Souvenirs d’Autos (116)  : Au feu !!

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Cette anecdote m’a été envoyée par Georges Piat qui nous régale une nouvelle fois avec ses aventures familiales automobiles. J’ajoute que je considère son père comme un des derniers héros des temps modernes ! Merci Georges !

95087484_o

Plein été, vers 17 heures, il fait encore chaud et nous roulons dans la Ford Vedette en direction d’Orsay (91). Les rayons du soleil obliques tapent encore et, malgré les vitres ouvertes, il se passe quelque chose d’inhabituel : Une odeur d’essence flotte dans l’air…

On ne s’inquiète pas trop car mon père vient de faire le plein à la Station Shell de Saint-Rémy-lès-Chevreuse et « ça sent » toujours un peu pendant quelques kilomètres. Nous passons Bures-sur-Yvette à un train de sénateur car nous sommes freiné par une Dauphine qui n’avance pas.

La route se dégage, mon père double vite fait. L’odeur d’essence devient inquiétante mais on continue. La Dauphine et devenue toute petite dans le rétroviseur et notre moteur commence à avoir des ratées. Mon père ralentit, il a changé les vis platinées il n’y a pas longtemps, cela ne doit pas être cela. Je suis assis sur la banquette arrière, à l’affût du moindre détail. Quelque chose attire soudain mon attention : La tringle de la pédale d’accélérateur passe au travers du plancher par un petit orifice…

  • Papa, il y a dans feu dans le trou de l’accélérateur !

Derrière l’auto, cela fume noir comme un Boeing 707 à la remise de gaz.

Mon père comprend tout de suite, arrêtant la Ford le long du trottoir. La petite famille descend de l’auto dans le calme.

  • Un extincteur, un extincteur…  hurle mon père

Une âme charitable arrive à temps, papa soulève courageusement le capot et arrose de poudre le moteur qui crame comme un pin des Landes.

Bilan des courses, un bloc moteur tout propre car la graisse a brûlé mais plus un fil, plus une durite, plus une courroie !

La fin est heureuse : Taxi, dépanneuse, réparation par le paternel et le moulin est reparti du premier coup.

Ben oui, comme d’hab !

Cette rubrique est aussi la vôtre.

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps. Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA ! Merci.

 

L’avis des Petits Observateurs !

7 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (116)  : Au feu !! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1. gregory lopez

      Si si les voitures prennent feu encore de nos jours.
      Il n’y a pas si longtemps sur le parking de mon supermarché habituel, une BMW est partie en fumée spontanément, emportant une pauvre twingo qui n’avait rien demandé…

  1. Fréour

    Incroyable époque ! Heureusement que les souvenirs sont là pour nous rappeler tout cela. Merci Georges. Merci Thibaut ; un vendredi sans toi, ne peut plus être un vendredi !

    Cédric

    Répondre
  2. Chapman

    J’ai eu le cas d’une durite d’essence déboitée qui arrosa copieusement le moteur de mon ID 19 sur l’autoroute….. Bonjour l’odeur !!
    Vite rabattu sur la B.A.U….. Pas de départ de feu….. Durite remboitée et collier à la première occasion.
    Ouf !
    Merci pour cette chouette histoire et cette incroyable bagnole qu’était la Ford Vedette!

    Répondre
  3. Nabuchodonosor

    ♪♫ « Boum » quand votre moteur fait « Boum » tout avec lui dit « Boum »…♪♫
    Dupon-T & D
    🙂
    Merci Georges, mes respects mon Cdt.

    Répondre