Jaguar SS100 (1938) : aux origines de Jaguar (2/9)

Pascal, fidèle petit observateur, a contacté POA il y a plus d’un an pour nous parler de sa Roll Royce Silver Shadow datant de 1967, l’année de ma naissance. En suivant POA, Pascal avait compris que nous avions beaucoup en commun, notamment le gout pour cette « Shadow » tellement cinématographique et synonyme du Swinging London des années 60, sans parler d’Amicalement votre, de Chapeau melon et bottes de cuirs, de Roger Moore, bref de tous les souvenirs des quinquagénaires. Pascal nous avait dit, ma Rolls est à votre disposition pour une poade. Nous avons pris le temps mais nous sommes venus en délégation dans la région nantaise pour le rencontrer. Pascal nous, vous, a réservé plusieurs surprises avec d’autres petits observateurs fantastiques. Ce n’est plus seulement une rencontre d’un homme et sa voiture mais bel et bien une rencontre miraculeuse entre amis que vous allez suivre pendant deux semaines : La Rolls de Pascal, la Jaguar SS100 de Michel, la Lotus Europe de Joël, et ce n’est qu’un début. Merci à eux pour leur bonne humeur, leur passion, leur générosité et le temps qu’ils nous ont accordé.

Tout au long des rencontres miraculeuses (9 épisodes), Ronan Rocher, le photographe officiel de POA, a immortalisé l’instant. Chaque jour, vous découvrirez les images magiques qu’il a réalisées de notre périple. Sachez qu’il forme, avec ses équipes, des photographes, débutants ou confirmés, au travers de stages et de sessions personnalisées (+ d’infos sur comme un photographe).

ss100 profilSS100 ça causeSS100 manivellePHARE SS

SS 100 3:4 avant SS 100 Bouchon de calandre ss 100 calandre
SS 100 profil droit SS 100 sur le capot SS COMPTEURS SS COMPTEURS VITESSE SS INSIDE SS100 ss100 ailes avant SS100 ça cause

ss100 tableau de bord

L’avis des Petits Observateurs !

32 commentaires au sujet de « Jaguar SS100 (1938) : aux origines de Jaguar (2/9) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Dubby Tatiff

    Peut-être quelqu’un aura t-il la réponse à ma question ?

    Derrière les phares situés au dessus de la plaque minéralogique (les plus petits des 4 phares avant) se trouve deux boîtiers rond recouverts d’une grille de protection ajourée par des fentes verticales. Quelle est la fonction de ces deux boîtiers ?

    J’ai pensé à deux klaxons …

    Répondre
    1. Maître Capello

      Ah oui quand-même, ça calme !
      SS est devenu synonyme de $$
      Pas la peine que je casse mon goret…

    2. Maître Capello

      J’aurai dû l’acheter à sa sortie en 1938…
      Considérant sa valeur actuelle, avec un crédit de 78 ans et avec un apport nul cela m’aurait fait des mensualités supportables de 230 € environ intérêts inclus, et j’en serai libéré aujourd’hui… Mal joué Capello !

  2. Jean-François Bertrand

    La SS100! Elle fait partie intégrante des joyaux de la couronne bagnolarde britannique!
    Un des marqueurs essentiel de l’achétype du roadster anglais des années trente!
    Mais quelle merveille!!!!!
    Je suis à genoux!!
    Petite question pour Michel, est ce une 2.5 litre ou une 3.5 litre?
    1938 étant une année transitoire pour la cylindrée du moteur équipant la SS100.

    Répondre
    1. John Steed

      « 3 1/2 litre », c’est écrit en gros sur le radiateur…
      (6ème photo sous la vidéo)
      😉

    1. greg

      Avant guerre, beaucoup de voitures françaises avaient le volant à droite également.. En 1938 on trouvait les deux configurations. Alors sur une anglaise, peu importe!

    2. Dubby Tatiff

      Les voitures de sport avaient souvent le volant à droite, indépendamment de leurs origines. Elles étaient censées rouler sur circuit et compte tenu du sens de rotation des courses, les virages sont sur la droite du pilote.

    3. Dubby Tatiff

      Dans le même style que la SS100, je recommande également de jeter un œil sur la Riley MPH (je l’avais en miniature dans ma chambre d’enfant). Son popotin est plus beau !

  3. vincent76

    Magnifique …

    il serait intéressant de connaitre l’histoire de cette magnifique voiture … le propriétaire parlait de l’avoir reconstruite alors qu’elle était « en morceaux » dans des caisses ???

    Répondre
  4. Piat Georges

    C’est déjà fabuleux de pouvoir faire une balade avec la GoPro. Quelles sensations en vrai j’imagine…
    Mille mercis.

