Ferrari California T : miroir, mon beau miroir… 2/3

Renaud Roubaudi et Cédric Fréour détaillent leurs premières impressions au volant de la Ferrari California T dans les rues de Paris. Puis Renaud rejoint son fils Tristan, 21 ans, pour l’emmener à sa faculté et il en profite pour connaitre son avis sur Ferrari. Un jeune urbain parisien peut-il être sensible à l’image de prestige du Cheval Cabré ?

L’avis des Petits Observateurs !

15 commentaires au sujet de « Ferrari California T : miroir, mon beau miroir… 2/3 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Piat Georges

    C’est clair, les jeunes rêvent moins sur ce genre de bagnole que nous à leur âge !
    Ceci dit, une belle complicité père et fils, super video.

    Répondre
  2. Mat Ador

    Une fois encore j’ai mis le casque et monté le curseur du son afin de m’enivrer des envolées lyriques du V8 3,8 litres bi-turbo, mais que ce soit dans le garage Levalloisien où sur les quais de Seine Panaméens, je n’ai pu m’en rassasier jusqu’à satiété… Gageons que l’épisode 3 nous gratifiera de quelques contres ut parmi les plus beaux instruments à vents de la production…
    (Clap) Action !

    Répondre
    1. Karl Champ-Léger

      Cette foiture provokan’teu rouche à lèfres, c’est chuste pon pour les petits minets parisien !
      Ach, ça che tois ti’eur ke ce n’est pas les allemantes ke che choisis touchours ki nous técoifferons, Choupett’ et moi, ach, nein, nein…
      Fous safez koi Roupauti ? Che m’en talke karrément te ce kapriolett’ !
      🙂

    2. Fils de Pub

      Pensez-vous vraiment Karl qu’il existe encore des petits minets habillés par Cardin et chaussés par Carvil qui roulent en Ferrari à la plage comme en ville, qui vont chez Cartier comme ils vont chez Fauchon, qui mangent leur ronron au drugstore et travaillent tout comme les castors, ni avec leurs mains, ni avec leur pieds ?
      😉
      Chip, chip, chip, chip, chippie dou wouah…

  3. olivier

    Somptueux jouet quand même, même si l’enfer de la circulation urbaine doit en minorer l’effet kiss kool. A essayer d’urgence sur circuit et sur routes de campagne !

    Répondre
  4. voici

    En sortant de chez Pozzi, il y a une California T de couleur crème, 0.47 s. Selon moi, on choisit une italienne ( Ferrari, Maserati) pour être dominé et pour l’effet Dolce Vita. D’autre part, je trouve que le choix de Ferrari est moins « anti-système » que Lamborghini. Pour finir: j’adore la Countach dans le film Cannonball.

    Répondre
  5. guy

    décidément il y a quelque chose qui me gêne dans ce tableau de bord mi cheap avec un graphisme sans finesse/mi racing avec le carbone

    pour le reste c’est beau et ça doit faire tourner de l’oeil les conducteurs de mégane bleues et jaunes

    Répondre
  6. Chapman

    Monsieur le président, votre fils est magnifique!! et quel bon représentant de cette nouvelle génération qui « se fout » un peu de la voiture telle que nous l’avons vécu depuis sa démocratisation d’après guerre.
    S’en foutre un peu, ça ne veut pas dire ignorer la place qu’elle prend encore dans la société. C’est vrai ce que dit Tristan. Le regard des badauds est très fort, qu’il insiste ou qu’il évite, l’œil qui juge est impitoyable.

    Répondre
  7. Fils de Pub

    « Si tu l’as déjà charmée… Ce sera difficile pour elle de reprendre le métro avec un autre mec, quoi en gros… »
    Lucide, le gamin Roubaudi !
    🙂

    Répondre
    1. San Francesco d'Assisi

      … Et déjà grand tacticien politique. Il a dit « je suis plus Audi », le premier Ministre lui a cédé sa place, puis il s’est prosterné et a disparu urbi et orbi…
      Mihi enim vivere !
      🙂

  8. Breton

    Le fils a de la jugeotte, la voiture est belle, et pas du tout à sa place dans la circulation sur les quais, ça fait cher l’outil de séduction. D’ailleurs que penseront les filles de ce petit côté macho de la conversation, sur la fin..? Et le titre de la vidéo, excellent.

    Répondre