Souvenirs d’Autos (120) : mon père à inventé Autolib

Par le Commandant Chatel. En visitant, comme tous les ans, le salon Rétromobile (2017) que je ne raterai pour rien au monde, je suis tombé en pâmoison devant les créations du génial inventeur, Victor Bouffort, et en particulier en découvrant sa « Minima », créée pour désengorger les villes au début des années 70. Plus petite qu’une Smart, elle semble toujours idéale pour se déplacer à Paris…
Capture d’écran 2017-01-29 à 18.40.01

1

…Paris, où il y a 40 ans, était élu pour la première fois depuis la Commune en 1871, un maire ! (Le peuple de Paris, jugé « insurrectionnel chronique » en avait été privé. Il y avait seulement des maires d’arrondissement). En 1977, jacques Chirac après une campagne rocambolesque « prend » Paris, au nez et à la barde de Valéry Giscard d’Estaing qui réservait ce fauteuil à son ami, Michel d’Ornano.

Mon père, François Chatel, un pionnier de la télévision, va passer quelques jours à la Rochelle. Là-bas, il découvre que le maire, Michel Crépeau a mis en place des vélos en libre-service. Cette idée emballe mon père et en rentrant à Paris, il décide d’écrire à Jacques Chirac. Mais ce n’est pas une simple lettre qu’il lui envoie, c’est un dossier de 40 pages sur lequel il a travaillé de longues semaines !

Dans son projet, il propose au Maire de Paris, « la solution » pour tordre le cou aux embouteillages en mettant à la disposition des Parisiens et des banlieusards des petites autos, fonctionnant avec des jetons (comme les autos-tamponneuses) et qu’on laisserait garées çà et là…

Chacun, ainsi, aurait la possibilité des les utiliser selon son bon vouloir !

Pour être tout à fait honnête, mon père n’avait pas repéré la Minima de Victor Bouffort, mais les petites autos sans permis construites par Guy Ligier.

Le choix de l’auto est un détail… c’est le concept qui compte.

Fier comme Artaban et plein d’enthousiasme, mon père poste son dossier à Jacques Chirac qui reste lettre morte pendant une bonne année… avant qu’un courrier de la Mairie de Paris arrive enfin !

Fou d’espoir, il l’ouvre. Et découvre un lapidaire : « Votre idée, malgré tout son intérêt, n’a pas été retenu, bla bla bla…  Monsieur le Maire, vous remercie cependant bla bla bla…»

Fou de rage, mon Père déchire le double de son dossier où tout était prévu avec des listes, des diagrammes, des schémas, le système de maintenance, etc. Quel dommage.

Bravo Papa. Tu allais toujours au bout de tes idées. Et aujourd’hui, quand je vois une Autolib, j’ai une pensée pour toi.

Merci à Rétromobile et Victor Bouffort pour avoir fait ressurgir de passé ce souvenir.

3

4

2

Cette rubrique est désormais aussi la vôtre.

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos. On adore ça chez POA ! Merci.

 

L’avis des Petits Observateurs !

13 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (120) : mon père à inventé Autolib »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Philippe Jeghers

    Très heureux d’avoir revu la MINIMA lors d’un reportage à Rétromobile.
    En fait, j’ai participé à l’élaboration du projet MINIMA ! J’ai dessiné la carrosserie et ai réalisé une maquette d’encombrement début 1968
    ( 2m50, portes coulissantes, 2 places…). Je suis designer et à l’époque je travaillais chez APAL à Liège. J’ai vendu, à l’automne 1970, le concept de la MINIMA pour 20.000 FF à Michel Odinet de Publimages. A cette occasion j’ai rencontré V. Bouffort chez lui – très enthousiaste pour mon concept -ainsi que Rémi Julienne qui devait construire le châssis. V. Bouffort souhaitait équiper la voiture d’une transmission Variomatic DAF.
    J’ai continué mon métier de designer, concept et réalisation du « SOLAR » exposé au Salon de l’Auto de Paris en 1971. Ensuite nombreux projets en Belgique, France et Californie où j’ai travaillé longtemps. L’auto a toujours été ma passion et j’ai possédé beaucoup d’anciennes voitures de course avec certaines desquelles j’ai participé aux courses historiques sur circuit dans les années 70 & 80. Aujourd’hui j’ai toujours un cabriolet FORD Mustang 1965 et une Alfa Romeo 4C. Le virus est ancré ! Cordialement

    Répondre
  2. guy

    Quelle jolie histoire et quel talent François Chatel !
    les Politiques c’est toujours la même histoire il faut leur faire croire que l’idée vient d’eux…et qu’ils ont besoin de quelqu’un d’autre pour la comprendre.

    Répondre
  3. Piat Georges

    Il avait eu une super idée Monsieur Chatel, son projet était formidable.
    J’aime beaucoup la photo d’époque avec la minette comme il n’y en a plus et les pattes d’éph !!

    Répondre
  4. Chapman

    Bien le coup des jetons. Je me vois bien au milieu de la Concorde…..pouf pouf…… Merde, j’ai plus de jetons
    🙂
    Blague dans le coin, bravo à Monsieur Châtel père pour son esprit visionnaire !

    Répondre
    1. Chapman

      Au fait, puisqu’on est dans la petite observation, que pensez vous de celle ci.
      Les jantes de cette petite auto ressemble à s’y méprendre à celle des petites Fiat 126.
      Sortez vos archives !