Nouvelle Audi A5 2017, une grâce Hitchcockienne

La nouvelle Audi A5 deuxième génération passe entre les mains de POA sur les routes italiennes. Une brève prise de contact qui permet d’apprécier le classicisme intemporel de ce coupé, que l’on soit AudiMan ou pas.

Audi A5 2017 Audi A5 AUDI A5 AUDI A5 2017 lzu5lzywl0f1zglfqtvfmdcyx2xpz2h0ym94lmpwzw AUDI A5 2017 AUDI A5 2017 lzu5lzywl0f1zglfqtvfmduwx2xpz2h0ym94lmpwzw lzu5lzywl0f1zglfqtvfmdgyx2xpz2h0ym94lmpwzw lzu5lzywl0f1zglfqtvfmdc3x2xpz2h0ym94lmpwzw lzu5lzywl0f1zglfqtvfmdywx2xpz2h0ym94lmpwzw lzu5lzywl0f1zgktqtutq291cgutmjaxni0omzkpx2xpz2h0ym94lmpwzw

L’avis des Petits Observateurs !

46 commentaires au sujet de « Nouvelle Audi A5 2017, une grâce Hitchcockienne »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Francesco

    Fan de la première A5 je trouve celle ci pataude…

    Pas mal la nervure latérale du capot, inspirée du coupé Alfa GTV de 1998…

    Quant à la jonction du jonc chromé comme dirais le PM « ça fais Chinois »

    Heureusement qu’il y a le Virtual Cockpit et des ajustages aux micron pour faire passer la pilule d’un énième rebadgeage WV…

    Go POA

    Répondre
  2. Hervé76

    Je trouve tout de même que le PM s’extasie beaucoup trop encore une fois sur les Audi jusqu’à manquer d’objectivité. Avec cette nouvelle version, qui diffère peu de la précédente, on ne peut pas dire qu’Audi se soit cassé le c..

    Répondre
  3. Frankreich

    En filant la métaphore hitchcockienne jusqu’au bout, si la première A5 était Tippi Hedren, celle-ci serait donc sa descendante, c’est à dire Melanie Griffith….

    Répondre
  4. Fred

    C’est toujours amusant de voir comment une marque si insipide (cf les avis) déchaine autant de critiques.
    Je serai bien curieux de voir l’automobile de ces messieurs face à leur publication 😉

    Répondre
    1. Viggo

      Oui c’est qu’Audi n’est pas si insipide que cela !
      On adore ou on déteste … personnellement je trouve la philosophie de continuité proche des Porsche intéressante : on ne fait pas vieillir les modèles antérieurs, c’est un plus pour leur propriétaires.
      Après les principales Audi restent des VW au niveau du ramage. Le plumage est assez distingué et pas tape à l’œil pour que leur conducteur n’ait pas mauvaise conscience de montrer l’argent qu’ils ont mis dans leur voiture !

