Souvenirs d’Autos (117) : Out of Africa

Souriez c’est vendredi, c’est Souvenirs d’Autos une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Cette histoire africaine nous est envoyée par Marco qui nous fait voyager un instant… Merci pour ce pur moment de bonheur.

Juillet 2005. Afrique du Sud. Le soleil devient rasant, les ombres s’allongent, la nuit tombe sur le pays Zoulou. À bord du Volkswagen Combi, malgré la fatigue d’une rude journée, la tension monte doucement, nous devons impérativement franchir les portes de l’Hluhluwe-Umfolozi Game Reserve avant la fermeture car au coucher du soleil la nature reprendra ses droits et il nous sera alors impossible de rouler dans le parc pour rejoindre le Hilltop Camp où nous devons passer la nuit.

img_2509

17h55. Nous voici enfin devant le Mémorial Gate. À part trois ou quatre gardiens du parc, il n’y a pas âme qui vive. Nous nous acquittons des taxes. Le guichetier nous distribue nos billets d’entrée et un plan du parc, tout en nous lançant un « Nice Evening ! ». La nuit tombe, nous comprenons que l’hôtel situé en haut de l’une des collines qui se devinent au loin ne s’offrira à nous qu’après quelques lacets qu’il va falloir gravir à la lumière des feux. Derrière nous les barrières du parc se referment ! Nous sommes arrivés à temps.

À peine une centaine de mètres plus loin le Combi stoppe net. Devant nous à une dizaine de mètres, un énorme Rhinocéros blanc nous fait face. Il doit bien faire plus de deux mètres de haut et peser trois tonnes. Les plissures de son épais cuir grainé restent immobiles. Derrière sa large mâchoire et sa corne dressée contre nous, il semble nous observer de ses petits yeux noirs tout ronds. Seules ses oreilles cylindriques s’orientent tour à tour, traquant le moindre indice… Nous éteignons les feux, coupons le moteur et retenons notre respiration… Une pensée me traverse l’esprit, combien de temps résisterait la mince plaque de tôle du Combi s’il venait à ce Rhinocéros l’idée saugrenue de charger ? J’avale ma salive.

img_2510

Pendant ce face à face qui nous parait interminable, quelques buissons s’agitent derrière le Rhino, plusieurs masses sombres apparaissent lentement. Aïe, il est maintenant accompagné par toute sa famille. Dans le minibus tout le monde s’est regroupé autour de la banquette avant, les faces livides et les yeux grands ouverts, rivés devant ce spectacle magistral. Je déglutis à nouveau…

L’un de nous émet alors une idée lumineuse et suggère en chuchotant que nous remettions en route et fassions doucement marche arrière jusqu’au portail du parc. Je me retourne et malgré la pénombre ne distingue plus les gardiens. Ils ne sont plus là ! Mais où sont-ils donc passés ?

C’est alors que juste devant les portes de bois, sortent des fourrés un troupeau d’éléphants, une dizaine environ. Marchant d’un pas décidé, un grand mâle est en tête de cortège. Les pachydermes empruntent la piste et se dirigent droit sur nous. Nous sommes cernés, seuls, livrés à nous-même…

dscn0129

Pourtant, petit à petit les animaux rois de cette immense réserve, la plus ancienne d’Afrique du Sud, vont s’effacer de la piste et laisser passer notre frêle Combi. Sur la petite dizaine de kilomètres qui nous sépare de nos lits, nous ne serons plus jamais importunés par ces animaux sauvages.

Nous garderons cependant longuement en mémoire des images fabuleuses de ce grand moment d’émotions que nous avons vécu ensemble.

img_2460

afs-007

Cette rubrique est désormais aussi la vôtre.

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps. Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA ! Merci.

 

L’avis des Petits Observateurs !

9 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (117) : Out of Africa »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Piat Georges

    Hostile la nature !
    Cela me rappelle Daktari, j’ai le générique qui me trotte soudain dans la tête.
    Mais là, c’est en vrai !! Merci, c’est pas ordinaire.

    Répondre
    1. Marco

      Je crois que nous avons tous gardé depuis en mémoire cet instant d’émotion aussi intense qu’inattendu… Nous venions de traverser le grand Kruger et récolté assez peu de clichés de faune sauvage… Et là, soudain… E-nor-me, le pied !
      🙂

  2. Viggo

    Ouahh j’en tremble encore !!
    Cependant j’imaginais un VW T2 avec effectivement une protection avant symbolique … le T5 en photo a un excellent crash-test et aurait sans doute résisté à la charge du rhinocéros !

    Répondre
    1. Marco

      Étoiles de crash-tests ou pas, sur l’instant, on en menait pas large…
      Merci de votre commentaire Viggo.
      🙂