvio qui ne sont pas forcément des évidences pour cette marque.

    Je lui souhaite le destin d’un Cayenne chez un concurrent bien connu. Si décrié à son lancement et aujourd’hui fer de lance d’une marque qui n’avait aucune légitimité dans le segment.

    Il est beau , bien construit , certes ce n’est ni le meilleur ni le mieux fini mais … il a une gueule .

    Par contre il est vrai qu’avec pour l’instant un ticket d’entrée à près de 60k€ ce n’est pas pour toutes les bourses.

    Voyons à court terme le prix médian et l’accueil du public…

    Répondre
  4. Guillaume D.

    C’est toujours un plaisir d’entendre M. Serre et d’autant plus intéressant avec une 6C et cette AR51 en stock. Quel sens du détail avec cette Jeep italienne et sa calandre Alfa, ça a énormément de charme.

    Bon, sinon, on passera rapidement sur la banquette rabattable parce que sur ce point, le Stelvio n’est pas à la pointe (voir le Renault Espace par exemple)… mais on achète surtout pas une Alfa pour ça!

    Répondre
  5. Gérald

    Pour faire un parallèle entre la 6C et le Stelvio, on peut remarquer que la 6C bénéficiait à l’époque d’une conduite à droite pour pouvoir serrer au plus près sur les routes étroites de montagne et, dans les fameux lacets du col du Stelvio…. 😉

    Répondre
    1. Outdoor74

      Bonjour !
      un petit commentaire au sujet du volant à droite sur la 6C : dans les années 30, le volant à droite était courant sur les voitures de sport. Le Derby de mon Grand Père avait le volant à droite. C’est surtout un avantage sur circuit qui globalement tournent tous dans le sens des aiguilles d’une montre. Sur un col Alpin, il me semble qu’il y a des épingles à droite mais aussi à gauche, non ?…
      Et puis parfois il faut bien redescendre…
      Cela me rappelle un premier avril sur France Inter où il était question de d’augmenter le nombre de descente et de réduire le nombre de montée pour réduire la consommation d’essence…

      Le Stelvio me parait très sympa ! Et l’intérieur très Alaf. J’espère qu’il aura un comportement typé propulsion et joueur comme BMW !
      Marre des enclumes au bout du capot… Ou alors ce sont les quatre anneaux qui sont trop lourds.

    2. Gérald

      Ah ah ah le vieux débat ressurgit !
      Avant guerre, beaucoup de voiture de luxe étaient équipées de conduite à droite et aussi beaucoup de camion et d’utilitaires. Ce n’était pas pour piloter sur circuit mais bien pour la principale raison que la visibilité était accrue du bord de la chaussée, les manœuvres de stationnement étaient plus facile et la visibilité aux intersections plus directe…
      Avec la montée en puissance du trafic et du nombre de dépassement le volant a migré à gauche…

  6. Piat Georges

    Bon, tout le monde a son SUV maintenant !
    Ceci dit, l’exercice est très réussi.
    Il est vrai que le superbe véhicule militaire est moins buriné que la Land de Ludo (pour ceux qui suivent !)

    Répondre
  7. ED

    Vu de profil au dirait que la Stelvio s’est mangé un mur tellement l’avant est plat. Bof. Ils auraient pu mettre des jantes plus sympa, celles-là font bas de gamme. Enfin elle est peut-être mieux en vrai…
    La 6C en revanche est magnifique.

    Répondre
  8. Denis L.

    Super cette présentation Jean François à beaucoup d’humour vous vous renvoyez la balle c’est très agréable!
    Sinon il n’y a pas à dire chez Alfa on se donne les moyens de ses ambitions, on vend du plaisir de conduire alors on met les « gros » moteurs sur les premiers modèles sortis, histoire de marquer les esprits. Esthétiquement on jugera à l’extérieur car là c’est pas l’idéal.
    Juste un truc, les palettes de boîte sont gigantesques? Non? Ça me choque un peu.

    Répondre
  9. Michel

    La jeep ALFA était en concurrence avec la FIAT Campagnolo pour un marché d’équipement de l’armée, des carabiniers et de la douane, je crois que c’est cette dernière qui a été dotée des ALFA
    Grand plaisir de retrouver JF SERRES, peut-il nous donner son sentiment sur l’absence dans la gamme GIULIA de la version SW

    Répondre
    1. Stéphane.nc

      Très souvent décrié, je souhaite remercier Sergio Marchionne qui relance Alfa avec des produits très aboutis qui bénéficient d’excellentes critiques de la « grande presse internationale ».
      Forza Alfa!! Même si Giulia fait plus briller mes yeux que le SUV…

      Allez au Motor Village, c’est sympa et on peut y manger (pas donné certes)!!

      N’oublions pas qu’Alfa a été champion du monde de F1 à l’époque des héros.