  5. BenoîtDumas

    Merci P.O.A., vous avez réussi, au fil de vos reportages, en montrant les véhicules sous des aspects particuliers, à me faire changer d’avis sur l’esthétique des Audi, dont je trouvais le dessin d’emblée un peu quelconque.
    Les plis de carrosserie, les « nervures » dont parle M. Chapman plus bas, à la fois sur le capot et sur le flanc du véhicule, et le dessin des phares sont autant d’éléments qui me rappellent désormais des sculptures animalières de l’époque Art Déco. Les nervures du capot m’évoquent plus précisément le front ou le museau d’un félin réalisé par exemple par Max Le Verrier, passionné d’aéronautique par ailleurs, ou Maurice Prost, dont les lignes de sa Panthère noire sont plus géométriques. Je n’oublie pas non plus (bien que j’ai dû réviser avant de rédiger ce commentaire…) les sculptures de François Bazin, créateur de la célèbre mascotte des Hispano Suiza et des Citroën de La Croisière Noire, et, bien sûr, de Rembrandt Bugatti.
    Ce que je ressens pour cette Audi A5, je le ressens également non seulement pour tous les autres modèles récents de la marque, mais aussi ceux de VW, Skoda et Seat,
    Aimant beaucoup l’Art Déco, je me suis alors demandé si je n’ai pas tendance à en voir partout…
    Les allusions au Bauhaus de Renaud pour commenter l’esthétique de l’A8 de 1994 (dans « Audi A8, la force de la constance » dont je ne me lasse pas de relire les commentaires) ou l’Audi TT 1ière génération (dans les vidéos avec Floriane et l’Audi TT 3ième génération) peuvent en fait justifier mon impression.
    D’autre part, dans « Nouvelle Audi A3 2012, le design décrypté », Dany Garand, styliste extérieur d’Audi, dit que pour regarder une voiture, selon lui, « il faut toujours voir quelqu’un, non quelque chose ». Il parle aussi dans cet entretien de la « ligne de caractère » qui parcourt le flan du véhicule.
    Renaud y évoque également le regard d’aigle de la voiture par le dessin des optiques..
    Je vous conseille de voir cette vidéo dans le chapitre « Petite réféflexion (« réflexion », mais le 19 janvier 2015, il faisait froid) sur la force de la constance du design Audi »: elle est jointe à une vidéo sur le sujet et à des commentaires.
    Cela fait plus de deux heures que j’essaie de faire un commentaire court et c’est raté. Désolé. Il y aurait pourtant tant de choses à dire….

    Répondre
    1. Orjebin Jean-Paul

      Cher confrère, piquousé à l’Art Déco, ne trouvez vous pas que l’A2 était, elle aussi dans esprit du Bauhaus ?

    2. Mat Ador

      Sous l’impulsion de Gropius, le Bauhaus de Weimar introduisit à la sortie de la grande guerre le mouvement moderne dont la pensée et les préceptes industriels et sociaux sont encore enseignés et bien vivaces aujourd’hui. L’Art-Déco déjà bien en vogue à cette époque, est un style né d’un mouvement artistique venu s’opposer aux délires ornementaux de l’Art-nouveau qui le précédait… Le design automobile d’aujourd’hui s’inscrit bien évidemment dans la continuité historique des ces mouvements, créant lui-même ses propres tendances ou en reprenant d’autres, mais de là à caractériser « Art-Déco » le style de toutes les productions du groupe V.A.G, il y a un pas… Que je ne franchirai pas…
      Ceci exposé, elle est quand-même bien née cette A5 en droite ligne énoncée du concept Nuvolari sous la plume incontestable d’un Grand Maître du Design. Pas sûr cependant que les expressions faciales de son restylage Lamberty, fort d’une calandre « single frame » devenue anguleuse et d’un capot « power dome » plongeant et nervuré, soient suffisantes pour lui assurer une entrée au MoMa ou au Guggenheim.
      Wait & Silva !

    3. BenoîtDumas

      Merci pour la qualification « piquousé à l’Art Déco » qui m’a bien amusé! En revanche, je ne suis pas spécialiste en la matière. Je ne le suis pas plus en matière d’automobile d’ailleurs, je ne conduis même pas.., mais j’aime observer les voitures. J’aime aussi l’Art Nouveau d’ailleurs. Effectivement, l’Art Déco serait une réponse à l’Art Nouveau, mais la simplification des formes commençait aussi avec des artistes dit de l’Art Nouveau: Henry Van de Velde me semble être l’un des meilleurs exemples. Heureusement, on ne peut alors pas donner une définition figée à un courant artistique: on ne met pas des créations artistiques dans des définitions et des cases. Dans sa forme extérieure, l’Audi A2 m’évoque effectivement le Bauhaus. Bien vu! Encore un fois, c’est une impression personnelle. C’est le genre d’auto qui me rappelle d’ailleurs la Voiture Minimum de Le Corbusier. Je sens que je vais me faire incendier….

