Airbus Pop-Up : le taxi du futur ?

A mi-chemin entre l’auto et le drone, voici Pop-Up, le projet d’Airbus de voiture volante & autonome présentée à Genève en collaboration avec Italdesign.

italdesign-airbus-popup-geneva-9

Airbus a développé Airbus Pop-Up en collaboration avec Italdesign une plateforme ayant recours à l’intelligence artificielle, destinée à prendre en compte tous les paramètres d’une course, afin de proposer le trajet le plus rapide, en ayant recours à plusieurs modes de déplacements simultanément.

Sur terre, dans les airs, sur des rails et … dans le tunel Hyperlloop

Avec Airbus Pop-Up il serait possible de voyager au sol sur les routes, de s’envoler grâce aux rotors qui viennent se poser sur le toit, de se fixer sur des rails pour se déplacer comme des trains et même de prendre l’hyperloop pour les grandes distances.

L’Intelligence artificielle déterminera le trajet le plus rapide d’Airbus Pop-Up en prenant en compte toutes les directions de l’espace en trois dimensions et tous les modes de déplacements possibles dans l’environnement direct du trajet. Au-delà d’un véhicule, c’est donc une solution pour la ville intelligente de demain que propose l’avionneur, dans la lignée de ses projets Vahana et City Airbus.

Cette intelligence artificielle sera capable de proposer le trajet idéal en prenant en compte par exemple les habitudes de l’utilisateur, la météo, une éventuelle connexion avec un covoiturage ou une auto partage, mais aussi le trafic routier, les coûts, etc.

Pas avant 2025/2030

Il reste toutefois énormément de chemin à parcourir pour espérer voir un jour Airbus Pop-Up dans le ciel. 2025 ? 2030 ? Le PDG d’Airbus en est d’ailleurs parfaitement conscient et il a indiqué : « Concevoir et mettre en œuvre avec succès des solutions qui fonctionneront à la fois dans les airs et sur terre nécessite une réflexion commune des secteurs de l’aéronautique et de l’automobile, ainsi qu’une collaboration avec les organismes gouvernementaux locaux chargés des infrastructures et des cadres réglementaires ».

Forcément, on va en reparler.

italdesign-airbus-popup-geneva-9 italdesign-airbus-popup-geneva-1 italdesign-airbus-popup-geneva-6 Airbus-1 Airbus-2 Airbus-3 italdesign-airbus-popup-geneva-5 italdesign-airbus-popup-geneva-4 italdesign-airbus-popup-geneva-3 italdesign-airbus-popup-geneva-10

L’avis des Petits Observateurs !

13 commentaires au sujet de « Airbus Pop-Up : le taxi du futur ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1. michaël oualid

      Patrick Le Quément se trompe, comme beaucoup, en disant qu’on ne peut dessiner le futur, car il(s) résonne(nt) en pensant l’objet comme représentation du futur.
      Or, au XXIème siècle, pour des raisons économiques (nouveaux business models basés sur des plateformes ouvertes aux usages) et écologiques (nécessité d’alléger la présence physique, mais pas que, de l’objet) le design se doit d’être perméable à tous les futurs, c’est à dire que les lignes de style doivent être à la fois indémodables -sustainability-, et s’effacer pour permettre la circulation des nombreux flux financiers qui gravitent autour (pour le moment, bientôt à travers) des automobiles.
      Si la solution n’apparaît pas dans un certain référentiel, on peut essayer en bleu en rouge en rond en triangle, rien n’y fera. Il faut concevoir de nouveaux référentiels en phase avec l’époque.

    2. Nabuchodonosor

      Si je vous ai bien compris Michaël (yess, je crois avoir réussi à ne pas écorché votre prénom), vous parlez d’un design qui serait passé sous les ordres du marketing; Évidemment sous Léonard on était à mille lieues de cela…
      🙂

  1. Chapman

    Le regretté Franquin, à travers son héros Zorglub, avait inventé cette engin dès la fin des années cinquante…..
    Je vais me replonger dans mes vieux albums de Spirou et Fantasio et je fantasmerais à nouveau sur la Turbotraction et le Fantacoptère.

    Répondre
  2. Nabuchodonosor

    Ah voilà un objet susceptible de nous sustenter tant le corps que l’esprit. « Mens sana in corpore sano ! » On dirait un purificateur d’air sorti tout droit de chez Dyson couplé à une cellule de survie de Twizzy. Une sorte de Minotaure. Idéal pour brasser les particules en milieu urbain, aérer les masses consumables et enfumées au sol et déposer les nouveaux Maîtres du Monde au sommet de leur tour d’ivoire. Merci Saint Airbus d’ouvrir par cette fenêtre tous nos chakras et d’élever très haut le débat pour nous autres petits observateurs rampants à roulettes. Si vous n’aviez eu trois semaines d’avance sur la fin du Carême nous aurions crié à la farce du jour des fous mais nous nous contenterons humblement ici de vous rappeler le conseil de Dédale à son fils Icare à ne point voler trop haut !
    😉
    Nenabusonpas.

