8H en BMW I8 (l’intégrale)

Nous avons attendu plus de une année pour pouvoir essayer la BMW I8, la supercar hybride rechargeable de BMW. Cela méritait bien une rencontre, une virée à Trouville, un débat moules/frites et une réflexion de nuit.

Floriane, Cédric et moi même, sans oublier notre complice Monsieur Paul,  sommes partis en direction de Trouville, soit 220 km principalement sur l’autoroute A13, pour vivre la BMW I8 dans des conditions réelles d’utilisation. Les conditions météos très changeantes, soleil, pluie, vent, grêle, neige, ont apporté un relief particulier à ce voyage qui ne fait que commencer.

Le déjeuner au Central est l’occasion de débattre  sur la BMW I8 : Est-elle en avance sur son temps ?, va-t-elle se démoder ?, est-elle trop voyante ?, s’agit-il d’une voiture de footballeur ?…. bref, des questions fondamentales autour d’un plat de moules et d’une assiette de frites. Que demander de plus ?

La conduite de nuit en solitaire de la BMW I8 amène son lot de réflexions nouvelles sur cette étrange machine. L’occasion également de la recharger durant la nuit et découvrir à l’aube d’autres sensations, loin de nos premières impressions. Il faut du temps pour comprendre et apprécier une automobile dans son ensemble et pour l’I8 il en faut sans doute encore plus. Qu’importe les détails, qu’importe ses défauts face à la concurrence, cette BMW I8 est une fantastique voiture incomprise aujourd’hui mais qui sera un véritable collector dans 20 ans.

La BMW i8 est une voiture hybride rechargeable, elle combine un moteur électrique, une batterie et un moteur thermique. Les roues arrières sont entrainées par un moteur trois cylindres essence TwinPower Turbo de 1,5 L et développant 170 kW (231 ch) pour un couple maximal de 320 Nm. La puissance est transmise aux roues à l’aide d’une boîte automatique à six rapports. Un moteur électrique d’une puissance de 96 kW (131 ch) et d’un couple maximal de 250 Nm entraîne les roues avant via une boîte automatique à deux rapports. La combinaison des deux moteurs via une gestion intelligente des flux d’énergie donnent une puissance cumulée de 266 kW (362 ch). La BMW i8 propose une accélération de 0 à 100 km/h en moins de 4,4 secondes pour une vitesse maximale de 250 km/h. En mode 100% électrique, il est possible de rouler jusqu’à 120 km/h, au delà, le moteur essence vient l’épauler.

En terme de consommation de carburant, selon le cycle de conduite européen, la i8 affiche une consommation de 2,5 litres/100 km. Dans la « vraie vie », il ne fait aucun doute qu’il sera très difficile d’atteindre de tels chiffres. Il en va de même pour les émissions de CO2 annoncées à seulement 59 g/km. La BMW i8 est dotée d’une batterie lithium-ion haute tension à refroidissement liquide d’une capacité énergétique utile de 5 kWh. Elle autorise une autonomie en mode tout électrique pouvant aller jusqu’à 35 km. Avec le moteur thermique, l’i8 offre une autonomie de plus de 500 km.Branchée sur une prise de courant domestique, la i8 avec les batteries vides se recharge en moins de 3 heures tandis que sur le boîtier mural BMW i Wallbox, une recharge complète prend moins de 2 heures.

bmw i8BMW I8 profil2015-BMW-i8bmw_i8BMW I8 interiorbmw i8 interior2

 

L’avis des Petits Observateurs !

2 commentaires au sujet de « 8H en BMW I8 (l’intégrale) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. tibo

    Trop classe. Quelle chance d essayer ce type de véhicules. Quand je disais que vous faites un métier difficile ! Merci de ces épisodes qui nous permettent, un peu, de monter à bord et de vos conclusions qui nous sortent du mythe.

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      tu as raison tibo, on ne mesure pas vraiment la peine que se donne le gouvernement chaque jour pour nous relater ses petites poades… La tâche étant d’autant plus rude qu’il lui faut parfois affronter quelques monstres de puissance difficilement domptables comme cet I8… Aussi par solidarité patriotique, je me déclare présentement volontaire pour épauler notre Président et nos ministres et renforcer le contingent à l’occasion d’un lâché de fauves sur le bitume… Non, non, ne me remerciez par par avance, je sais, j’ai toujours eu le cœur sur la main…
      🙂
      Nabuoppoartuniste