    4. Mat Ador

      Incendier, vous n’y êtes pas Benoît, la pensée est libre que je sache dans ce pays et je respecte la votre.
      Cependant la connaissance de l’histoire peut aider à la compréhension. A propos, on ne sait d’ailleurs pas exactement quel projet, entre celui de la voiture minimum de Charles-Edouard Janneret, celui de la voiture du peuple voulue par Adolph Hitler et concue par Ferdinand Porsche, ou celui de la TPV d’André Citroën, fût l’inspirateur de celui des deux autres… Ce qu’on sait c’est que le seul des trois qui ne passera pas par la case industrielle sera celui du célèbre architecte Suisse naturalisé français en 1930. Il faut savoir que, proche des milieux fascistes français dont l’idéologie était grandissante, sa nationalité étrangère posait alors problème. On peut toutefois remercier Giorgetto Giugiaro d’avoir réalisé plus récemment l’unique maquette à ce jour à l’échelle 1 de la voiture minimum…

  6. mOX

    Si l’on excepte cette espèce de bosse de capot disgracieuse et superflue, cette auto est vraiment très chic (la version 5 portes le sera encore davantage). Voilà ce que devrait sortir Lancia !

    Répondre
  7. Nabuchodonosor

    Le crime était presque parfait… Mais on ne retrouve pas dans cette version 2.0 de l’A5, la pureté de la Grâce d’Alfred pas plus que celle du trait génial de Walter sur la vitre arrière (rear window = fenêtre sur cour). Lamberty nous renvoi là une Grâce empruntée, cérémonieuse, une Grâce adulée sur son rocher, bref une Grâce désormais plus proche de Monaco (Munich en italien)…
    Quant au Prez’ qui a manqué de se faire prendre la main au collet, pour la pomme en libre service à un euro : J’ai l’adresse : http://www.flliduchi.com
    🙂

    Répondre
  8. pierre

    cette A5 c’est la premiere de la classe ….à l’opposé d’une Talisman de bidochon……!
    ça donne vachement envie d’avoir des anneaux dans son garage ! meme si personnellement j’ai davantage un faible pour le Cabrio A5….

    Répondre
    1. Mat

      Ah Ah le Snobisme et stéréotypes.
      On reparle de l’histoire des anneaux ???
      Aujourd’hui, ils sont aussi très mainstream, mass market et très appréciés des bidochons aussi…
      Ne vous en déplaise, il faut reconnaître que le travail de Laurens Van Den Acker et ses collaborateurs est au dessus du reste.

  9. Da Silva

    Avevo disegnato per Arese quando Ingolstadt era fuori dalla mia tasca … Ora sento che sono stato derubato da questi bastardi. È per questo che oggi affliggono la seduzione di scarpe féiminine e vi posso dire che prendo il mio piede.
    Grazie a tutti i piccoli osservatori !

    Répondre
    1. Orjebin Jean-Paul

      Tant qu’a faire un commentaire apocryphe mieux vaut ne pas se tromper dans l’orthographe de son propre nom.

  10. Alain

    Étonnamment je trouve que l’analogie Hitchcockienne lui va bien : je ne ressens strictement aucune émotion devant ce bel objet d’extériorisation de statut social.

    Répondre
    1. Fabrizio

      Votre commentaire me rassure un peu.
      L’Audi A5 n’a, à mes yeux, aucune elegance.
      Ni la première mouture, ni celle ci.

      Qt au niveau technologique, finition, ou motorisation , cela reste du très bon travail.

      M’enfin a ce niveau de prix, heureusement… C’est normal, non?

  11. Dubby Tatiff

    Histoire de faire un contrepied au titre de cet article, je dirais plutôt que la grâce n’y est plus.
    Tant pis ! Passons à autre chose.

    Répondre
  12. Cyrille de Nantes

    Si on prend la troisième photo (trois quart arrière) et la quatrième (intérieur) : c’est baroque et ça sent le réchauffé.
    Cette voiture est baroque, car ils ont appuyé les traits, sans ré-interprétation subtile comme le réussi très bien Porsche avec sa 911, donc la saveur du génie initial n’y est pas : c’est de la reprise de design de stagiaire (mais il faut bien commencer un jour, je ne rien contre les stagiaires).
    Et l’intérieur, repris des A4, avec son écran ridicule par son intégration, est lourd et massif, avec des commandes dispersées… ça fait pas rêver : les compteurs numériques ne suffisent pas à faire la blague.