    Répondre
    1. San Francesco d'Assisi

      Quel drone de sedia gestatoria surmontée de quatre auréoles en effet ?!?
      Misereatur nostri omnipotens Deus et dimissis peccatis nostris perducat nos ad vitam aeternam
      Amen

  3. Dubby Tatiff

    A propos d’infrastructures, savez-vous quel est le taux moyen de renouvellement du foncier (des bâtiments) en Europe et en France ?

    Un peu plus d’un siècle.

    Chiffres disponibles sur les différentes sites ministériels que j’ai personnellement vérifié et recoupé.

    Ca parait évident quand on y pense mais il est bon de rappeler ce chiffre. Nos villes ont une inertie de l’ordre du siècle et plus. Donc faire fusionner des infrastructures routières, aériennes et ferroviaires vers un mode de fonctionnement unifié, prendrait du temps.

    Ce constat ne doit pas pour autant minimiser ou venir en contradiction avec le coup de gueule de Michael Oualid. Nos sociétés subissent actuellement une contrainte énergétique et il n’est peut-être pas opportun en ce moment de développer des concept énergivores, même si ils ont le mérite de faire rêver (et de faire de la comm.). La conquête de la Lune n’a pas servi à grand chose à son époque, si ce n’est à mobiliser tout un peuple en lui insufflant un élan.

    Répondre
  4. Piat Georges

    Le monde d’aujourd’hui aurait bien étonné Diogène dans son tonneau, il est normal que le monde de demain nous surprenne. Tempus fugit…

    Répondre
  5. ROMINET

    Le concept est génial, une cellule et des modules dédiés.
    Mais bon! Est-ce transposable à grande échelle à nos sociétés en régression?
    IJe me souviens qu’au début des années 80, Ital Design avait proposé une étude de voiture avec une cellule « propre » clipsée sur un chassis récepteur, c’était la Capsula.

    Répondre
  6. michael oualid

    Je ne pourrais pas être plus furieux qu’en voyant ce « truc » envahir ce sanctuaire de bon sens qu’est POA. Un viol de mon intelligence, voilà ce que je ressens.
    Bon sang, sérieusement ? La voiture volante? Sommes-nous réellement devenu des enfants débiles? C’est tout ce qu’ils ont trouvé pour nous endormir ? J’aurais préféré une brioche de Marie Antoinette.

    « …. c’est DONC une SOLUTION pour la ville INTELLIGENTE de DEMAIN…. »
    Parce que c’est DONC, alors c’est une vérité réfléchie?
    Une SOLUTION à quel problème ?
    Une fois l’INTELLIGENCE humaine diluée dans le coca et les discours creux, serait-ce aux villes de prendre le relais?
    DEMAIN pour éviter de prendre des décisions aujourd’hui ?
    Quelle bassesse couarde! Quelle paresse intellectuelle quand le monde fait fasse à des crises évidentes sur. l’écologie, l’économie, la politique.
    Quel est le business model du taxi volant? Quelle est l’énergie (à puiser quelque part puis à transporter) pour soulever une personne à 10m du sol. Pauvre Isaac Newton qui se retourne dans son cageot de pomme. Quelle insulte faite à l’inventrice (pourquoi toujours des mecs?) de la roue (qui se retourne dans l’estomac d’un ours des cavernes). N’est-il pas évident qu’il est plus facile de tirer son cabas à roulettes que de monter ses sacs de courses au cinquième sans ascenseur ?
    En terme de technologie, on ne fera jamais mieux que le miroirs aux alouettes.

    Répondre
    1. Renaud Roubaudi

      Michael, j’aime tes réactions mesurées, pour cela POA t’offre un (long) droit de réponse à venir, d’autant plus que mercredi prochain il y a un sujet sur la voiture autonome qui à mon avis va te faire bondir. Calons nous un rendez vous la semaine du 20 mars si tu le veux bien.

    2. Chapman

      Merci pour cet énervement salutaire. On se dirait en effet dans les prospectives des années cinquante. La com’ a pris la place du discours scientifique…..le bon sens est inaudible.
      Merci Renaud d’organiser d’urgence un échange avec Michael qu’il nous éclaire de sa perspicacité.

    3. ROMINET

      Bonjour Mickhel,
      Je partage assez votre analyse. Je ne peux m’empêcher de faire le parallèle avec le réseau Autobib. Leurs voitures cabossées sont immondes, parfois avec du vomi ou des excréments à l’intérieur. Alors, imaginons une capsule pour faire un Paris-Bordeaux sans en sortir,pendant quelques heures, il faudra le SAMU à l’arrivée si on vit encore! J’exagère, bien que…