La Rolls Phantom VII tire sa révérence

Après 13 ans de bon et loyaux services, la Rolls Royce Phantom tire sa révérence. Rolls a livré la dernière commande spéciale, une version allongée décorée sur le thème d’un paquebot transatlantique. La Phantom a marqué le retour du super luxe automobile au début des années 2000 (2003). Très critiqué au départ, son style a fini par s’imposer comme le marqueur de l’olympe automobile. La remplaçante de la Phantom est prévue en 2018 au côté d’un SUV Rolls Royce…

final-rolls-royce-phantom-2 final-rolls-royce-phantom-3 final-rolls-royce-phantom-0 final-rolls-royce-phantom-1 final-rolls-royce-phantom-7 final-rolls-royce-phantom-5 final-rolls-royce-phantom-6 (1) final-rolls-royce-phantom-4

L’avis des Petits Observateurs !

20 commentaires au sujet de « La Rolls Phantom VII tire sa révérence »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Dubby Tatiff

    D’après les Spy Shots disponibles sur le net, le futur SUV Rolls Royce serait, je trouve, un peu plus élégant que le Bentley Bentayga.

    Répondre
  2. Aède

    Plus le temps passe et plus je me demande en quoi les SUV constituent un sacrilège automobile. C’est un genre relativement nouveau, plein d’essais stylistiques souvent infructueux mais ça me semble plutôt être une bonne chose, le design peut se renouveler et porter sur un autre type de carrosserie. D’ailleurs, la carrosserie deux volumes est plus proche des landaulets et premières Rolls, car Rolls Royce n’a pas conçu de limousine trois volumes avant la Silver Shadow de 1965.
    Cela dit, je reste ouvert à n’importe quelle justification du sacrilège SUV..

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      L’économie du capital n’a en effet que faire de ceux qui vivent dans le passé. L’histoire nous permet cependant de comprendre les mutations que nous vivons. Les sentiments dominants de puissance et de vitesse reculant sans cesse sous les effets combinés du trafic et de la règlementation, la carrosserie bicorps et surélevée du SUV concentre en elle l’ensemble des espaces symboliques de liberté restant à l’automobiliste d’aujourd’hui. La taille, la robustesse, l’espace intérieur, la modularité et la promesse de la découverte par la possibilité de sortir des chemins battus, font le succès croissant du SUV. Que l’accepte ou non, cela entre juste en cohérence de l’histoire de l’automobile. Mais demain se profile déjà aujourd’hui où la notion même de possession de l’objet est mise à mal. Quel seront le gabarit et la forme qui synthétiseront cette nouvelle ère automobile qui s’ouvre ? Le débat est lancé…

      Nabuphilo

    2. Jagman

      Donc on doit en déduire que ceux qui n’aiment pas les SUV « vivent dans le passé », c’est bien ça ?

    3. Nabuchodonosor

      Déduction manichéenne que je laisse à votre appréciation, Jagman.
      Mon propos visait simplement à démontrer que le SUV est parfaitement dans son temps, ce qui explique, selon moi, son succès actuel; voilà tout !
      😉

    4. Jagman

      Alors, pas manichéenne mais plutôt cartésienne. J’essaie toujours de comprendre comment on peut être en admiration devant des SUV, et je n’ai d’ailleurs toujours pas trouvé la réponse….. Il serait bon d’en reparler dans 5 ou 10 ans quand cette mode automobile sera passée.

    5. michaël oualid

      Nabuchocodonosor résume bien la situation, toutefois d’une manière assez positive et optimiste. Outre les qualités réelles de certains SUV, c’est surtout la seule façon qu’à trouver le Marketing pour mettre toujours plus de bagnole dans une bagnole. Les G-Klass 6 roues annoncent la tendance des voitures 8 roues et capot papillon tactile.
      C’est le chant du dinosaure, avant l’avénement du « Juste » comme valeur de société, pour remplacer le « Plus » qui n’avait par essence pas d’avenir.
      Les voitures « juste » belles, au poids « juste » et à la puissance « suffisante » vont revenir élégamment prochainement. Il n’y a pas d’autre alternative économique, écologique, sociologique.
      Même, si j’ai un faible pour les grosses