    Répondre
  5. Julien

    Bonsoir,
    Le sourire de M. le Président en dit long sur le bonheur indescriptible qu’il ressent ! C’est particulièrement émouvant.
    Merci pour cette incroyable aventure.
    Bonne soirée.
    Julien
    « POA, faut r’connaître, c’est du brutal ! »

    Répondre
  6. Anthony

    M. Roubaudi,
    Tout d’abord Superbes vidéos qui donnent envie de suivre encore plus assidûment vos aventures. Au-delà de la machine c’est l’histoire qui roule sous nos yeux, c’est le plaisir de voir une machine superbe et en plus d’apprendre des choses d’une part sur l’automobile mais également sur l’histoire au sens large. L’automobile c’est aussi cela un regard sur les différentes époque et les conséquences De grands événements aussi tragique soit ils. Le tout agrémentés de quelques anecdotes croustillantes et du ton léger et passionné qui caractérise poa. Pour cela madame, messieurs continuer de nous proposer de tel moments de bonheur.
    On ne sauvera pas l’automobile avec des boutons chromé… Mais bien assemblés sa donne envie. Bonne route à vous et go poa.

    Répondre
  7. Stéphane. nc

    Rappel historique intéressant sur la marque Jaguar.

    D’autres constructeurs n’ont pas eu la pudeur de Sir Lyons après guerre : Alfa Roméo SS (Sprint Spécial); Chevrolet Malibu et Camaro SS (Super Sport)….la dernière édition la Camaro a d’ailleurs été interdite de commercialisation en Israël….

    Je ne suis pas fan des voitures d’avant guerre, trouvant que le design s’affine, se différencie et se bonifie à partir des années 50, technologie aidant…mais cette Jag est vraiment magnifiquement restaurée.

    Répondre
    1. damien

      Je ne suis pas non plus très fan de ces anciennes là. Mais il y a des moments où on finit par douter de tout.
      Bravo.

    2. Stéphane.nc

      Oui Gallus. Effectivement. Je m’en veux d’autant plus de l’avoir oublié qu’elle est mignonne, musicale et très performante (j’avais essayé la seule importée à Noumea)

      J’en profite pour saluer les belles photos de Ronan.

    3. Fils de Pub

      @Stéphane n.c
      Il y a depuis le Stop & Start qui se généralise et se synthétise en S&S… Bah, à voir le mal partout (les maux dans les mots), on finit par se taire et donc le faire prospérer…

      Spéciale dédicace à mes cousins de Nouméa, le meilleur service de gamelles des portes de fer :
      http://www.superya.nc

    4. Stéphane.nc

      @ fils de pub
      Je suis d’accord avec toi. J’ai d’ailleurs été surpris à l’époque concernant la Camaro SS Vs Israël. Si j’ai compris (qui ne le comprendrait pas) le symbole, l’absence de cohérence demeure quand on voit le nombre de calandres ornées d’etoile, haricot, cheval cabré souabe, VW circulant à Tel Aviv…et dans certains quartiers parisiens…
      S&S représente spontanément pour moi les superbes voiliers dessinés par Sparkman & Stephens. Olin Stephens étant un des plus grands architectes navals du siècle précédent (de nombreux vainqueurs de Coupe de l’America sortirent de sa planche à dessin).
      Pas client des gamelles. Les Portes de Fer c’était surtout pour moi Jeandot et quelques unes de ses marques auto dont Ford et le F150…..lôônngin.

  8. John Steed

    Sans vouloir froisser quiconque, j’avais lu quelque part que la Swallow Sidecar Company était devenue la Swallow Coachbuilding Company à la fin des années 20 et que Sir William Walmsley et Sir William Lyons ou plus familièrement les 2 Bill, avaient fait appel à la Standard Motor Company pour motoriser (2 1/2 et 3 1/2) la SS 100 jaguar en 1938; D’où la traduction en Standard Swallow.
    Mais bien-sûr, je peux me tromper;
    A vous lire donc…

    Répondre
    1. Jean-François Bertrand

      Standard Swallow?
      Swallow Special/Standad?
      En fait on ne saurat jamais car Sir Billy Lyons et Sir John Black alors managing director de la Standard Motor Company ne se sont jamais mis d’accord sur le sujet et, entretenant en affaire comme dans le privé de bonnes relations, rien ne fut fut jamais vraiment décidé quant à leur signification réelle. D’où ce statut quo de se limiter à ces deux initiales. Ainsi, chacun pouvait les interpréter à sa convenance.
      Même des biographes quasi officiels de la marques comme Philip Porter et Paul Skilleter s’y sont cassé les dents car Sir Williams s’est toujours défausser sur ce sujet.
      A lire!
      http://www.amazon.com/Sir-William-Lyons-Official-Biography/dp/085733106X

    2. John Steed

      Merci pour cet éclairage instructif Jean-François, cela donne alors potentiellement une autre raison d’avoir abandonné ces initiales depuis…
      Hum, Purdey, ma canne et mon chapeau je vous prie, je vais faire un tour en 6 1/2…

  9. Vincent

    Magnifique !!! Tout est dit par Renaud et Michel : merci pour le partage.
    Je voudrais aussi rendre hommage au travail de Ronan qui nous livre quelques belles images.

    Vincent

    Répondre
    1. Chapman

      Ça a été décrété dans les premiers secondes de l’opus un de la série….. Série qu’on attend avec la plus grande impatience, chaque jour.