    En gros, c’est voiture de quinquas : ça en jette pour les non initiés, les vieilles recettes markéting sont empilées, la valeur sociale est présente par les anneaux sur la calandre : c’est une voiture putassière pour faire le macro, mais un bel exercice d’habillage de plateforme MQB.

    Pour nuancer le propo, j’étais fan de la version précédente, plus sobre et juste, avec les phares en trombone (même plateforme à priori).

    Question : Audi va t il rattraper Peugeot dans la bof attitude ?
    J’en veux pour preuve une pub Audi US :
    https://www.youtube.com/watch?v=eUhqdjvRXuA
    Perso, la Mercedes est plus sobre en matière de design que l’A4. Et à la place de la Mercos, une Model S coulait de source, pas une voiture de Kéké des années 70, 80. L’assemblage micrométrique ne fait pas tout. Prendre les consommateurs pour des veaux a ses limites, oui, mais pour des veaux fortunés !

    L’automobile reste un produit de masse (compris Audi), la demande doit être critique sur l’offre, afin de ne pas se laisser abrutir.
    En cette fin d’année, je donne une palme à Porsche pour le plus bel habillage de plateforme MQB 2016 avec la nouvelle Panaméra.

    Bonne fêtes de fin d’année
    Go POA !

    Répondre
  13. Gérald

    En dehors de la chute du pavillon c’est surtout la courbe de la ceinture de caisse qui signe la ligne du coupé A5, une vraie réussite tout en subtilité…
    Une caisse aussi plaisante à regarder qu’à conduire.
    Par contre, pas facile de s’extirper de l’habitacle dans un parking car les portières sont immenses. Au vu des photos, le problème persistera en 2017…Voiturier svp !

    Répondre
  14. LouMascoun

    « Les Italiens ont inventés le coupé Grand Tourisme »
    dixit le grand De Silva,
    Un latin oui! mais de l’Italie du nord, donc c’est pas un baroque, un folichon, un expansif, mais un vrai créatif le père Walter, perfectionniste, rigoureux, chassant tout excès, pour ne garder que l’essentiel.
    Il a signé les plus belles « récentes » Alfa 156, 166, 147 (la suite de la marque n’est que déception…)
    Et après un passage chez Seat, on lui demande de rendre Audi plus émotionnelle, une lichette plus latine, tout en préservant la rigueur germanique, arh!
    Et ainsi née, la nouvelle face avant « Single frame », et quelques magnifiques autos, comme l’A5 coupé et spotback, l’A7…
    Et il grimpe le Milanais, pour devenir le responsable du design de toutes les marques de VW (le poste est même créé pour lui!)
    Lamborghini Miura concept, l’Egoista, les VW Scirocco
    CC, Polo, Golf, Beetle, Up!

    De toutes ses voitures, il dit que l’A5 est sa plus belle réussite. Autant dire qu’ils ont du prendre des pincettes chez Audi pour la nouvelle version (par chance c’est leur spécialité de peaufiner de génération en génération sans jamais révolutionnner!)

    Et ben bilan, elle est toujours belle cette voiture!

    Bien que l’intérieur ne m’emballe pas, je préfère le charme épuré des intérieurs scandinaves 🙂
    Et puis, c’est quoi cette nouvelle manie de connecter des ailettes de ventilation entre elles (comme une vulgaire passat!)?

    J’espère que le Valpolicella était bon,
    Bravo POA!

    Répondre
    1. Chapman

      Y a pas que les nervures….
      Je suis navré de ne pas être dans le ton mais, je ne suis effectivement pas sensible aux berlines teutonnes en général et aux Audi en particulier.
      L’A5 dégage une certaine prestance surtout dans sa première version. Je trouve que pour cette deuxième version, ces ajouts de plis et nervures ont durci la ligne en soulignant exagérément la latinité originelle. Je trouve l’arrière définitivement moins réussi que celui de l’A7.
      Pour finir, je trouve comique de passer aussi vite sur ce vilain défaut de soudure à propos d’une marque qui se veut la référence mondiale et absolue de la finition.
      L’ amour rend aveugle et altère un petit peu la bonne foi de notre cher premier ministre.