    6. Nabuchodonosor

      Ah, tsst, tsst, pas tout à fait d’accord Michel. Le « Juste » comme vous dites, ne convient pas nécessairement à chacun de nous, tout le monde ne roule pas sur les pavés cirés de la capitale et il y a encore, fort heureusement, quelques familles nombreuses… Je me rappelle fort à propos l’expression que l’on avait coutume d’utiliser chez Rolls à propos de la puissance de ses voitures, juste suffisante…
      Moi aussi je les préfère un peu rondouillardes, et pour le coup (que les gentes Dames me pardonnent), si je suis votre raisonnement le marketing se serait planté complètement dans la mode, la cosmétique et l’agroalimentaire en leur renvoyant en pâture l’image de tous ces modèles frisant l’anorexie…

    7. Nabuchodonosor

      Pardon pour avoir écorné votre prénom Michael.
      En me relisant, je m’aperçois que j’ai tort et que vous avez raison, non sur le « plus » d’un SUV qui pour moi peut-être le « juste », mais sur la façon dont le marketing s’arrange toujours pour nous faire consommer plus; Être maigre demande en effet beaucoup plus d’effort que d’être fort. En érigeant en modèle la maigreur, je crois que l’on tente bien plus à consommer d’avantage; C’est un paradoxe…
      Nabufoulesentimentale.

    8. michaël oualid

      Le « juste », c’est dont ce chacun estime avoir besoin au moment où il en a besoin. Une façon directe, frontale, court-termiste (voire stupide, mais c’est mon avis) c’est de tout mettre dans le même sac.
      Mais cela n’a aucun sens économique, écologique, sociologique.
      Le luxe n’est surement pas l’accumulation (c’est extrêmement vulgaire, comme la maigreur volontaire d’ailleurs). Mais avoir ce qu’il faut, où il faut, quand il le faut, sans blabla inutile, pour pouvoir apprécier l’opportunité de nouvelles idées, cela en a plus de potentiel.

  3. Alan Lambert

    Arrêter la Phantom pour une génération améliorée oui, par contre un suv…
    Magnifique ces flancs de pneus!!
    Les boiseries gravées sont sublimes!!!
    GOPOA

    Répondre
  4. Dubby Tatiff

    Z’êtes marrants ! Ce sont leurs clients qui demandent des SUV monogrammés. Sinon, ils vont voir ailleurs pour dépenser leurs sous.

    Répondre
  5. Thomas

    Cela confirme ce que j’avais cru apercevoir et que je ne voulais pas croire… un SUV Rolls-Royce… quelle sincère tristesse !
    Je trouvais que Rolls-Royce restait la dernière des marques respectables de voitures, comme tu le dis Renaud « marqueur de l’Olympe automobile », avec le style Phantom envers et contre tout… jusqu’à ce funeste projet.
    Je ne regardais déjà plus qu’avec une once de respect Bentley, qui a disparue totalement avec l’horreur pachydermique à l’huile lourde… que je mets dans la même sac que le terrible concept Aston-Martin Lagonda (ils ont failli nous faire le coup aussi, souvenez-vous, avant de plier devant la vindicte dite « populaire »).
    Voici qu’ils vont nous tuer « notre » Rolls-Royce.
    « Ils » qui, en fait ?

    Répondre
    1. Jagman

      Et bien, les Allemands bien sûr, RR appartenant à BM et Bentley à VW. Il suffit de voir ce qu’a fait VAG de Lamborghini.

  6. Photobruno

    « La remplaçante de la Phantom est prévue en 2018 au côté d’un SUV Rolls Royce… »
    Génial, j’espère qu’il vont s’inspirer de la Bentley Diesel Be(ntayga)taillère vous allez pouvoir faire un match des plus « désirables » SUV 😉
    Le Président de POA va se retourner sur la banquette de la Rolls-Royce Silver Shadow 1967.

    Répondre
    1. kris

      Tout simplement incroyable ce segment des SUV !!
      On avait pas vu ça avec les monospaces.
      Maintenant Rolls !!!
      Hallucinant…