  15. Fabrizio

    Walter de Silva, bien qu’ayant été debauché de FIAT Groupe par VAG , me semble être d’origine brésilienne et pas italienne.
    À vérifier….

    Répondre
    1. Orjebin Jean-Paul

      Il est de nationalité italienne, né à Lecco , à la pointe sud du lac de Come, pas très loin de Monza .
      Quelqu’un qui affirme que : « Pour comprendre une auto il faut la caresser, la laver…. » ce quelqu’un ne peut pas être mauvais, n’est-ce pas ?

  16. Piat Georges

    Comme le dit si bien Renaud : « Une belle caisse » !
    J’ai toujours trouvé que cette Audi était un peu différente du reste de la production, avec aussi le TT bien sûr. Un dessin magique qui fait la différence, c’est rare…
    Encore un beau reportage.

    Répondre
    1. kris

      Entièrement d’accord avec vous !
      Le fait que le designer soit d’origine italienne – ce qui m’avait échappé (!) – me fait mieux comprendre pourquoi ce lieu ait été choisi pour la présentation de ce très beau coupé.
      L’intérieur reste malheureusement austère comparé aux dernières Volvo !
      J’ai également du mal avec cet écran/tablette trop intrusif. Remarqué aussi sur le dernier Toyota CH-R. Vivement que la mode passe. Je préfère et de loin l’incrustation dans la dernière Giulia….

  17. Mat

    Merci de le rappeler Renaud, notre designer est parti relancer Audi, qui lui a fait confiance après avoir dessiné la berline esthétiquement parfaite, l’Alfa 156.
    Pour ce qui est des feux LED Audi, il proviennent de chez Magneti Marelli… autrement dit du groupe FIAT.
    Merci à la technologie italienne!
    Pour mémoire, il y a 19 ans (1998), la Maserati 3200GT était déjà équipée de ces feux à LED.
    Vive les sirènes du marketing sur lesquelles a tant capitalisé la marque allemande.

    Répondre
    1. Fabrizio

      Phare avec une bande led, et le fournisseur était Français (valeo) mm si produit en Espagne …
      Par contre, ils n’étaient pas 100% comme le fait LEXUS.

  18. Christophe BONNIN

    La plus élégante des Audi, sans discussion.

    Dommage que la proposition essence ne se limite qu’au 4Cyl 2.0l… Et que ce gros écran ne puisse s’escamoter dans la planche de bords. Le fait qu’il ne soit pas tactile évite tout de même les grosses traces de doigts après un passage au McDrive !

    L’intérieur du modèle d »essais est un peu triste mais le « configurateur » montre qu’on peut éclaircir tout cela avec quelques euros supplémentaires.

    Pour un dirigeant d’une clinique spécialisée dans les implants capillaires par exemple, cette voiture serait idéale, non ?

    Répondre
    1. Jagman

      « Pour un dirigeant d’une clinique spécialisée dans les implants capillaires par exemple, cette voiture serait idéale, non ? » : il suffirait qu’il attende 3 ans et il pourra aussi avoir la version restylée 🙂

  19. Thierry

    Je suis désolé, mais sur la grise le mauvais gout des jantes me fait penser à ces petites autos Burago au 1/43eme qui ont toutes, qq soient le modèle les mêmes roues !
    Sinon oui beau produit, pas sur qu’elle soit aussi seduisante que la version 1, mais une ligne intemporelle à la Aston, elle aussi d’origine Italienne.

    Audi 90 le coupé des années 90 pas 80 non ?

    Répondre
    1. JMManusardi

      Deux choses.
      1 – Je trouve que Da Silva nous a dessiné la suite de la série 156, 159… mais avec les codes esthétiques Audi. C’est plus évident d’ailleurs à voir en vidéo.
      2 – Fréour ou Roubaudi : ne me laissez pas marner plus longtemps et dites moi ce que Shazam refuse de me dire : quelle musique sur ce reportage (celle que l’on entend par deux fois…).
      D’avance merci !